Espagne

Les groupes féministes et pro-vie s'accordent pour critiquer la "maternité de substitution".

Omnes-5 mai 2017-Temps de lecture : 4 minutes

Une journée d'information sur la maternité de substitution a suscité des protestations de la part de groupes féministes et de collectifs LGTBI qui considèrent cette pratique comme une exploitation des femmes.

-Henry Carlier

Il est curieux que, sur la "gestation pour autrui", deux groupes aussi éloignés idéologiquement que les organisations féministes et les groupes LGTBI (lesbiennes, gays, transgenres, bisexuels et intersexués), d'une part, et les associations pro-vie, d'autre part, coïncident sur la même chose : qu'il s'agit d'une "l'exploitation des femmes", aussi reproductive ou altruiste qu'elle puisse être.

Le 6 mai, une mobilisation est prévue à l'occasion du Réseau national contre la maternité de substitution (comprenant quelque 50 groupes féministes) pour protester contre la soi-disant Salon Surrofair à MadridL'événement était organisé par une société de conseil en maternité de substitution en Ukraine.

Quelques semaines auparavant, les représentants de ce réseau ont exigé de la mairie de Madrid et de la Communauté autonome de Madrid qu'elles s'acquittent de leur devoir de "pour empêcher cette foire d'avoir lieu avec la loi en main". "Ce serait comme autoriser une foire sur le trafic de drogue", a déclaré Sonia Lamas, porte-parole de la plateforme. Ils ont prévenu que la maternité de substitution menaçait les droits des femmes, et qu'elle "ne sont pas du bétail pour satisfaire les désirs de reproduction de quelques-uns".. En outre, "se heurte à la loi en vigueur et aux droits de l'enfant".

Alicia Miyares, présidente de Nous ne sommes pas des vaisseauxLe contrat de maternité de substitution, a-t-il souligné, implique la renonciation du droit de la mère porteuse à "un droit fondamental La Commission a également ajouté que le consentement de la mère à la filiation de l'enfant n'était pas requis : "Pouvez-vous imaginer un contrat dans lequel l'une des parties renonce irrévocablement à son droit de vote ? Il ne s'agit pas de "une technique de procréation assistée de plus". y "n'est pas comparable au don d'ovules", parce qu'ici un être humain est donné et "Une créature n'est pas donnée.

Elle a également critiqué la maternité de substitution "altruiste" : ce serait une "couverture".. "Ce qu'ils veulent, c'est une loi, aussi restrictive soit-elle, pour enregistrer les enfants nés à l'étranger", parce qu'en Espagne, il n'y a pas beaucoup de femmes prêtes à faire des gestations pour d'autres.

Ramón Martínez, vice-président de la Commission européenne. Nous sommes différents et au nom des collectifs LGTBI, a défendu l'adoption d'enfants et a mis en évidence le fait que "La solution au problème de la parentalité ne consiste pas à faire fi des droits des femmes.

Pour Elena Rábada, présidente du parti féministe, la maternité de substitution "est très proche des réseaux de trafic d'êtres humains". D'autre part, elle a été remise en question : "Pourquoi le trafic d'organes est-il contraire à l'éthique et la gestation pour autrui à l'éthique ?

Il est également original que ces groupes féministes et collectifs LGTBI utilisent désormais, pour s'opposer à la gestation pour autrui, l'argument des associations pro-vie pour dénoncer l'introduction de l'avortement.

Le site Réseau national contre la maternité de substitution se méfie du fait que le nombre de cas en Espagne se chiffre en milliers : le chiffre sera gonflé pour faire croire qu'il s'agit d'une nécessité sociale.

Quelques aspects pertinents

En conversation avec Elena Postigo Solana, docteur en bioéthique et coordinatrice de la Chaire de bioéthique de l'Université de Barcelone. Fondation Jérôme Lejeuneclarifié certains aspects de la "maternité de substitution". D'abord, qu'il vaudrait mieux parler de "maternité de substitution", car ce qui est substitué, c'est que la femme accouche. Et la "gestation pour autrui" ne décrit pas vraiment ce qui se passe, car ce n'est pas seulement l'utérus qui est loué, mais la personne entière de la gestatrice.

Il souligne que la maternité de substitution est en train de devenir une activité très lucrative, ce qui a donné lieu à ce que l'on appelle le "tourisme reproductif" dans les pays en développement.

Il est clair qu'il n'existe pas de droit à l'enfant qui justifie un hypothétique droit à la maternité de substitution, et bien qu'elle puisse être initialement motivée par l'altruisme, la maternité de substitution est souvent précédée d'un accord de versement d'une indemnité ou de prise en charge des frais de santé.

Cadre juridique actuel

Légalement, le contrat de maternité de substitution dans notre pays est considéré comme nul et non avenu par l'article 10 de la loi 14/2006, du 26 mai, sur les techniques de reproduction humaine assistée. La mère est celle qui donne naissance. La nullité de ce contrat est fondée sur la dignité de la femme enceinte et de l'enfant, qui ne peuvent être transformés en objet commercial, pas plus que leur corps.

En droit pénal, la maternité de substitution est qualifiée de crime à l'article 221 de la loi organique 10/1995, du 23 novembre, du code pénal. Cette loi punit ceux qui, moyennant une compensation financière, remettent un enfant, un descendant ou tout mineur à une autre personne, même s'il n'existe aucun lien de filiation ou de parenté, en évitant les procédures légales de tutelle, de placement familial ou d'adoption, dans le but d'établir un lien similaire à celui de la filiation. Elle est passible d'une peine d'emprisonnement de un à cinq ans et d'une interdiction d'exercer l'autorité parentale, la tutelle, la curatelle ou la garde pendant quatre à dix ans.

Malgré cette réglementation, l'Espagne a reconnu la gestation pour autrui suite à un arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme du 26 juin 2014. Et l'inscription au registre civil d'un enfant né hors d'Espagne par le biais d'une mère porteuse est autorisée sur la base de l'intérêt de l'enfant. Toutefois, l'interdiction de la maternité de substitution n'a pas été modifiée.

Dans d'autres pays

Bien que dans certains pays comme l'Albanie, la Géorgie, la Croatie, les Pays-Bas, la Russie, le Royaume-Uni, la Grèce et l'Ukraine, la maternité de substitution soit légale, elle est interdite dans la grande majorité des États européens. Outre l'Espagne, il est expressément interdit en Allemagne, en Autriche, en Estonie, en Finlande, en Islande, en Moldavie, au Monténégro, en Serbie, en Slovénie, en Suède, en Suisse, en Turquie et en France. Toutefois, comme en Espagne, l'arrêt précité de la Cour européenne des droits de l'homme a également conduit à la reconnaissance du droit à la maternité de substitution dans toute l'Union européenne.

Il est partiellement toléré en Belgique, au Luxembourg, en Pologne ou en République tchèque. En Hongrie, en Irlande, en Lettonie, en Lituanie, à Malte, à Monaco, en Roumanie, à Saint-Marin et en Bosnie-Herzégovine, il n'existe aucune réglementation interdisant expressément cette pratique.

En dehors de l'Europe, elle est reconnue dans sept États américains ainsi qu'au Mexique, en Australie, en Inde et en Thaïlande. Dans ces deux derniers pays, afin de limiter le tourisme procréatif, les gouvernements interdisent la maternité de substitution pour les étrangers.

Selon Elena Postigo, le coût de la maternité de substitution varie. Aux États-Unis, où le nombre annuel de naissances par substitution a doublé au cours des six dernières années pour atteindre environ 2 000, la location des services d'une mère porteuse coûte 225 000 dollars ; en Inde ou en Thaïlande, environ 72 000 dollars. Dans le cas de l'Inde, le plus grand marché de mères porteuses au monde, le commerce des mères porteuses génère pas moins de 2,3 milliards de dollars par an.

Elena Postigo avertit que la gestation pour autrui s'accompagne toujours d'une fécondation in vitroLes implications médicales, éthiques et juridiques sont très graves (par exemple, le droit de l'enfant à connaître la filiation du parent donneur est violé). Les implications médicales, éthiques et juridiques sont très graves (par exemple, le droit de l'enfant à connaître la paternité du parent donneur est violé). Par conséquent, avant de légiférer sur cette question, il faudrait l'étudier en détail, même s'il estime que cette pratique devrait être interdite, comme l'ont fait d'autres pays de la région. n

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.