Culture

Frère Pascual SaturioLes habitants de Cadix "ne quittent jamais la Vierge".

Aujourd'hui, c'est la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel, patronne des gens de la mer et de l'humanité. Stella maris. Mais il existe une autre Vierge, originaire de Cadix, la Vierge du Rosaire, qui a été embarquée chaque année pendant plus de 150 ans avec la flotte armée qui préservait la marine marchande. C'est la petite Galeona, qui navigue sur la mer tandis que le saint patron grandeur nature reste dans le sanctuaire de Cadix. Le père Pascual Saturio parle à Omnes de la Vierge.

Francisco Otamendi-16 juillet 2022-Temps de lecture : 7 minutes
galeona cadiz

Fray Pascual Saturio est arrivé à Cadix en 1988, déjà prêtre dominicain, et il semble qu'il n'y ait pas beaucoup de personnes qui en sachent autant sur la relation intense de la capitale de Cadix avec la Sainte Vierge que cet homme plein de vitalité.

La présence de la Vierge du Rosaire parmi les hommes de la mer remonte à la victoire navale de Lépante (1571) et est profondément enracinée à Cadix. Fray Pascual parle à Omnes depuis le sanctuaire de notre Dame du Rosaire. Notre Dame du Rosairedans le temple de Santo Domingobien que populairement les gens l'appellent Santo Domingo, précisément parce que le Rosaire, la dévotion au Rosaire, et la présence des moines ici, est due aux circonstances des esclaves noirs".

En effet, "les esclaves noirs qui n'ont pas été emmenés en Amérique sont restés ici dans la ville. Ils venaient d'Angola et du Mozambique, qui était une partie de l'Afrique évangélisée par les frères dominicains. Et ce sont eux qui ont créé la confrérie [de la Vierge] qui était un abri, une sorte d'assurance privée, pour que tous puissent avoir des médicaments, un médecin, une petite pension à la fin... Et ils l'ont placée sous l'abri de la Vierge du Rosaire".

Ils ont demandé un frère, qui est venu de Sanlúcar, Fr. Luis CastendaPascual, vers 1620-1622, qui est venu avec eux comme aumônier, explique le père Pascual, et ils ont commencé la petite chapelle de la Vierge.

"En somme, c'est entre la présence des noirs et du Rosaire à Cadix, et la victoire de Lépante, que la Vierge a obtenu le patronage de la ville de Cadix, et est devenue la patronne de la ville. Et dans le même sanctuaire se trouvent les deux images, celle de la Vierge du Rosaire, grandeur nature, et celle de la Vierge du Rosaire, grandeur nature. Galeona".

Nous avons d'abord interrogé Fray Pascual sur les dates historiques et son arrivée à Cadix.

Depuis quand la Vierge du Rosaire est-elle la patronne de Cadix ?

- La Vierge du Rosaire est la sainte patronne de Cadix depuis 150 ans. La nomination pontificale de la Vierge remonte à 152 ou 153 ans, et nous la célébrons. Mais il est prouvé qu'il y a plus de trois cents ans, le peuple et le conseil municipal la considéraient déjà comme la sainte patronne de Cadix, bien que la nomination ait été faite plus tard.

Et vous, depuis combien d'années êtes-vous là, au couvent de Santo Domingo ?

- Je suis arrivée en 1988, et depuis lors jusqu'à aujourd'hui, 2022, je suis ici au couvent, et je suis toujours une conventuelle. La vie passe vite.

Et a-t-il été prieur depuis lors ? Recteur ?

- Lorsque nous avions une communauté et qu'il y avait un groupe plus important de Dominicains, je rendais les services que la communauté me demandait de rendre. Parmi eux, le service du prieur à quelques reprises. Et puis, quand les travaux d'adaptation de la maison ont commencé, parce que nous voulions construire une infirmerie provinciale, et puis ça n'a pas pu se faire et nous avons dû en laisser une partie pour une maison d'hôtes.

Pendant tout ce temps, j'ai été seul ici, et j'ai été le principal responsable du sanctuaire de la Vierge et de ces choses qui étaient sous la garde du couvent. Et pour l'instant, maintenant que les travaux de la maison sont terminés, je suis toujours responsable du sanctuaire, le responsable. Eh bien, le recteur, oui, qui est le bureau et l'occupation principale de la maison maintenant. Et comme il s'agit d'un seul frère, il n'y a pas de prieuré.

Une dernière question sur vous, et nous passerons à parler de Notre Dame. Quand êtes-vous entré chez les Dominicains et êtes-vous devenu prêtre, Frère Pascual ?

- J'ai rejoint l'Ordre en 1978. Et puis le cardinal Amigo Vallejo, qu'il repose en paix, m'a ordonné à la prêtrise en 1984. Je suis donc entré dans l'Ordre des Prêcheurs, de la Parole et au service de la Parole, en 78, et un an plus tard, j'ai fait ma profession de dominicain, c'est ainsi que les gens du peuple nous appellent.

Allons à la Vierge. La fête du Saint Patron est en octobre, mais comme toutes les fêtes de la Vierge sont belles, nous la faisons maintenant.

- Bien sûr.

 Comment voyez-vous la dévotion à la Vierge à Cadix, et les habitants de Cadix s'y rendent-ils pour prier leur sainte patronne ?

- Regardez, cela arrive avec le Saint Patron exactement de la même manière que cela arrive avec les mères de tous les Espagnols. Nous ne sommes peut-être pas très expansifs, et nous ne disons pas non plus toute la journée Je t'aimeNous ne l'embrassons pas toute la journée, mais néanmoins, dans le cœur de chacun d'entre nous, la personne de ta mère occupe plus de la moitié de notre cœur. Il en va de même pour Notre Dame du Rosaire.

Ce sanctuaire, ici à Cadix, n'est pas un sanctuaire comme les autres grands sanctuaires... Cependant, chez tous les habitants de Cadix, le patronage de la Vierge et l'affection pour la Vierge du Rosaire comme leur Mère et leur famille sont profondément ancrés dans leur cœur et dans leur conscience. C'est vrai.

C'est une ville où il y a beaucoup d'églises et beaucoup d'images, et tout au long de l'année il y a beaucoup de circonstances religieuses à célébrer. Mais néanmoins, à l'intérieur de chaque cœur, ils ont placé leur autel, et ils ne quittent jamais la Vierge.

Vous avez une fraternité, n'est-ce pas ?

- Oui. L'Archiconfrérie du Très Saint Rosaire. Elle appartient à l'ensemble de l'Ordre et est universelle. C'est le groupe des fidèles. Ici, il y en a environ trois ou trois cent cinquante. Il s'agit d'un groupe de fidèles dont l'engagement est, au moins une fois par semaine, de prier une partie du Rosaire, puis de participer à la vie du sanctuaire, au culte de la Vierge, en collaboration avec les frères. Et ils ne cessent pas de faire partie de la famille dominicaine, et de l'Ordre dans ce sens.

Ici, pendant des années, une partie du couvent a été utilisée comme studio de radiodiffusion, et chaque jour, le Rosaire était diffusé depuis le couvent. Lorsque cette diffusion a été perdue, il faut se rappeler que la Conférence épiscopale espagnole, et même l'Ordre, voulaient acheter suffisamment d'espace pour diffuser le Rosaire chaque jour sur autant de stations de radio que nécessaire. Mais cela ne s'est pas concrétisé.

Et maintenant, la valeur des moyens de diffusion dont vous disposez est à nouveau mise en évidence. Regardez la chaîne de télévision, avec Radio Maria, et avec ces éléments qui ont également été mis en œuvre dans certains diocèses, le succès qu'ils rencontrent. Parce que beaucoup de personnes, et pas seulement les personnes âgées et les malades, pendant qu'elles font leurs affaires à la maison, peuvent en même temps prier et participer ainsi à la prière de l'Église.

Parlez-nous du Saint Patron de la ville, et du Galeona. Ceux d'entre nous qui ne connaissent pas bien l'histoire peuvent les confondre.

- Ce sont deux images différentes. L'une d'elles est la sainte patronne de Cadix, l'image grandeur nature de la sainte patronne, et elle est toujours dans son autel, dans son sanctuaire. D'ailleurs, la dévotion à la première image, celle de la Virgen del Carmen, est née ici, dans le couvent, et elle est née ici parce que nous, les dominicains, sommes arrivés à Cadix avant les carmes déchaussés, et quand ils sont arrivés, nous y avons porté la Vierge dans son temple.

Eh bien, ici à Cadix, il y avait chaque année trois expéditions militaires qui devaient préserver la marine marchande au milieu de la mer, précisément à cause de la piraterie des Anglais, des Portugais et de ceux qui se consacraient au vol en mer. Cette flotte armée, qui préservait la marine marchande, était appelée galions. Et l'un des capitaines de la flotte qui allait chaque année de Cadix à Cartagena de Indias, en Colombie, a eu l'idée suivante : "Pourquoi ne pas embarquer l'image que nous avons dans notre chapelle".

Ils avaient la chapelle de la terre ferme ici dans le couvent, pour enterrer les amiraux et les plus importants qui sont morts. Pourquoi ne pas prendre avec nous l'image que nous avons dans notre chapelle ? Pendant que nous sommes en mer, il va et vient avec nous. Et puis pendant notre temps de repos, ici à Cadix, c'est au couvent".

Et c'est ainsi que la Sainte Vierge a été embarquée chaque année pendant plus de 150 ans dans cette flotte. Il s'agit de la deuxième image de la Vierge du Rosaire, une sculpture de 70 à 75 centimètres. Lorsque le transit commercial a disparu et que le commerce a commencé à se faire par d'autres moyens, avions, etc., l'image est restée ici, au couvent.

Mais ensuite ils ont embarqué le Galeona et il a commencé à naviguer autour du monde...

- Oui, c'était quand le bateau-école est arrivé. Juan Sebastián Elcanoqui est le navire de l'Armada espagnole, où les marins font leurs derniers cours. Les hommes de l'Armada, avec le maire et le prieur de l'époque, ont eu l'idée que lorsque l'Elcano fera le tour du monde, pourquoi ne pas embarquer le Galeona. Elle vient avec nous et nous la rendons présente dans le monde entier, en rappelant la présence de la Vierge du Rosaire parmi les hommes de la mer depuis l'époque de Lépante, depuis la victoire navale de Lépante. Et c'est ce qui a été fait.

Et maintenant, dernièrement, elle a fait six fois le tour du monde. Et chaque année, nous l'accompagnons, nous faisons une petite procession, marins et nous, jusqu'à l'adieu d'Elcano, qui est toujours au quai de Cadix.

L'image grandeur nature de la Vierge du Rosaire, la sainte patronne, celle qui se trouve dans le sanctuaire, avec un vêtement, n'a pas été embarquée. Il a été embarqué à l'occasion, sporadiquement, lorsque nous l'avons emmené en visite dans les paroisses ou pour un acte marin sur le quai, mais très sporadiquement. Celle qui est toujours prise en charge est la deuxième image de la Vierge du Rosaire, que nous avons également ici au couvent.

Vierge Cadix

Hors micro, une dernière question, que nous reprenons également à la fin. Le pape porte du blanc à cause des Dominicains, dit-on. Et Frère Pascual le commente.

- C'est comme ça. Le pape s'habillait comme un cardinal jusqu'à ce qu'il devienne le pape Pie V, Saint Pie V. Il aimait beaucoup son habit dominicain, et il a été élu pontife, et c'est lui qui a dit, bon, c'est bien. Mais je ne vais pas changer ma façon habituelle de m'habiller, mon habitude, pour accomplir la tâche que vous m'avez confiée.

Et si vous regardez notre habit, l'habit du Pape est le même, la seule chose est qu'ils ont ajouté la ceinture sur laquelle il porte ses armoiries, et ensuite ils ont enlevé la crête à l'arrière du capuchon, qui est le signe des mendiants. Nous, les frères qui avons une capuche, et la capuche se termine par un bec, c'est parce que nous vivons en travaillant au milieu des autres. Le pape, parce que son travail est différent, a vu son capuchon s'arrondir, supprimant le sommet de la mendicité, mais c'est exactement le même habit. Et le pape est toujours celui qui porte du blanc dans l'Église.

Frère Pascual conclut en disant, de sa propre initiative et sans se poser de questions : "En ce moment, en Europe occidentale, ce mode de vie que nous menons présente de nombreuses lacunes et de nombreuses difficultés. Je pense qu'il faut faire demi-tour. C'est arrivé à l'époque romaine, et même à cette époque, ils étaient tellement sûrs : l'Empire romain allait tomber. Eh bien, il est tombé. Les mêmes difficultés que connaissent les familles et l'ordre social, et la façon dont nous avons vécu, affectent les ordres religieux et l'Église. Parce que nous faisons partie de tout le monde, et dans le monde, nous sommes avec vous".

Aujourd'hui, et c'est le nôtre, nous nous tournons vers la Vierge, la Vierge du Mont Carmel, la Vierge du Rosaire, et les invocations de chacun, et qui n'a pas une Carmen dans sa famille, proche ou lointaine, et un Rosaire près de lui !

L'auteurFrancisco Otamendi

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.