Expériences

L'utilisation de l'art dans le cours de religion, une ressource pédagogique

Omnes-18 mars 2018-Temps de lecture : 8 minutes

Une image vaut mille mots, comme le dit le proverbe. Et c'est ce qui est proposé ici aux professeurs de religion comme l'une des ressources pédagogiques possibles pour l'enseignement de la matière : expliquer les vérités de la foi chrétienne à l'aide du grand nombre d'œuvres picturales que l'on peut trouver dans les musées.

- Arturo Cañamares Pascual

Puisque la beauté est une propriété des choses créées, et que tout ce qui existe a été créé par Dieu (ou par les êtres humains, qui ont également été créés et aimés par Dieu), l'enseignement de la beauté nous rapproche de la contemplation de Dieu.

Les philosophes disent que la beauté est un transcendantal de l'être : c'est le goût du vrai et du bon dans ce que nous voyons. Lorsque nous contemplons quelque chose de beau, cela nous procure du plaisir, en attirant notre regard ou notre oreille.

La beauté dans l'art est une épiphanieune manifestation de Dieu aux hommes (cfr. Lettre aux artistesJean Paul II). Grâce aux artistes, le mystère de Dieu est plus accessible (cf. Insegnamenti IIPaul VI).

Velázquez avec son tableau Le Christ crucifié ou Mel Gibson avec son film La passion nous ont rapprochés de l'étonnant mystère de la mort du Seigneur ; le mystère de Noël montré dans sa simplicité par saint François dans sa première Nativité "vivante", ou grâce à tant de représentations de Bethléem dans nos maisons avec les classiques figurines, nous permettent de comprendre et de vivre plus facilement ce mystère.

Le monde a besoin de beauté pour ne pas tomber dans la monotonie, la tristesse ou le désespoir. La beauté, comme la vérité, sème la joie dans le cœur des hommes ; elle est le fruit précieux qui résiste à l'usure du temps, qui unit les générations et les fait communiquer dans l'admiration. La beauté, disait Platon, est comme une secousse qui nous réveille de notre sommeil, nous fait sortir de nous-mêmes et nous soulève.

D'une certaine manière, Dieu devient présent dans la beauté. Le titre de l'exposition d'art religieux organisée pendant les JMJ 2011 au musée du Prado était tout à fait approprié : Le Verbe fait image !

L'expérience de la beauté est nécessaire à la recherche du sens et du bonheur, car elle nous rapproche de la réalité et l'illumine (Discours aux artistesBenoît XVI).

Von Bhaltasar, dit que les via pulchritudinisLa voie de la beauté, la voie de la beauté, nous fait marcher vers la contemplation de ce qui est vrai et bon. Mais quand quelqu'un rejette la beauté, il ne peut plus prier et, finalement, il ne pourra pas aimer.

Les grands mystiques (sainte Thérèse de Jésus, saint Jean de la Croix) ont contemplé Dieu et sont tombés amoureux de sa Beauté, qu'ils ont vue dans le chant d'un petit oiseau, dans une rivière, dans une sculpture du Christ...

On dit souvent que le goût ne se discute pas. En êtes-vous sûr ? Il y a beaucoup de choses qui ont été pensées et écrites sur les goûts. Le beau est agréable : l'Immaculée Conception de Murillo, la Requiem de Mozart, ou une crèche de Salzillo ou Mayo plaisent à tous, même s'il est plus difficile pour certains de les comprendre et donc de mieux les apprécier. Et inversement : ce qui est désagréable, minable ou provocateur est contraire à la dignité humaine ; il dégrade ceux qui le font et ceux qui le voient. Un film, une émission de télévision ou un tableau fait pour dégoûter est une insulte au plus noble des êtres humains. C'est ce que recherche une société qui embrasse l'incohérence du relativisme, qui rejette la vérité et, par conséquent, évite aussi la beauté qui nous montre cette vérité.

Le cours de religion est un cadre privilégié pour enseigner en utilisant la beauté. S'appuyer sur l'histoire et la culture avec ses diverses manifestations artistiques ouvre les sens au transcendant et facilite la compréhension de ce que nous essayons d'expliquer.

Rappelons quelques ressources pratiques qui peuvent enrichir un cours et le rendre plus attractif : utiliser l'art en classe, parler avec des images ; rendre le contenu familier, proche, possible, connecté à sa propre vie (cfr. Evangelii Gaudium(Pape François). Son utilisation est légitimée par Jésus lui-même, le Maître, qui avait l'habitude d'enseigner des paraboles, des comparaisons pleines de beauté et accessibles à ceux qui les écoutaient.

Les enseignements de Jésus n'ont pas perdu leur valeur, car la beauté est stable. Ils servent et attirent tous ceux à qui ils sont offerts : La parabole du fils prodigue ou la parabole du bon Samaritain est un moyen d'enseignement extraordinaire utilisé par le Seigneur. La vie même de Jésus, si elle est bien expliquée, attire également, car il est Vérité et Bonté, et donc la Beauté ultime.

Dans le cours de religion, il est très bon d'utiliser la méthode que Jésus a utilisée et que les théologiens appellent synkatabasis (condescendance, abaissement), qui consiste à se mettre au niveau de ceux qui nous écoutent, afin qu'ils nous comprennent et rendent notre langage accessible. Dans de nombreux cas, une image artistique vaut mille mots. Puis, lorsqu'ils ont saisi le message que l'artiste de cette œuvre propose, nous devons aider nos élèves à s'élever, en dépassant la toile ou la sculpture qui se trouve devant nous, jusqu'à la contemplation de la Beauté suprême, qui est toujours Dieu.

De nombreux exemples peuvent nous aider. En cette année de la miséricorde, cela peut nous aider à expliquer le logo du Bon Pasteur avec sa devise "Miséricordieux comme le PèreNous pouvons également expliquer la signification de la Porte Sainte. Nous pouvons également nous appuyer sur l'utilisation de tableaux connus tels que le Le retour du fils prodigue de Rembrandt ou Murillo.

En peinture, nous avons la chance de disposer d'un grand nombre d'œuvres d'art qui peuvent nous aider dans notre travail d'enseignant. A la fin de l'article, j'en propose quelques-uns à titre d'exemple.

Avec les jeunes enfants, nous pouvons aussi les amener à s'exprimer artistiquement en dessinant un événement biblique que nous avons expliqué. Par exemple, j'ai demandé à mes élèves de dessiner la résurrection de Lazare dont je venais de leur parler, et le lendemain, ils m'ont apporté des dessins qui auraient pu être utilisés pour organiser une exposition.

En sculpture, nous avons le privilège de disposer d'une grande iconographie d'œuvres sur la naissance de Jésus (par exemple, les crèches de Francisco Salzillo), sur Pâques (par exemple, les Le Christ souffrant de Sainte Thérèsede Gregorio Fernández), des images de la Vierge Marie (le Immaculée par Alonso Cano), etc.

En ce qui concerne l'architecture, le trésor des basiliques, monastères et cathédrales, ou l'église paroissiale la plus proche, est tout à fait approprié pour montrer à nos étudiants ce que le sujet de la religion a à leur offrir.

La musique est également une manifestation artistique très utile, qu'il s'agisse de la musique classique, créée pour louer le Seigneur par des compositeurs de renommée internationale, ou des paroles des chants liturgiques que nous utilisons lors de l'Eucharistie dominicale.

Prenons ici quelques œuvres pour servir d'exemples : deux sur Noël et une sur la mort du Seigneur.

Le culte des bergers

Les bergers ont été les premiers à recevoir la bonne nouvelle de la naissance de l'Enfant Jésus : un chœur d'anges chante et contemple Jésus tandis que les bergers s'approchent pour l'adorer et tenir compagnie à la Sainte Famille. Saint Joseph, à gauche, les bras ouverts, regarde avec surprise l'Enfant et médite sur ce que les bergers ont raconté : que les anges leur ont annoncé la naissance du Messie tant attendu.

La Vierge Marie regarde Jésus avec douceur et prie dans un silence joyeux. Les bergers accompagnent Jésus. L'un d'eux, celui qui est agenouillé avec un petit agneau en cadeau à ses pieds, est le peintre lui-même, qui a voulu se représenter de cette manière.

Le bœuf ne veut pas manquer un détail et observe attentivement le Fils de Dieu. Un âne, perdu dans l'obscurité, se repose, peut-être après un voyage fatigant et difficile - rappelons que Marie était en train d'accoucher - de Nazareth à Bethléem pour effectuer le recensement, et se sent maintenant sans importance dans un moment aussi grandiose et on ne voit que son museau (à droite, à côté du pantalon bleu du berger).

L'un des anges porte une affiche avec le premier chant de l'histoire : "Gloire à Dieu dans les cieux et sur la terre paix aux hommes...". Au milieu de l'obscurité de la nuit, Jésus est la lumière du monde qui éclaire les ténèbres de l'humanité : il nous apporte la paix, maintenant qu'elle est si nécessaire.

L'auteur n'avait pas besoin de montrer la scène dans une étable froide, comme on peut le voir à l'arrière-plan ; il a plutôt voulu nous présenter le Seigneur entouré d'une grotte faite d'amour : comme la coupole ou le plafond de cette grotte d'amour sont les anges chantant joyeusement, et les murs sont la Vierge Marie, son mari Saint Joseph et les bergers eux-mêmes, y compris El Greco, comme mentionné ci-dessus.

La Sainte Famille du Petit Oiseau

La scène évoque les tâches quotidiennes de la famille de Nazareth. La Vierge Marie, Mère de Dieu, est en train d'enrouler un écheveau de fil (le mouvement du rouet est suggéré, comme l'a fait Velázquez dans son célèbre tableau des Fileuses), tandis que Saint Joseph, se reposant un moment de son travail (voir ses outils de charpentier), enseigne quelque chose à Jésus. Marie et Joseph regardent l'Enfant. De cette façon, l'auteur nous explique le naturel qui était vécu dans la sainte maison, entre le travail ordinaire bien fait et l'attention portée à rendre la vie des autres heureuse. C'est avec cette simplicité que nous devons traiter le Christ et lui offrir notre travail (étude) bien fait. En outre, le tableau contient une autre signification : Jésus protège le petit oiseau (notre âme) des mâchoires du diable (le chien, qui se présente comme une personne de bonne humeur, car le diable ment toujours, ce qui rend la tentation attrayante). Si nous sommes avec le Seigneur, nous serons toujours protégés.

Terminons par l'image que le pape François apprécie le plus et qu'il a lui-même utilisée à plusieurs reprises dans sa catéchèse. Je suis sûr que ceux d'entre vous qui enseignent dans les dernières années de l'ESO ou dans le Bachillerato l'aimeront, pour l'appliquer dans une classe sur l'histoire de l'Église.

Crucifixion blanche

Nous témoignons avec tristesse du sacrifice du Christ, mort sur la croix pour racheter l'humanité. Tout est enveloppé de ténèbres (dans des tons froids : gris) représentant les souffrances et les angoisses de l'humanité : la haine des uns pour les autres, les guerres et toutes les douleurs de l'humanité. Le monde est éclairé par un rayon de lumière qui vient du ciel et nous montre le Christ comme notre sauveur.

À droite, les Juifs sont persécutés par les nazis et leur synagogue est brûlée (signifiant la haine de la religion). Au-dessus de la porte de la synagogue se trouvent les tables de la loi, l'étoile de David et le lion de Judée, dans une allusion claire aux Juifs.

sion aux prophéties messianiques. Des objets tombent au sol, y compris la Torah (bible juive) qui roule. Certains Juifs fuient avec ce qu'ils peuvent (l'un porte d'autres livres ou rouleaux de la bible ; une femme avec son enfant sur les genoux...).

A gauche, la révolution russe détruisant des maisons (une allusion claire à la lutte contre la propriété privée) et sa haine de la religion. On peut voir des drapeaux et des soldats, des maisons brûlées et des blessés.

C'est l'horreur de la guerre : tout ce qui est humain est représenté dans la "mer de l'humain", où l'on voit la barque de Pierre (l'Église), qui ne coule pas, parce que le Christ est en elle, comme dans le miracle de la tempête calme : Jésus dormait pendant que les apôtres terrifiés réalisaient qu'ils ne pouvaient rien faire pour sauver leur vie. Ils se sont donc tournés vers le Seigneur et l'ont supplié : "Seigneur, nous périssons !"Et le Christ menaça le vent et la mer et un grand calme s'ensuivit. Au milieu des difficultés que l'Église a connues historiquement (Empire romain, barbares, etc., dans l'Antiquité ; et plus actuellement avec les Lumières, les révolutions marxistes, etc.), Jésus a toujours été dans la barque de l'Église. S'il semble couler maintenant, nous n'avons qu'à le prier et Jésus agira.

Il y a une échelle à côté de la Croix. C'est l'échelle que Joseph d'Arimathie a utilisée pour descendre le Christ et l'enterrer. Mais cette échelle a un sens beaucoup plus profond : c'est notre foi, la réponse de l'homme à l'appel et au salut de Dieu. Nous devons monter et embrasser la Croix pour atteindre le bonheur.

Jésus est le Messie attendu par les Juifs : le chandelier était une figure de la présence de Dieu parmi son peuple élu ; ce chandelier est au pied de la Croix.

Enfin, Dieu le Père est vu au ciel appelant à la félicité et au bonheur avec Lui ceux qui ont souffert la mort dans ces guerres, à condition qu'ils acceptent le salut offert par le Christ.

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.