Initiatives

Jeunesse Kukoa. Changer le monde petit à petit 

Que peut faire un adolescent pour la société ? Peut-être un peu plus que de ne pas trop se plaindre, pourrait-on penser. Mais cela ne suffisait pas à Pelayo Blanco, un jeune madrilène qui, en janvier 2022, a décidé de commencer à organiser des activités de volontariat pour les jeunes. 

Maria José Atienza-25 novembre 2022-Temps de lecture : 4 minutes
kukoa

Kukoa Jóvenes est aujourd'hui une petite plate-forme de bénévoles, avec un peu plus de deux cents bénévoles parmi ses membres, mais inarrêtable. 

Pour Pelayo Blanco, son promoteur, son histoire personnelle a beaucoup à voir avec cette initiative : "Je suis né à Madrid le 2 septembre 2005, dans une famille chrétienne pour laquelle je remercie Dieu chaque jour. Depuis que je suis enfant, j'ai toujours voulu partager des aventures avec les autres. Mes deux grandes idoles ne sont ni des célébrités ni des sportifs : ce sont mon grand-père et mon père. Mon grand-père a élevé douze enfants et a dirigé une entreprise ; il a dû beaucoup souffrir : depuis la quarantaine, quand il a eu sa première crise cardiaque, il a eu des problèmes de santé constants. De mon père, j'ai appris à valoriser le souci du détail dans le travail quotidien, le dévouement et l'attachement aux personnes que l'on aime. Lorsque j'avais quatorze ans, pendant la pandémie de Covid-19, j'ai été étonné de voir combien de personnes souffraient et que presque personne ne s'en souciait vraiment. En plein enfermement, avec ma meilleure amie, nous avons commencé à envoyer des vidéos de motivation à des personnes âgées vivant dans des maisons de retraite. Peu de temps après, j'ai commencé à fréquenter une paroisse où l'on organisait des activités de volontariat, surtout en été, où j'ai découvert qui est le volontaire par excellence : "Il n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie pour la rédemption de la multitude" (Mt 20,28) : Jésus-Christ. 

Les débuts de Kukoa

Petit à petit, l'idée d'un programme de volontariat plus organisé avec son groupe d'amis a commencé à prendre forme dans la tête de Pelayo : "À la suite de ces activités, et après avoir passé beaucoup de temps devant le Tabernacle, j'ai réalisé qu'il y a beaucoup de jeunes qui souhaitent aider, mais souvent il n'y a pas d'accès facile au volontariat. En décembre 2021, alors que j'avais seize ans, j'ai contacté une soupe populaire et organisé un "camp" pour mon groupe d'amis, où nous avons contribué à nourrir des personnes dans le besoin pendant une semaine. À la fin, j'ai fait le calcul et j'ai réalisé que près de soixante lycéens avaient utilisé leur temps libre pour aider quatre-vingt-dix familles à manger des repas chauds pendant une semaine. Au cours de cette semaine, j'ai vu comment Dieu m'a montré le chemin que je devais suivre pour aller au paradis : il ne m'a pas facilité la tâche, mais je ne pouvais pas le refuser".

Ainsi, "Une semaine plus tard, nous avons créé une équipe de neuf personnes fantastiques avec lesquelles je me suis lancé dans cette folie : nous avons défini quatre domaines d'action et fait connaître l'initiative par le biais des réseaux sociaux. À la mi-janvier, nous avons organisé le premier événement de volontariat, en distribuant des petits déjeuners aux personnes vivant dans les rues de Madrid, la capitale de l'Espagne. Lors de cette première action, Carlos, un sans-abri de soixante-deux ans, nous a demandé une couverture ; malheureusement, nous n'avions pas prévu ce genre de demande et nous n'avons donc pas pu l'aider à ce moment-là. L'impuissance que je ressentais était telle que, le 6 février, nous avons distribué 300 couvertures et 500 manteaux aux personnes vivant dans les rues de la ville.

Quelques mois plus tard, la Russie a envahi l'Ukraine. Dans la lignée de la "folie" qui a toujours caractérisé l'action de l Kukoa, "Nous avons eu une réunion d'urgence pour organiser un voyage en Ukraine. Nous avons décidé d'emmener un convoi de neuf bus d'aide humanitaire en Ukraine, de le décharger et de revenir avec des bus de réfugiés ukrainiens. Après avoir passé plusieurs nuits à l'organiser, à parler à d'importantes compagnies de bus et à d'éventuels donateurs, nous avons réalisé que c'était un projet totalement irréalisable, et nous avons donc décidé de continuer avec nos volontaires de masse, mais à Madrid. Espérons que nous aurons bientôt les moyens de franchir les frontières que nous n'avons pas pu atteindre à cette occasion".

Les projets de Kukoa

"Actuellement, plus de 230 lycéens et étudiants ont participé à nos programmes de volontariat, met en évidence Pelayo Blanco. "Nous avons quatre domaines d'action, dont au moins trois sont organisés sur une base hebdomadaire. 

Nous nous occupons principalement des personnes économiquement défavorisées. Dans ce domaine, le bénévolat le plus important est le petit-déjeuner solidaire, mais nous participons également aux collectes pour la Banque alimentaire ou Caritas et nous collaborons avec les soupes populaires. 

-D'autre part, les enfants handicapés et les enfants malades sont deux de nos autres domaines, où nous organisons des activités de loisirs et des visites à domicile, qui sont assez similaires. 

-Finalement, notre projet pionnier en Espagne, Anniversaires est d'aller dans les hôpitaux terminaux et les maisons de retraite pour réaliser les derniers rêves des personnes âgées".

Rêver l'avenir : projet 0

Les jeunes qui composent Kukoa ne voient aucune limite à leur initiative. C'est ce qu'affirme Pelayo lorsqu'il souligne que "Je ne plaisantais pas quand j'ai dit que mon objectif était de changer le monde. Le véritable projet final de Kukoa, que nous prévoyons d'ouvrir en 2030, est le "projet 0". Il consiste à créer le plus grand centre de volontariat pour les jeunes au monde. Un grand complexe à Madrid, abritant une zone pour chacun de nos "groupes cibles". Il s'agit d'un refuge pour les sans-abri, où, en plus d'avoir un toit, ils peuvent recevoir une formation professionnelle et une offre d'emploi pour les réintégrer dans la société ; d'une école pour les enfants handicapés ; d'une école pour les enfants malades, où ils peuvent combiner le traitement de leur maladie avec l'éducation et le divertissement. Enfin, un hôpital de soins palliatifs, comme alternative à l'euthanasie, afin qu'ils puissent vraiment mourir dignement.". 

Pour ce jeune homme, "La chose la plus précieuse que j'ai apprise à Kukoa est que l'aide peut provenir d'une volonté individuelle ou être prise comme un engagement collectif. Son effet est multiplicateur et durable, et les bénéfices sont durables dans le temps. Si les jeunes, qui sont l'avenir de la société, prennent conscience de la nécessité d'aider les autres, beaucoup de choses changeront. Les jeunes doivent prendre conscience qu'il est de notre responsabilité de faire ce que nous pouvons pour aider les autres, de faire partie de ce dont les autres ont besoin.

De mon point de vue, tout bénévolat est spontané, on éprouve de l'empathie pour les problèmes des autres, on accepte les inégalités et on cherche à les résoudre de manière créative. Reconnaître en tout cas qu'il fait partie de votre responsabilité morale de donner aux autres. En résumé, nous partons du principe qu'une personne ne se sent pas complètement satisfaite en répondant à ses besoins fondamentaux, mais que, pour boucler le cercle de la réalisation de soi, elle ressent le besoin d'aider les personnes qui ne sont pas en mesure de couvrir la base de la pyramide, c'est-à-dire les besoins fondamentaux. Et c'est là que l'Association des jeunes de Kukoa entre en action"..

Avec l'expérience de Jeunesse Kukoa derrière lui, Blanco souligne que "J'ai compris il y a longtemps que je ne suis pas un être humain comme les autres, et vous non plus, même si vous ne l'avez pas encore compris. En fait, la véritable beauté de la vie consiste à trouver cette chose unique qui distingue les gens afin de la faire ressortir. C'est sur cela que repose Kukoa, l'amour des gens et l'amour de la vie, car ils sont tous deux des créations de Dieu. Parce que nous donnons bien plus qu'un petit-déjeuner ou un repas ; nous donnons de la joie, et c'est ce qui nous distingue". 

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.