Actualités

Dix ans de JMJ à Madrid : une manifestation de foi pour l'Espagne et le monde entier

À l'occasion du dixième anniversaire des Journées mondiales de la jeunesse à Madrid, nous évoquons la chronique de ces jours qui ont été un séisme spirituel pour l'Espagne et le monde.

Henry Carlier-16 août 2021-Temps de lecture : 12 minutes
JMJ de Madrid. Messe à Cuatro Vientos avec le Pape Benoît XVI.

Les effets bénéfiques du grand tremblement de terre spirituel qui a frappé l'Espagne il y a dix ans se font encore sentir. Madrid, son épicentre, a été submergée par près de deux millions de jeunes pèlerins. Il n'y a cependant eu aucune victime ni aucun incident. Et ce fut une semaine inoubliable pour cette nouvelle génération de Benoît XVI qui a pleinement apprécié sa rencontre avec le Christ, avec le Pape et avec la merveille de l'universalité et de la communion de l'Eglise. 

Dix ans se sont écoulés depuis cette Journée mondiale de la jeunesse (JMJ). Il n'est plus temps de revenir sur ce que chacun a pu suivre en direct, que ce soit à la télévision ou en lisant la presse. Il est plutôt temps de faire le point et de tirer des conclusions sur ce que nous a apporté ce grand événement de la grâce et de la grâce. -qui a finalement dépassé toutes les prévisions- a signifié pour la vie de l'Église et, en particulier, pour l'Espagne, le pays hôte.

L'évaluation du Pape

Le 24 août, Benoît XVI, déjà à Castelgandolfo, a donné son appréciation personnelle des JMJ. Il a souligné que les JMJ avaient été un "Une célébration inoubliable, une merveilleuse manifestation de foi pour l'Espagne et pour le monde", où les jeunes avaient pu "pour réfléchir, dialoguer, échanger des expériences positives, prier ensemble et renouveler l'effort de consacrer sa vie au Christ".

Il a également souligné la La "formidable expérience de fraternité que quelque deux millions de jeunes y ont joyeusement vécue". Et il s'est rappelé comment cette La "foule festive de jeunes gens n'a pas du tout été intimidée par la pluie ou le vent". 

L'évaluation du Cardinal Rouco

Le 23 août, le cardinal-archevêque de Madrid, Antonio María Rouco Varela, a également donné son appréciation personnelle. Il a déclaré que les JMJ avaient été, avant tout, "une grande célébration de la foi - et de la joie née de la foi - des jeunes de l'Église".dans laquelle "Un témoignage du Christ d'une dimension et d'une intensité énormes a été rendu". 

Le jour même, l'archevêque de Madrid a ajouté, "La communion qui existe au sein de l'Église a été vécue de manière très particulière ; nous avons vu tant de jeunes vivre une communion dans la foi, l'espérance et la charité. Puis elle est devenue visible dans le don et le sacrifice les uns pour les autres".

Il a souligné que l'édition de Madrid "a renforcé la conviction que ces Journées font désormais partie de la vie de l'Église, en tant qu'instrument de la mission de l'Église dans l'évangélisation des jeunes".. Il a également souligné que les prêtres ont été plus nombreux que lors de toutes les autres JMJ (environ 15 000), soit presque le double des chiffres précédents, en particulier les jeunes clercs. Le nombre de cardinaux et d'évêques (800) qui sont venus est également plus élevé.    

Les JMJ de la confession

Avec des données statistiques approximatives, le cardinal Rouco Varela a confirmé à ce journaliste que les JMJ de Madrid pourraient bien entrer dans l'histoire comme les JMJ de la confession : "Dans les 200 confessionnaux installés dans le seul parc du Retiro, plus de 40 000 fidèles se sont confessés".il a dit. "Et en comptant les confessions dans les paroisses de Madrid, les lieux de catéchèse, l'adoration du Saint-Sacrement et, bien sûr, à Cuatro Vientos". (notamment autour des 17 tentes-chapelles eucharistiques), "le chiffre peut atteindre plusieurs centaines de milliers". 

Lors d'aucune autre JMJ, les jeunes n'ont été aussi proches du sacrement de la réconciliation que lors de celle-ci. La célébration quotidienne du pardon dans le parc du Retiro a certainement été l'un des plus grands succès du comité d'organisation. La visite du Pape sur le site le 20 au matin pour entendre les confessions de quatre jeunes a également mis en évidence l'intérêt du Saint-Père à veiller à ce que la pratique du sacrement de la confession soit pleinement intégrée aux Journées mondiales de la jeunesse.

Certains prêtres, constatant le flux constant de pénitents pendant les JMJ, ont conclu que la pratique de la confession n'est peut-être pas toujours un problème pour les fidèles. En effet, comme ce fut le cas lors des JMJ, lorsqu'il y a beaucoup de prêtres disponibles pour entendre les confessions, les jeunes viennent en masse. 

Deux prêtres colombiens ont installé des confessionnaux portables à Cuatro Vientos. Après s'être occupé de plusieurs pénitents dans cette région, une personne de leur groupe est venue demander leur présence. On les a ensuite vus traverser la foule avec les confessionnaux sur le dos.

Antonio, un autre prêtre qui entendait les confessions à Cuatro Vientos, a fait remarquer à un jeune pénitent des îles Canaries qu'il était lui aussi originaire de ces îles. Le garçon a ensuite amené tout le groupe qui était venu avec lui des Canaries à la confession. 

Emilio Úbeda, le menuisier et ébéniste d'Avila qui a réalisé les 200 confessionnaux du Retiro, d'après un projet de l'architecte Ignacio Vicens, a déclaré "très fier d'être catholique". de sa contribution à cette fête du pardon ; et aussi qu'elle "Benoît XVI utilisera un confessionnal qu'il a fabriqué lui-même".Le confessionnal est d'ailleurs un peu différent des autres, pour assurer encore plus le caractère réservé du sacrement.

L'archevêché de Madrid a, à juste titre, accordé une autorisation à tous les prêtres afin que, pendant les jours des JMJ à Madrid, ils puissent remettre, dans le cadre du sacrement de pénitence, l'excommunication des prêtres. latae sententiae correspondant au crime d'avortement provoqué. La Pénitencerie Apostolique a également accordé une indulgence plénière à tous les fidèles participant à une célébration sacrée ou à un acte de piété à Madrid pendant les JMJ.

Climat de prière

Outre le phénomène des confessions, beaucoup ont été frappés par le climat intense de prière à certains moments des JMJ. Lors de la veillée du samedi 20 au soir, des personnes du monde entier ont été bouleversées par le silence tonitruant qui est tombé à Cuatro Vientos lorsque le Saint-Sacrement a été exposé dans le majestueux ostensoir d'Arfe. Un million et demi de personnes se sont prosternées à genoux sur la terre humide. On a rarement vu une exposition aussi massive du Saint-Sacrement.

Dans une section située au fond de l'aérodrome, les jeunes n'ont pu ni voir ni entendre le Pape : l'écran situé à proximité et le système de sonorisation étaient en panne. Cependant, ils ont prié avec une grande intensité devant le Saint-Sacrement exposé dans les tentes chapelles voisines, de 11 heures à plus de 2 heures du matin.     

L'atmosphère de prière dans l'adoration ininterrompue au séminaire de Madrid était similaire, ainsi que dans la chapelle de retraite gérée par les Missionnaires de la Charité et dans d'autres endroits de Madrid. 

Les JMJ de la semaine sainte

Grâce à l'imagerie espagnole et aux traditions de piété populaire bien ancrées qui sont vécues pendant la Semaine Sainte, les JMJ de Madrid ont permis aux jeunes d'entrer très facilement dans l'atmosphère du chemin de croix, qui est celui de la Passion du Christ, le vendredi 19. Il s'agit là d'un autre des grands succès de l'organisation. Les jeunes pèlerins des JMJ, mais aussi une grande partie de la population de Madrid, se sont rassemblés autour du Paseo de Recoletos.

Víctor, un jeune professionnel qui n'avait pas encore vu le pape de près, a invité trois de ses amis - dont l'un est cadre supérieur dans une grande multinationale - à le voir passer sur la Plaza de Colón puis, après le chemin de croix, à assister aux processions de Pâques. Ils ont également été rejoints par la petite amie de l'un d'entre eux. Pendant l'attente à Colón, la conversation a tourné autour de la figure du pape et de certains aspects de la doctrine de l'Église. Tous ont été très réceptifs : ils ont été émus et agréablement surpris par la foule de jeunes.     

Les JMJ sur les médias sociaux

Les JMJ de Madrid se sont également distinguées à d'autres égards. Il s'agissait, par exemple, de JMJ très médiatiques, avec 5 000 journalistes accrédités pour couvrir l'événement (dont 2 900 Espagnols). Rien qu'en Espagne, 15 millions de téléspectateurs ont suivi les événements des JMJ (34 % de l'audience).

Madrid a sans doute été les JMJ des réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Tuenti). Aucune autre JMJ n'a fait autant d'efforts pour être présente sur ces canaux de communication. Près de 350 000 internautes ont suivi les JMJ sur les médias sociaux. Les profils officiels des JMJ ont été publiés dans plus de vingt langues. Dans les sept canaux dont disposaient les JMJ à YouTube Le partage de vidéos a dépassé les 1,2 million de vues. 

Les JMJ de la crise

Les JMJ de Madrid se sont également caractérisées par le fait qu'elles se sont déroulées dans un contexte de crise économique grave, avec des chiffres de chômage des jeunes très élevés. C'est peut-être la raison pour laquelle certains groupes étaient très réticents à organiser l'événement et s'opposaient obstinément à tout financement public minimal. Cette opposition n'avait pas beaucoup de sens, car le comité organisateur des JMJ et les administrations publiques concernées (l'État, la Communauté autonome et la mairie de Madrid) avaient déjà prévu que les JMJ n'entraîneraient aucun coût pour le contribuable. 

Le succès incontestable de l'événement a finalement eu raison de ces réticences : il est apparu que les JMJ n'avaient non seulement rien coûté aux administrations, mais qu'elles avaient même généré de la richesse. 

Selon les calculs du gouvernement régional, les JMJ ont ajouté 148 millions d'euros au PIB régional. La Confédération de Commerce de Madrid a estimé que sur les billets 39 millions d'euros avaient été dérivés pour le secteur de l'hôtellerie et de la restauration. L'occupation des hôtels ces jours-là a atteint 70 %, soit 30 points de plus que la même période de l'année précédente.

La Confédération des employeurs de Madrid a indiqué que les JMJ avaient généré 3 000 emplois directs et 7 000 emplois indirects. 10,4 millions de trajets ont été enregistrés dans le métro de Madrid (62 % de plus que la semaine précédente et 4 millions de passagers de plus).

Les JMJ en chiffres

    1,9 million de personnes à Cuatro Vientos

    500 000 inscrits (193 pays)

    30 000 volontaires

    14 000 prêtres

    800 évêques

    5 000 journalistes

    4 000 personnes handicapées

    350 000 adeptes sur les réseaux sociaux

    300 événements culturels

    200 confessions à la Retraite

    68 stands au Salon des Vocations

Sur le budget de 50,5 millions d'euros alloué à la Journée, 31,5 millions d'euros ont été couverts par les inscriptions des pèlerins, principalement en provenance de l'étranger ; 16,5 millions d'euros ont été financés par des parrainages d'entreprises privées ; et près de 2,5 millions d'euros ont été financés par des dons de particuliers, des contributions du public et des entreprises privées. smset d'autres produits à vendre.

En outre, pour les personnes de foi, l'utilisation de moyens financiers par l'Église, lorsque cela est nécessaire, est tout à fait compréhensible. Il suffit de se rappeler la scène de l'Évangile dans laquelle Jésus-Christ lui-même a consenti, à Gérasa, à ce qu'un énorme troupeau de porcs soit jeté à la mer après avoir chassé la légion de démons d'un homme. Il a fait passer le bien spirituel de cette personne en premier, même si cela signifiait une perte économique pour les bergers de la région. Car l'ordre de la grâce passe avant les biens matériels.

Benoît XVI, déplacé

Le cardinal Rouco a déclaré que "Benoît XVI avait vécu ces journées avec une grande intensité et une grande joie". A de nombreux moments des JMJ, je l'avais vu visiblement ému. De tous ces gens, il a dit " La veillée à Cuatro Vientos ; ces 20 minutes d'averse : si quelqu'un ne voulait pas quitter les jeunes malgré les intempéries, c'était bien le pape. Il s'est seulement demandé s'il ne devait pas raccourcir son discours, car le vent l'empêchait de le lire".

Le Saint-Père a également été très ému lors de la messe dominicale, "surtout pour ces moments de recueillement et de silence". Selon le Cardinal de Madrid, " Le Pape a également été agréablement surpris par la musique des cérémonies ; il s'est intéressé aux musiciens de l'orchestre et du chœur des JMJ, avec un sous-entendu de louanges. Jamais auparavant une JMJ n'avait eu son propre orchestre et sa propre chorale, composés de volontaires.

Le pape a également été impressionné de rencontrer dans les rues tant de Madrilènes qui étaient restés à Madrid pour le voir. Le cardinal Rouco a déclaré que "À plusieurs reprises, la papamobile a roulé à une vitesse très lente, afin que Benoît XVI puisse passer plus de temps avec les gens".

Un père encourageant et exigeant

Benoît XVI, aujourd'hui âgé de 84 ans, "Il s'est comporté comme un vrai père avec tout le monde".. Yago de la Cierva, directeur exécutif des JMJ, a raconté une anecdote à ce sujet. Un couple de Tenerife s'est rendu à Madrid, à l'occasion des JMJ, pour recevoir des soins médicaux pour leur fils de quatre ans gravement malade. Bien qu'ils n'aient pas prévu de le faire, quelqu'un les a encouragés à se rendre à la nonciature. Là, le Saint-Père a entendu parler de l'affaire et a pris le temps de les recevoir.

Les messages que Benoît XVI a adressés spécifiquement aux jeunes pendant son séjour de 78 heures à Madrid étaient simples, clairs et exigeants. Dès leur descente d'avion, le Pape les a encouragés à affronter les défis actuels (superficialité, consumérisme, hédonisme, manque de solidarité, corruption et chômage) en s'appuyant sur Dieu, sans que rien ni personne ne leur enlève la paix, sans qu'aucune adversité ne les paralyse, sans avoir peur du monde, de l'avenir ou de leur propre faiblesse.

Il leur a demandé de ne pas avoir honte du Seigneur et de fonder leur vie sur Celui qui nous a toujours aimés et qui nous connaît mieux que quiconque. Il les a avertis qu'il n'est pas possible de croire sans être soutenu par la foi des autres ; que l'Église a besoin d'eux, mais qu'ils ont aussi besoin de l'Église ; qu'il n'est pas possible de suivre Jésus seul et qu'ils doivent donc aimer l'Église. Il les a encouragés à envisager sérieusement la sainteté et à rejeter la tentation de se prendre pour des dieux et de penser qu'ils n'ont pas besoin de racines et de fondements autres qu'eux-mêmes. 

Benoît XVI a insisté auprès des jeunes sur le fait que le don de soi du Christ sur la Croix appelle une réponse généreuse et signifie ne pas fermer les yeux sur la douleur des autres.  

Il leur a également rappelé que la foi ne s'oppose pas aux idéaux les plus élevés ; au contraire, elle les exalte et les perfectionne. Et il leur a demandé de ne pas se contenter de moins que la Vérité, l'Amour et le Christ.

Il a appelé les jeunes à rester dans l'amour du Christ, car croire signifie entrer dans une relation personnelle avec Jésus et dans la communion avec les autres. 

Enfin, Benoît XVI a demandé aux jeunes de ne pas garder le Christ pour eux, mais de le communiquer aux autres ; et de se laisser conduire par le Seigneur à se porter volontaire à son service.

Une jeunesse très spéciale

Il appartient maintenant aux jeunes, une fois qu'ils auront retrouvé leur vie ordinaire, de répondre à ces demandes du Pape. Au cours des JMJ, la grande majorité d'entre eux ont donné un témoignage éloquent, au moins visible, de leur bonne disposition. Le cardinal Rouco Varela l'a suggéré en soulignant le témoignage de bonté, d'esprit de service, de coexistence qu'ils ont donné, ce qui a été une caractéristique de toutes les JMJ. Dans aucun d'entre eux, les règles de la coexistence n'ont été perturbées. 

Le Cardinal a souligné que des progrès avaient été réalisés à Madrid sur ce point, car si les pèlerins ont été provoqués cette fois-ci, "Ils se sont toujours comportés dans un esprit chrétien, sans répondre aux provocations"..

Commentant l'absence d'accidents et le petit nombre de pèlerins qui sont restés dans les hôpitaux de Madrid à la fin des JMJ (cinq au total, dont un atteint d'un cancer qui est tombé malade à son arrivée à Madrid), il a également reconnu qu'il avait été remarqué "La providence spéciale de Dieu pour les JMJ".

Les jeunes à l'honneur

Pour le Cardinal de Madrid et pour beaucoup d'autres, le plus remarquable des JMJ a sans doute été les jeunes pèlerins eux-mêmes et le témoignage de foi et de joie qu'ils ont donné depuis leur arrivée jusqu'à leur départ. 

De la Cierva a déclaré que "certaines personnalités publiques sont descendues dans la rue, camouflées par des lunettes et des casquettes, pour voir de leurs propres yeux le spectacle magnifique et réconfortant de cette jeunesse joyeuse qui a changé le visage de Madrid pendant quelques jours.". C'était en effet un spectacle à voir. C'était, en effet, "la jeunesse du Pape", alors que les jeunes eux-mêmes criaient avec amusement ; ou bien "la génération de Benoît XVI", comme l'a décrit l'archevêque de Madrid lors de la messe d'ouverture des JMJ. 

Faisant le point sur les journées intenses passées à Madrid, Yago de la Cierva a souligné l'importance de l'éducation et de la formation. "l'exemple de civilité et la capacité des pèlerins et des volontaires à souffrir de la chaleur". Le 20 août, les jeunes ont été confrontés à "Le jour le plus chaud de l'été et dans l'endroit le plus chaud de la communauté de Madrid". 

Cependant, Juan, étudiant universitaire et volontaire dans l'une des tentes de la chapelle, était toujours attentif à ce que les six ou sept prêtres qui passaient des heures à se confesser aux côtés de l'autel puissent boire de l'eau de temps en temps. Un prêtre a demandé avec surprise à un autre prêtre où ces bénévoles extraordinairement utiles, qui encourageaient également les gens à venir se confesser, avaient été formés.

Malgré la chaleur, ils n'ont pas perdu courage. Ils ont même encouragé les autres. C'est le cas de deux jeunes filles du Kazakhstan qui, après avoir prié dans l'une des tentes, ont salué un prêtre et un séminariste qui se trouvaient là, bien fatigués, et après avoir utilisé le langage universel du sourire, leur ont donné à chacun un "mini-livre" avec des perles de couleur.   

Le comportement exemplaire des jeunes a permis de "aucun incident n'a été enregistré à Cuatro Vientos, un fait remarquable compte tenu du grand nombre de personnes qui s'y étaient rassemblées". et que le nettoyage de l'aérodrome a été effectué avec une rapidité et un ordre surprenants.

Il n'est pas excessif que le Sámur ait assisté à 2 500 jeunes pendant les JMJ, compte tenu des conditions de chaleur dans lesquelles elles se sont déroulées et du nombre extraordinaire de participants. Les responsables du Sámur ont déclaré à cet égard qu'il s'agissait de l'événement le plus important et le plus long qu'ils aient jamais organisé, et qu'ils n'avaient pas eu connaissance d'un seul cas d'intoxication alcoolique chez un jeune lors des JMJ.

Des JMJ avec des nouvelles

Les JMJ de Madrid ont également été l'occasion pour le Saint-Père d'annoncer sa décision de déclarer saint Jean d'Avila, patron du clergé séculier espagnol, docteur de l'Église universelle. Benoît XVI a profité de la Sainte Messe qu'il a célébrée pour 1500 séminaristes dans la cathédrale de l'Almudena pour faire cette annonce.  

Autre originalité par rapport aux autres JMJ, les rencontres que le pape a tenues à l'Escorial avec 1 600 jeunes religieuses et 1 000 jeunes professeurs d'université. Le cardinal Rouco, faisant référence à ces réunions, a commenté avec amusement que, contrairement à ce qui pourrait sembler être le cas, "Les professeurs d'université étaient moins soucieux des formes que les religieuses".

Des JMJ fructueuses

Samedi 20 août. Il reste à peine deux heures avant que Benoît XVI ne rejoigne les 1,5 million de jeunes à la veillée des JMJ. Une jeune fille de Salamanque, à l'allure d'écolière, parle à un prêtre dans l'une des 17 chapelles installées sur l'aérodrome de Cuatro Vientos. Elle lui annonce qu'en octobre, elle entrera dans un couvent de cloîtres à Huesca.

De telles anecdotes, qui ne sont pas rares lors des JMJ, nous amènent à penser que les premiers fruits de ces journées ont déjà commencé à être récoltés sous forme de vocations. Ceci a été corroboré par la rencontre sur les vocations que le Chemin Néocatéchuménal a organisée sur la Place de Cibeles dans l'après-midi du 22 août. Selon la police, la rencontre, qui est devenue une tradition aux JMJ, a attiré 210 000 personnes. Kiko Argüello, initiateur du Chemin, entouré de près d'une centaine de cardinaux et d'évêques, avait demandé les 20.000 vocations nécessaires à l'évangélisation de la Chine. Il a prié et demandé des prières pour que Dieu suscite ces vocations. Il a ensuite encouragé ceux qui ont ressenti l'appel de Dieu à se lever et à monter sur le podium. C'est ce qu'a fait un véritable flot de jeunes (5 000 garçons et 3 200 filles). C'était un moment très émouvant. Naturellement, ces jeunes vont maintenant entamer un parcours de discernement de leur vocation.    

Et maintenant quoi ?

Yago de la Cierva a exprimé sa conviction que les JMJ seront un grand succès. "C'est maintenant le moment de lire et relire les beaux messages que le Pape nous a laissés, de développer les questions vocationnelles que beaucoup se sont posées durant ces jours, d'incorporer la pratique de la confession, que beaucoup ont approchée durant ces jours, dans leur vie chrétienne habituelle".

L'auteurHenry Carlier

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.