Espagne

Le nouveau secrétaire général des évêques espagnols, mercredi prochain

Le successeur de Mgr Luis Argüello à la tête du Secrétariat général de la Conférence épiscopale espagnole sera élu lors d'un vote qui aura lieu mercredi 23 novembre au matin.

Maria José Atienza-15 novembre 2022-Temps de lecture : 4 minutes
session plénière des évêques

Photo : Dernière assemblée plénière des évêques espagnols. Avril 2022. ©CEE

La Conférence épiscopale espagnole est déjà au travail en prévision de l'ordre du jour intense de la semaine prochaine, qui comprendra les points suivants 120ème Assemblée plénière des évêques espagnols au cours de laquelle le nom du nouveau secrétaire général et porte-parole de l'épiscopat espagnol devrait être annoncé.

Mons. Luis Argüelloqui occupait ce poste jusqu'à présent, a présenté sa démission (qu'il rendra officielle au début de la prochaine session plénière) lors de sa nomination comme archevêque de Valladolid.

Ainsi, ce matin, lors d'un briefing informatif pour les médias, le directeur du bureau de presse de la Conférence épiscopale espagnole, José Gabriel Vera, a annoncé le calendrier et les points clés de l'élection au Secrétariat général des évêques espagnols.

Mercredi matin, les évêques espagnols dévoileront un nouveau secrétaire général. Ce sera le premier point, et peut-être le plus médiatique, de la réunion du jour, qui commence généralement vers 10 heures.

Une réunion aura lieu la veille au soir ad hoc de la Comité permanent La réunion des évêques, à l'issue de laquelle les noms proposés pour ce poste seront annoncés.

Une des questions qui a flotté dans l'air est la possibilité de séparer les tâches de porte-parole de la Conférence épiscopale espagnole de la personne du Secrétaire général. Un changement de "rôles" qui, de toute façon, dépendrait directement du nouveau Secrétaire général, puisque lui seul peut décider de déléguer la fonction de porte-parole, qui est incluse dans les attributions du poste de Secrétaire général de la CEE à l'article 45, section 8 de l'Acte de l'Union européenne. Statuts de la Conférence épiscopale espagnole qui fait référence à la tâche du Secrétaire Général.

Comment sont déterminés les candidats au poste de secrétaire général ?

La Commission permanente, dans ce cas, réunie ad hoc au sein même de l'Assemblée plénière, établit une liste de candidats.

Bien que l'on parle traditionnellement de "terna", les statuts ne déterminent pas un nombre spécifique de candidats qui peuvent être présentés à la plénière. les statuts ne déterminent pas un nombre spécifique de candidats qui peuvent être présentés à la plénière.

Outre les noms à proposer, il convient d'inclure les candidats qui ont été soutenus par au moins dix évêques (dont le candidat lui-même peut faire partie).

Pour être présenté, le candidat doit avoir préalablement accepté et, dans le cas d'un laïc ou d'un prêtre, le consentement de son évêque diocésain doit être demandé. Bien qu'il existe la possibilité qu'un laïc soit Secrétaire général des évêques espagnols, il s'agit d'une situation qui ne s'est jamais produite au sein de la Conférence épiscopale espagnole et qui, pour le moment, ne semble pas devoir changer.

L'élection du Secrétaire général

Le nouveau secrétaire est élu à la majorité absolue (une moitié +1) des membres de l'Assemblée générale. quorum qui, au début de l'Assemblée, sera établi, avec les personnes présentes.

Dans ce cas, 78 évêques sont électeurs dans cette Assemblée plénière qui commence la semaine prochaine. Les membres de plein droit de la CEE ont le droit de vote, soit actuellement : 3 cardinaux (le cardinal Antonio Cañizares en tant qu'administrateur apostolique de Valence) ; 14 archevêques, 47 évêques diocésains et 11 évêques auxiliaires. En plus des administrateurs diocésains d'Avila, de Minorque et de Gérone. Dans ce cas, ni l'évêque élu de San Sebastián ni l'évêque auxiliaire élu de Getafe n'ont le droit de vote, car ils n'ont pas reçu l'ordination épiscopale, moment auquel ils deviendront membres à part entière de la CEE.

Le vote se fait par voie numérique et à bulletin secret. C'est la première fois que le secrétaire général de la CEE est élu par ce mode de scrutin, que les évêques ont utilisé pour la première fois en mars 2019 et qui a été consolidé.

Si, après deux tours de scrutin, aucun candidat n'obtient la majorité requise, un troisième tour de scrutin est organisé entre les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix. En cas d'égalité à trois dans ce scrutin, un vote est organisé entre les deux plus anciens. En cas d'égalité entre les deux, le plus âgé est élu.

Si la personne élue au poste de Secrétaire général ne se trouve pas dans la salle plénière, le Président de la Conférence épiscopale est chargé de communiquer l'élection à l'intéressé, qui accepte la fonction. Le processus s'achève lorsque le Président communique l'acceptation de la fonction dans la salle.

Le Secrétaire général est élu pour une période de 5 ans, avec la possibilité d'être réélu uniquement pour un second mandat successif de 5 ans.

La "phase Argüello" touche à sa fin

L'élection du nouveau Secrétaire général met fin à la période à la tête de ce poste de Mgr Luis Argüello, qui a commencé cette tâche comme évêque auxiliaire de Valladolid et la quitte comme archevêque titulaire du même diocèse.

Mgr Argüello a été élu secrétaire général des évêques espagnols le 21 novembre 2018 pour le mandat de cinq ans 2018-2023. Pendant cette période, il a été membre de la Commission permanente de la CEE et de la Commission exécutive de la CEE.

Au cours des années où Mgr Arguello a été à la tête du Secrétariat, il a dû faire face à de nombreuses questions et situations délicates. Ce furent les années de développement de l'œuvre en faveur de la protection des mineurs et le l'engagement de l'Église face aux abus sexuels sur les enfants.

Ces années ont également vu le renouvellement des statuts de la CEE, la mise en œuvre du plan de formation des séminaires et le renouvellement de la présidence des évêques espagnols, qui a eu lieu une semaine avant l'état d'alerte dû à la pandémie de Covid en mars 2020.

En outre, Mgr Argüello a été la voix des évêques sur des questions telles que l'euthanasie, compte tenu de l'approbation de la loi organique réglementant l'euthanasie au Congrès des députés. En 2020, la Commission exécutive de la CEE a publié, le 14 septembre, la note intitulée Il n'y a pas de patients "non quantifiables".Ils ont promu une journée de jeûne et de prière pour demander au Seigneur d'inspirer des lois qui favorisent le soin de la vie humaine.

Une autre question importante, le défense de la vie et avortement a été présent au cours de ces années avant différentes législations gouvernementales. Ainsi, la nouvelle loi sur la santé sexuelle et reproductive et l'interruption volontaire de grossesse et la loi pour l'égalité réelle et effective des personnes trans et pour la garantie des droits des personnes LGTBI et sa restriction notoire des libertés ont également donné lieu à la note " En faveur de la dignité et de l'égalité de toute vie humaine ".

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.