Amérique

Battre le cœur au Texas

La loi dite "Heartbeat" est entrée en vigueur au Texas le 1er septembre et interdit l'avortement dès la détection d'un battement de cœur fœtal, qui se produit généralement au cours de la sixième semaine de gestation.

Gonzalo Meza-8 septembre 2021-Temps de lecture : 4 minutes
salle de parentalité planifiée

Photo : ©2021 Catholic News Service / Conférence des évêques catholiques des États-Unis.

Selon l'association "Texas Right Pro Life", depuis la dépénalisation de l'avortement en 1973 avec la décision "Texas Right Pro Life", l'association "Texas Right Pro Life" est une organisation "très importante".Roe v. Wade"Plus de 62 millions d'avortements ont été pratiqués aux États-Unis. Pour la seule année 2017, environ 862 320 avortements ont été enregistrés, dont 55 540 au Texas. 

Le mercredi 1er septembre, la loi "Heartbeat" est entrée en vigueur dans l'État du Texas. Elle interdit l'avortement dès la détection d'un battement de cœur fœtal, qui se produit généralement au cours de la sixième semaine de gestation. Cette loi - l'une des plus strictes du pays, également connue sous le nom de Senate Bill 8 (SB 8) - a été introduite en mars à la Chambre haute par le sénateur Bryan Hughes, puis envoyée en mai au gouverneur du Texas, Greg Abbott, pour ratification. 

Avant son entrée en vigueur le 1er septembre, des prestataires de services d'avortement, dont Whole Woman's Health, avaient déposé une "pétition d'urgence" auprès de la Cour suprême des États-Unis pour bloquer sa mise en œuvre. Toutefois, le 1er septembre, la plus haute juridiction du pays a rejeté cette demande et la loi est entrée en vigueur dans l'État du Texas.

Avant cette loi, le Texas interdisait les avortements après 20 semaines de grossesse. Toutefois, la nouvelle législation interdit désormais de pratiquer ou de provoquer des avortements dès que les battements du cœur de l'enfant à naître sont détectés. Les seules exceptions sont les urgences médicales clairement définies. Ainsi, lorsque les battements du cœur sont détectés, il est interdit au médecin de pratiquer ou de provoquer un avortement. S'il le fait, il peut être poursuivi au civil. Une autre particularité de cette loi est qu'elle autorise tout citoyen à se porter partie civile contre une personne qui pratique ou provoque un avortement en violation de cette loi. Cela signifie, par exemple, qu'une personne qui conduit une femme à la clinique pour se faire avorter après 6 semaines, ou qui l'aide financièrement à se faire avorter, peut se retrouver devant les tribunaux. Il en va de même pour le personnel médical. Ce qui est intéressant dans cette loi, c'est que tout citoyen peut la dénoncer, et que des incitations juridiques et financières sont même accordées à ceux qui le font. 

Une autre particularité de cette loi est qu'afin d'éviter les ambiguïtés, qui peuvent être trompeuses dans la pratique médicale, le SB 8 donne une série de définitions très précises de divers termes, dont grossesse, enfant à naître et battement de cœur fœtal. La loi définit la grossesse comme "l'état reproductif humain féminin qui commence avec la fécondation, qui se produit lorsque la femme est enceinte d'une progéniture humaine en développement et qui est calculé à partir du premier jour de la dernière période menstruelle de la femme". L'enfant à naître est défini comme "un fœtus ou un embryon humain à tout stade de la gestation, de la fécondation à la naissance". Le battement de cœur du fœtus comme "l'activité cardiaque rythmique constante et répétitive ou la contraction du cœur du fœtus à l'intérieur du sac gestationnel". 

La Conférence des évêques catholiques du Texas a soutenu le premier projet de loi en mars, déclarant que "la protection de la vie est une priorité fondamentale pour l'Église et pour la société". Marjorie Dannenfelser, présidente de la Susan B. Anthony List, a déclaré le 2 septembre que "ce projet de loi reflète la réalité scientifique selon laquelle les enfants à naître sont des êtres humains dont le cœur bat à six semaines. Nous sommes reconnaissants du leadership du gouverneur Abbott, du courage de l'assemblée législative du Texas et du soutien de tous nos alliés pro-vie dans les gouvernements des États du pays qui luttent continuellement pour les enfants à naître et leurs mères.

La bataille ne sera pas facile. Le 2 septembre, le président Joe Biden - un catholique autoproclamé qui assiste à la messe dominicale et communie - a promis de lancer un assaut complet contre la loi en utilisant toutes les ressources dont dispose le gouvernement : "La décision soudaine de la Cour suprême constitue une attaque sans précédent contre les droits constitutionnels des femmes énoncés dans l'arrêt Roe v. Wade, qui fait loi dans ce pays depuis près de cinquante ans... L'une des raisons pour lesquelles je suis devenu le premier président de l'histoire à créer un Conseil de la politique du genre était de réagir aux attaques contre les droits des femmes. J'ai donc demandé au Conseil et au bureau du conseiller de la Maison Blanche de lancer un effort global, à l'échelle du gouvernement, pour répondre à cette décision. 

Les groupes et les prestataires de services d'avortement sont soutenus non seulement par l'actuelle administration démocrate (pro-avortement), mais aussi par des groupes d'intérêt économiquement puissants et influents qui soutiennent toutes sortes d'initiatives et d'institutions de "santé génésique", dont Planned Parenthood (PP), l'un des plus grands réseaux de cliniques d'avortement. À la suite de l'entrée en vigueur de la loi, le PP a indiqué qu'il ferait "tout son possible pour continuer à fournir et à protéger l'accès à l'avortement et aux autres services de santé génésique" et a ajouté que si une femme ne peut pas recevoir de soins pour obtenir un avortement au Texas, il l'aidera à obtenir des soins hors de l'État, y compris une aide financière. La bataille ne sera pas facile, mais cela ne décourage pas les centaines de groupes catholiques et chrétiens pro-vie qui, depuis près de cinq décennies, soutiennent les enfants à naître et les femmes enceintes, que ce soit par des groupes de prière dans les paroisses ou devant les cliniques PP ou par des institutions pro-vie qui travaillent sur des projets de loi pro-avortement. Aux États-Unis, il existe actuellement 540 projets de loi en faveur de l'avortement, dont 69 ont déjà été adoptés.

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.