Actualités

Franz Reinisch : "Contre ma conscience - avec la grâce de Dieu - je ne peux et ne veux pas agir".

Il y a 80 ans, le prêtre autrichien de Schönstatt, Franz Reinisch, était exécuté : il était le seul prêtre à avoir refusé de prêter le serment d'allégeance à Hitler.

José M. García Pelegrín-16 août 2022-Temps de lecture : 4 minutes
FRANZ REINISCH

Photo : Franz Reinisch. @schoenstatt.org

En avril 1534, l'ancien Lord Chancelier Thomas More et l'évêque de Rochester John Fisher refusent de signer l'"Acte de suprématie" adopté par le Parlement anglais, qui fait du roi Henri VIII le chef de l'Église anglaise. More et Fisher ont été exécutés pour leur refus. Jean-Paul II a nommé Thomas More patron des gouvernants et des hommes politiques le 31 octobre 2000 : "De la vie et du martyre de saint Thomas More jaillit un message qui, à travers les siècles, parle aux hommes de tous les temps de la dignité inaliénable de la conscience", dit le Motu Proprio de sa proclamation.

Il y a eu des martyrs de conscience "à travers les siècles", y compris sous le régime national-socialiste. Ils ont suivi le dictat de leur conscience, par exemple les étudiants de la Rose blanche et d'autres qui ont refusé d'obéir au système antichrétien et inhumain des nazis et ont payé leur résistance de leur vie.

Martyr de la conscience

Une forme particulière de refus consistait à refuser de prêter serment d'allégeance à Hitler. Après la mort du président du Reich, Paul von Hindenburg, le 2 août 1934, la formule du serment a été modifiée. Au lieu de "toujours servir fidèlement et pleinement mon peuple et ma patrie", les conscrits devaient jurer "de rendre une obéissance inconditionnelle au Führer du Reich et du peuple allemand, Adolf Hitler".

Sur les 18 millions de soldats de la WehrmachtContrairement aux 30 000 déserteurs estimés, seuls quelques-uns ont refusé de prêter serment. Il peut y avoir différentes raisons pour la désertion ; le serment, par contre, a été rejeté pour des raisons de conscience. En dehors des Témoins de Jéhovah ou des "étudiants de la Bible" - qui n'ont pas spécifiquement rejeté le serment d'Hitler, mais le service militaire en général - selon les dernières études, une vingtaine de catholiques et neuf protestants ont franchi ce pas décisif.

Outre Franz Jägerstätter et Josef Mayr-Nusser, béatifiés respectivement en 2007 et 2017, le plus connu d'entre eux est Franz Reinisch, dont le procès de béatification a déjà dépassé le stade diocésain. Prêtre pallottin de Schönstatt, il a été condamné à mort pour "atteinte à la force de défense" (Wehrkraftzersetzung) en juillet 1942 et exécuté le 21 août de la même année, il y a 80 ans.

Dès 1939 et dans la maison de retraite de Schönstatt, Reinisch avait déjà déclaré : " Il n'est pas possible de prêter le serment, le serment au drapeau national-socialiste, à la Führer. C'est un péché, car ce serait comme prêter serment à un criminel... Notre conscience nous interdit de suivre une autorité qui ne fait qu'introduire le crime et le meurtre dans le monde dans un but de conquête. On ne peut prêter serment à un tel criminel ! Il a maintenu sa conviction jusqu'à la fin.

Vocation

Franz Reinisch est né le 1er février 1903 à Feldkirch-Levis (Vorarlberg). Son père étant avocat, il commence lui aussi des études de droit à l'université d'Innsbruck. Après une retraite de 30 jours à Wyhlen, près de Bâle, et au vu de la misère morale qu'il a rencontrée lors de ses études de médecine légale à Kiel en 1923, le désir de "gagner des âmes au Christ" s'est réveillé en lui. Il a décidé de devenir prêtre. Après trois ans au séminaire de Brixen, Reinisch a été ordonné prêtre le 29 juin 1928.

Il entre bientôt en contact avec les pères pallottins de Salzbourg. En novembre, il entre au noviciat des Pallottins à Untermerzbach, près de Bamberg. Par l'intermédiaire des Pallottines, Franz Reinisch fait la connaissance de Schönstatt en août 1934 (jusqu'en 1964, le mouvement Schönstatt est resté étroitement lié aux Pallottines sur le plan de l'organisation). Il avait enfin trouvé sa vocation.

C'est précisément à cette époque qu'il a commencé sa confrontation avec le national-socialisme. Il est scandalisé par le fait que, dans le cadre de ce que l'on appelle le "Röhm-Putsch" ("Nuit des longs couteaux"), fin juin 1934, le régime a fait assassiner des personnes sans condamnation judiciaire, mais aussi par le fait que Hitler a incorporé l'Autriche au Reich allemand en violation du droit international. Comme Dietrich Bonhoeffer, Reinisch reconnaît l'alternative : "Soit nazi, soit chrétien", il n'est pas possible d'être les deux.

Le chemin du martyre

Avec le début de la guerre, le la persécution de l'Église. En septembre 1940, Franz Reinisch se voit interdire de prêcher, ce qui scelle son destin : il ne peut occuper un poste dans une paroisse, ce qui lui permettrait d'être appelé à la conscription. Le 1er mars 1941, le père Reinisch reçoit l'ordre de se préparer à la conscription ; l'ordre de conscription proprement dit lui est envoyé le mardi de Pâques 1942.

Franz Reinisch arrive à la caserne de Bad Kissingen le 15 avril 1942, délibérément un jour plus tard que prévu. Il déclare immédiatement son refus de prêter le serment d'allégeance à Hitler et est emmené à la prison de Berlin-Tegel. Le procès devant le tribunal militaire du Reich a eu lieu le 7 juillet, mais la condamnation à mort avait déjà été prononcée. Il a été transféré à la prison de Brandenburg-Görden pour y être exécuté.

Dans sa plaidoirie finale au procès, il a déclaré : "Le condamné n'est pas un révolutionnaire, un ennemi de l'État et du peuple, qui se bat par la violence ; c'est un prêtre catholique qui utilise les armes de l'esprit et de la foi. Et il sait pour quoi il se bat. Franz Reinisch voit dans sa mort un signe d'expiation. Sa vie terrestre s'est achevée le vendredi 21 août 1942, à 5 h 03 du matin.

Des parents forts

Franz Reinisch est le seul prêtre catholique à avoir refusé de prêter le serment à Hitler, dont il avait connaissance : "Je sais que beaucoup de prêtres pensent différemment de moi ; mais j'ai beau faire mon examen de conscience, je ne peux arriver à une autre conclusion. Et contre ma conscience - avec la grâce de Dieu - je ne peux et ne veux pas agir". Ses parents ont réaffirmé sa décision ; dans une lettre, son père lui a dit : "La souffrance est brève et passe vite. Au bout de la souffrance imposée se trouve la joie éternelle. Finis tuus gloriosus erit ! La fin de la souffrance et le début de l'éternité seront magnifiques". Et sa mère : "Je n'ai rien à ajouter, sinon que je vais prier et me sacrifier encore plus ; sois fort, Franzl, le ciel est notre récompense".

Le procès de béatification de Franz Reinisch a été clôturé dans la phase diocésaine en juin 2019. Les dossiers et documents ont été envoyés à la Congrégation pour les Causes des Saints à Rome. En tant que martyr (de conscience), aucun miracle n'est nécessaire pour la béatification. C'est ce que Manfred Scheuer, évêque de Linz et vice-président de la Conférence épiscopale autrichienne, évoque dans le documentaire d'une heure "Pater Franz Reinisch - Der Film" (Angela Marlier, 2016) : le martyre de Franz Reinisch est "dans la lignée des martyrs de l'Église primitive qui ont dit non à l'empereur" et qui ont écrit en toutes lettres le credo disant : "Je renonce au mal".

Documentaire d'Angela Marlier
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.