Expériences

Les femmes en Afrique : problèmes et défis auxquels elles sont confrontées

Omnes-28 de février de 2018-Temps de lecture : 7 minutes

En Afrique, les femmes ont fait de grands progrès en matière d'égalité sociale. Après presque un demi-siècle de travail, de nombreux défis restent à relever : le poids des traditions, la préférence des hommes sur les femmes et le manque d'indépendance financière en sont quelques-uns.

TEXTE - Fernando Serrano

L'été dernier, la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf a quitté la présidence de son pays. Elle était à la tête de l'exécutif depuis 11 ans. En 2006, l'année de son arrivée au pouvoir, une nouvelle ère s'est ouverte sur le continent africain. Pour la première fois, un pays africain est dirigé par une femme.
D'autres pays comme le Mozambique, Maurice, le Sénégal, Sao Tomé et Principe... ont également eu ou ont encore des femmes à la tête du pouvoir législatif ou exécutif. Ces dernières années, on a assisté à une augmentation du nombre de femmes occupant des postes de pouvoir et de responsabilité dans la sphère publique et civile.
"Une fois, il y a des années, alors que j'étais au Congo, un missionnaire chevronné m'a dit que les femmes font vivre l'Afrique. Il m'a dit qu'ils reconstruisent, qu'ils se battent pour avancer, qu'ils créent des mutuelles d'épargne pour soutenir les petites entreprises qu'ils lancent, qu'ils élèvent la voix pour demander l'arrêt des guerres.....", déclare Africa Gonzalez, journaliste spécialiste du continent noir.

La société en Afrique

L'Afrique est un immense continent qui se développe progressivement. Ces dernières années, la croissance démographique a été légèrement supérieure à 2 %. Sur les 1 216 millions d'habitants du continent, 40 % ont moins de 15 ans et 60 % vivent dans des zones rurales. L'espérance de vie est de près de 60 ans.

D'autres données montrent la réalité africaine : 60 % de la population ont accès à l'eau potable, 30 % ont accès à l'électricité, il y a 0,7 hôpital et 32 médecins pour 100 000 habitants et seulement 5,2 % des dépenses du continent sont consacrées à la protection sociale. En termes de dépenses d'éducation, cela représente près de 5 % du produit intérieur brut.

La préférence des hommes sur les femmes

La directrice exécutive de l'Entité des Nations unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a rappelé à l'occasion de la Journée internationale de la femme que "...les droits des femmes sont un droit humain fondamental et un droit humain fondamental".Un trop grand nombre de femmes et de filles passent un nombre d'heures excessif à s'occuper des tâches ménagères ; elles y consacrent généralement plus de deux fois plus de temps que les hommes et les garçons. Ils s'occupent des jeunes frères et sœurs, des parents âgés, des membres de la famille malades et des tâches ménagères.
Dans de nombreux cas, cette répartition inégale des tâches se fait au détriment de l'apprentissage des femmes et des filles, et de leurs chances d'obtenir un emploi rémunéré, de faire du sport ou de jouer un rôle de leader civique ou communautaire. Cela détermine les modèles de désavantages et d'avantages relatifs, la position des femmes et des hommes dans l'économie, leurs compétences et leurs lieux de travail.".

C'est l'un des principaux problèmes auxquels sont confrontées les femmes en Afrique : la discrimination sexuelle. "L'Afrique est un vaste continent. La région méditerranéenne n'est pas la même que l'Afrique du Sud, ou l'Afrique occidentale que l'Afrique orientale. Il y a des pays comme le Kenya ou l'Ouganda qui sont des États de style plus européen. Mais il y a aussi des pays comme la Somalie qui est un État en faillite."explique Africa Gonzalez. De la même manière que le directeur exécutif, elle souligne le problème de la discrimination à l'égard des femmes : ".J'ai été principalement en Afrique de l'Est et les femmes sont confrontées à un très grand défi, celui de la discrimination. Dans le cas d'une famille qui a plusieurs enfants et qui ne peut pas tous aller à l'école, elle décidera probablement que les garçons seront scolarisés et que les filles resteront à la maison pour aider et travailler dans le ménage.". En Afrique subsaharienne, seuls 41 % des diplômés universitaires sont des femmes.

En termes d'activité économique, les femmes soutiennent la grande majorité des activités agricoles et du commerce à petite échelle. Dans 80 % des cas, les femmes sont en charge de ce type d'économie informelle. D'autres données soulignées par Mlambo-Ngcuka sont qu'un tiers des femmes entrepreneurs n'ont aucune formation commerciale et que seulement 50 % des femmes entrepreneurs ont accès au financement et au crédit.

Ebele Okoye, pharmacienne nigériane et promotrice du projet social AMAD de Women Board, a souligné ce problème dans une conversation avec Palabra : "Les statistiques montrent qu'il y a deux fois plus de femmes que d'hommes sous le seuil de pauvreté". Mme Okoye, qui a reçu cette année le prix Harambee Spain pour la promotion et l'égalité des femmes africaines, souligne également que "dans la culture africaine, les hommes ont tendance à avoir une position plus privilégiée. Tout le monde veut avoir un fils. Un garçon est beaucoup plus facilement accepté et pris en charge qu'une fille. Dans le cas du Nigeria, la culture donne un plus grand avantage au garçon.".
"Dans de nombreuses cultures africaines, l'homme est la personne qui hérite des biens, celle qui peut acheter des terres, prendre des décisions familiales importantes sans avoir besoin de se consulter....."Okoye poursuit en expliquant. "Cette nature patriarcale de la culture nigériane est la raison souvent invoquée pour expliquer la relative déresponsabilisation des femmes, ainsi qu'un ensemble de croyances culturelles et religieuses qui portent atteinte aux droits des femmes.".

Le poids de la tradition

Un autre problème auquel sont confrontées les femmes africaines est le poids de certaines traditions patriarcales et familiales. Cela inclut les facteurs culturels et les événements dans lesquels les femmes n'ont aucun pouvoir de décision, comme les mariages forcés, les mutilations génitales ou les coutumes dans lesquelles les familles et les maris ont le plus de poids.

Les femmes africaines luttent contre ce problème depuis plus de 20 ans. Dès 1978, l'écrivain et politicienne sénégalaise Awa Thiam a écrit La Parole aux Négresses, dans laquelle elle présente deux phénomènes qui touchent directement les femmes : la polygamie et les mutilations génitales féminines. Dans ce document, elle propose des informations recueillies sur la réalité des femmes dans certains pays. Un an plus tard, le premier séminaire sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants s'est tenu à Khartoum, au Soudan, avec le soutien de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cinq ans plus tard, le Comité interafricain sur les pratiques néfastes affectant la santé des femmes et des filles a été fondé. Cet organisme est une plateforme de coordination de tous les programmes menés par les ONG nationales qui cherchent à mettre fin à la pratique des mutilations génitales féminines. Par l'organisation et la promotion de cours de formation, de séminaires, de forums de discussion, etc., ils cherchent à mettre un terme à cette tradition qui touche plusieurs pays du continent noir.

L'éducation comme outil

Les données de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) reflètent l'importance de maintenir les investissements dans l'éducation. Certains de ces indicateurs sont les suivants :
- Les pays d'Afrique subsaharienne consacrent en moyenne 22 % des dépenses publiques à l'éducation ;
- Le ratio pour l'enseignement primaire est de 70 %, bien qu'il existe des disparités importantes entre les pays et les régions ;
- Des progrès significatifs ont été réalisés en matière d'égalité entre les garçons et les filles dans l'enseignement primaire ;
- L'alphabétisation est l'un des domaines où les plus grands progrès ont été réalisés, tant chez les jeunes que chez les adultes, avec des ratios de 78 % et 67 % respectivement. Bien que les chiffres les plus bas se trouvent dans les zones rurales, et en particulier chez les femmes, il convient de noter que l'alphabétisation des femmes progresse en Afrique subsaharienne, à un rythme de 3,81 TTP3T chez les adultes, et encore plus rapidement chez les jeunes femmes ;
- La préférence des hommes sur les femmes, les taux de pauvreté, le manque de ressources... sont quelques-uns des obstacles auxquels les femmes africaines sont confrontées pour obtenir une éducation.

Selon les mots du promoteur du projet social d'AMAD, Ebele Okoye : "Pour ma part, je pense que certains des problèmes auxquels les femmes africaines sont confrontées peuvent être améliorés et résolus par l'éducation. L'éducation n'est pas une garantie, mais une femme éduquée est souvent plus à même de connaître et de défendre ses droits. Ils sont également plus à même de disposer d'une certaine indépendance pour développer leur vie et leur carrière.".

Dans la même veine, Africa Gonzalez décrit les avantages de l'éducation et de la formation formelles : "Il existe une étude de l'Organisation mondiale de la santé qui souligne que plus les femmes terminent leurs études secondaires, moins leurs familles risquent de souffrir de malnutrition, car elles sont plus à même de réaliser comment s'occuper d'elles, les nourrir... Elles réalisent l'importance de la santé et ont plus facilement accès à ces services".".

Mais ce n'est pas seulement l'enseignement académique qui doit changer. Okoye explique que "l'éducation est importante tant pour les femmes que pour les hommes. En plus de l'éducation formelle. Je pense également que nous devrions examiner la manière dont les enfants sont généralement élevés en Afrique. En raison de l'éducation qu'ils ont reçue, certains hommes se marient et pensent qu'ils ont quelqu'un pour être leur cuisinière, leur blanchisseuse... La plupart de ces tâches sont considérées uniquement comme un travail de femmes et parfois, c'est presque un tabou de voir les hommes effectuer l'une de ces tâches pour gérer leur propre ménage.". De cette manière, Okoye explique la nécessité d'une réorientation sociale, notamment dans les zones rurales.

La montée en puissance des femmes dans la société

"Le monde commence à reconnaître le rôle des femmes dans la société, comme en témoigne l'attention accrue portée au niveau mondial à la création de l'égalité entre les hommes et les femmes.", note Ebele Okoye. "Il a été prouvé depuis des siècles et dans tous les pays que les femmes peuvent détenir le pouvoir et l'exercer correctement. Comparés au nombre d'hommes occupant des postes à responsabilité, les chiffres bruts ne le reflètent peut-être pas, mais le vent tourne.".

En 2006, Ellen Johnson Sirleaf est devenue présidente du Liberia, comme mentionné ci-dessus. Fatou Bensouda est le procureur général de la Cour pénale internationale depuis 2012. Ameenah Gurib-Fakim est présidente de l'île Maurice depuis juin 2015. En 2004, la Kenyane Wangari Maathai a reçu le prix Nobel de la paix. Le Rwanda possède le seul parlement au monde où les femmes sont majoritaires, et en Afrique du Sud, 40 % des sièges sont occupés par des femmes. Ce ne sont là que quelques exemples du changement qui s'est opéré en Afrique au cours des dernières décennies.

La femme pilier de l'Afrique

"Un dicton nigérian dit : "Si vous donnez du pouvoir à une femme, vous donnez du pouvoir à une société". Les femmes sont puissantes pour établir des relations et influencer la vie de nombreuses personnes."Okoye souligne.

Les femmes en Afrique font de grands progrès dans leur normalisation sociale dans les différentes sphères publiques. Comme le souligne la pharmacienne nigériane : "Les femmes en Afrique font de grands progrès dans leur normalisation sociale dans diverses sphères publiques.Bien que les femmes travaillent désormais à l'extérieur du foyer, nombre d'entre elles ont la force intérieure de continuer à être le soutien de leur famille, de leurs amis... Elles sont les gardiennes du concept de famille en Afrique. Un concept très large et très fort. Mais ils doivent encore travailler pour répondre aux besoins sans cesse croissants de la vie moderne.".

"Comme vous pouvez le voir dans les données, la moitié de la population en Afrique est composée de femmes. S'il y a tant de femmes, elles ne peuvent être négligées si l'on veut que la société fonctionne bien. L'ensemble de la société africaine repose sur le pilier des femmes. Si nous devions supprimer un support, ce serait comme se tenir sur un seul pied." reflète le promoteur du projet AMAD. "Si ce support était supprimé, quel serait le résultat ?".

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.