Vatican

"Jésus seul nourrit nos âmes. Sans Lui, nous survivons plutôt que de vivre".

Le pape François a commenté l'Évangile de la messe après la prière de l'Angélus ce dimanche, où il a rappelé que Jésus est le véritable Pain de Vie.

David Fernández Alonso-9 août 2021-Temps de lecture : 3 minutes
angélus Pape François

Photo : ©2021 Catholic News Service / Conférence des évêques catholiques des États-Unis.

Le pape François, après la prière de l'Angélus depuis la fenêtre du Palais apostolique, face à la place Saint-Pierre, a commenté l'Évangile du jour, assurant que " dans l'Évangile de la liturgie d'aujourd'hui, Jésus continue de prêcher au peuple qui a vu le miracle de la multiplication des pains. Et il invite ce peuple à faire un saut de qualité : après avoir rappelé la manne, avec laquelle Dieu avait satisfait la faim des pères sur le chemin du désert, il applique maintenant le symbole du pain à lui-même. Il dit clairement : "Je suis le pain de la vie" (Jn 6,48)".

"Que signifie le pain de la vie ?" demande le pape de manière rhétorique. "Pour vivre, il faut du pain. Ceux qui ont faim ne demandent pas une nourriture raffinée et chère, ils demandent du pain. Les chômeurs ne demandent pas des salaires élevés, mais le "pain" d'un emploi. Jésus se révèle comme le pain, c'est-à-dire l'essentiel, le nécessaire à la vie de tous les jours, sans lui, ça ne marche pas. Pas un pain parmi d'autres, mais le pain de la vie. En d'autres termes, sans Lui, nous survivons plutôt que de vivre : parce que Lui seul nourrit notre âme, Lui seul nous pardonne le mal que nous ne pouvons surmonter seuls, Lui seul nous fait nous sentir aimés même si tout le monde nous déçoit, Lui seul nous donne la force d'aimer, Lui seul nous donne la force de pardonner dans les difficultés, Lui seul donne au cœur cette paix qu'il cherche, Lui seul donne la vie pour toujours quand la vie ici-bas est terminée. Et le pain essentiel de la vie.

"Je suis le pain de la vie", dit-il. Nous restons sur cette belle image de Jésus. Il aurait pu faire un raisonnement, une démonstration, mais - nous le savons - Jésus parle en paraboles, et dans cette expression : "Je suis le pain de la vie", il résume vraiment tout son être et toute sa mission. On le verra pleinement à la fin, lors de la dernière Cène. Jésus sait que le Père lui demande non seulement de nourrir les gens, mais de se donner, de se briser lui-même, sa propre vie, sa propre chair, son propre cœur, pour que nous ayons la vie. Ces paroles du Seigneur éveillent en nous l'admiration pour le don de l'Eucharistie. Personne dans ce monde, quel que soit l'amour qu'il porte à une autre personne, ne peut se faire une nourriture pour elle. Dieu l'a fait, et le fait encore, pour nous. Renouvelons cet émerveillement. Faisons-le en adorant le Pain de Vie, car l'adoration remplit la vie d'émerveillement.

"Dans l'Évangile, cependant, poursuit François, au lieu d'être étonnés, les gens sont scandalisés, ils déchirent leurs vêtements. Ils pensent : "N'est-ce pas là Jésus, fils de Joseph, dont nous connaissons le père et la mère, et comment peut-il dire maintenant : "Je suis descendu du ciel"" (cf. v. 41-42). Peut-être sommes-nous nous aussi scandalisés : nous serions plus à l'aise avec un Dieu qui est au ciel sans se mêler de nos vies, tandis que nous pouvons gérer nos affaires ici-bas. Mais Dieu s'est fait homme pour entrer dans le concret du monde, pour entrer dans notre concret, Dieu s'est fait homme pour moi, pour toi, pour nous tous, pour entrer dans nos vies. Et il s'intéresse à tout dans notre vie. Nous pouvons lui parler de nos affections, de notre travail, de notre parcours, de nos douleurs, de nos angoisses, de beaucoup de choses. Nous pouvons tout lui dire car Jésus désire cette intimité avec nous. Que ne veut-il pas ? Être relégué au second plan - Lui qui est le pain - être négligé et laissé de côté, ou être appelé seulement lorsque nous sommes dans le besoin".

"Je suis le pain de la vie. Au moins une fois par jour, nous nous retrouvons à manger ensemble, peut-être le soir, en famille, après une journée de travail ou d'études. Il serait bien, avant de rompre le pain, d'inviter Jésus, le pain de vie, en lui demandant en toute simplicité de bénir ce que nous avons fait et ce que nous n'avons pas fait. Invitons-le à la maison, prions de manière "domestique". Jésus sera à table avec nous et nous serons nourris d'un plus grand amour".

Le Pape a conclu en se tournant vers la Vierge Marie : " Que la Vierge Marie, en qui le Verbe s'est fait chair, nous aide à grandir jour après jour dans l'amitié de Jésus, le pain de la vie.

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.