Espagne

L'alcoolisme institutionnalisé, un problème de société

La consommation d'alcool par les mineurs est une situation à risque grave qui doit être abordée par la société dans son ensemble, car c'est le problème de tous, auquel nous participons tous, et dans toute son ampleur.

Ignacio Calderón-19 de février de 2018-Temps de lecture : 3 minutes
Des bouteilles d'alcool.

Compte tenu de la persistance de la la consommation d'alcool par les adolescentsLa Fundación de Ayuda contra la Drogadicción veut rendre publiques quelques réflexions dans lesquelles elle en appelle à la responsabilité de tous.

La consommation d'alcool, qui a sans doute un effet présence dans notre culture et qui est intimement intégrée à notre manière d'entrer en relation, d'interagir et de construire notre espace commun, c'est aussi la source de problèmes multiples individuelle et collective. Ces problèmes sont plus nombreux et plus graves que ceux causés par la consommation de produits psychoactifs et ne peuvent être minimisés, et encore moins niés, sur la base de la présence culturelle mentionnée ci-dessus.

Un aspect en particulier problématique La raison principale de cette coexistence avec l'alcool est la consommation par les adolescents ; en raison de la gravité notable que l'intoxication alcoolique comporte pour les organismes en développement, en raison de la difficulté de gérer les risques à ce stade de développement, et en raison de l'importance pour l'avenir de la personne, tant individuel que social, de la consolidation d'habitudes qui porteront atteinte à son autonomie et à sa sécurité.

Cette situation de risque grave doit être affrontée par la société dans son ensemble car c'est le problème de tout le monde et à laquelle nous participons tous. Les adolescents ne sont pas des sujets qui fonctionnent en dehors du contexte commun ; ils ne sont pas des personnes isolées de la norme sociale, étrangères aux valeurs collectives. Une communication exclusivement verticale et unidirectionnelle, qu'il s'agisse d'interdictions, de remontrances ou de réflexions, est vouée à l'échec. Les adolescents ne peuvent pas être traités comme des personnes isolées du corps social.

Des mesures nécessaires mais insuffisantes

Comportements inadaptés Les problèmes des adolescents ne répondent pas nécessairement à des pathologies personnelles, et encore moins à celles de la collectivité ; ils ne sont pas non plus uniquement le produit des hauts et des bas émotionnels de cette phase de la vie. D'une manière plus complexe, correspondent aux habitudes des adultes, avec les valeurs sociales dominantes, avec les images identitaires, avec la dimension idéologique et émotionnelle du contexte social, avec l'espace et le rôle que la société adulte accorde à ces garçons et ces filles.

Pour ces raisons, afin d'essayer d'anticiper les problèmes, mesures de réglementation et de contrôle (audits, inspections, interdictions, sanctions...) sont nécessaires mais insuffisantes. Elles sont nécessaires parce qu'une société complexe a besoin de règles coercitives qui contribuent à la protection du bien commun et des groupes les plus vulnérables ; et parce que, en outre, elles ont une dimension éducative et exemplaire. Elles sont insuffisantes car, à elles seules, elles ne prennent pas en compte ou n'interviennent pas dans l'ensemble de la dimension soulignée ci-dessus.

Le problème en question doit être abordé dans son intégralité. L'excès d'alcoolisme institutionnalisé, le déni du besoin de communication et d'interaction des adolescents, la recherche de leur propre espace, le mépris des valeurs transmises, enseignées et illustrées sont inacceptables.

Aider les familles

C'est pourquoi nous appelons au respect des règles, à une vigilance protectrice, à ce que les administrations publiques remplissent leur rôle.

Nous demandons également que les familles soient encadrées et qu'on leur enseigne l'autonomie et la responsabilité, la liberté et l'engagement ; que l'école soit éduquée ; que les médias ne cultivent pas l'ambiguïté, la moralisation simpliste ou les doubles messages ; que la société n'institutionnalise pas l'excès d'alcoolisme festif des adultes tout en stigmatisant celui des adolescents.

Le FAD s'engage dans cette tâcheL'objectif du projet est de : tenter de dévoiler la complexité des raisons pour mieux aborder les risques ; tenter d'aider les familles à mieux remplir leur tâche auprès de leurs enfants ; tenter d'améliorer les ressources éducatives des enseignants ; tenter de soutenir le développement d'une société et d'une citoyenneté plus libres, plus engagées et plus solidaires ; tenter de contribuer à la mobilisation des volontés dans un projet commun.

C'est notre responsabilité et notre appel à la responsabilité des autres. Cela dépend aussi de vous.

L'auteurIgnacio Calderón

Fondation d'aide contre la toxicomanie

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.