Culture

Là où se cache la Vierge : un sanctuaire dans les vallées slovènes

Dans les vallées du nord-ouest de la Slovénie, le sanctuaire de Notre-Dame de la Miséricorde est situé à Ptujska Gora. C'est un lieu chargé d'histoire qui peut être considéré comme un joyau de l'architecture gothique slovène.

Jacqueline Rabell-24 août 2021-Temps de lecture : 4 minutes
Ptujska Gora

Nichée dans les vallées du nord-ouest de la Slovénie se trouve la basilique mineure de Notre-Dame de la Miséricorde à Ptujska Gora. Un lieu chargé d'histoire puisqu'il a été érigé au XIVe siècle par les seigneurs féodaux de la région. Depuis lors, sa popularité s'est étendue et il est devenu l'un des lieux de pèlerinage les plus populaires des environs. Sa longue existence et divers événements historiques ont également mis à l'épreuve la foi et la dévotion de ses pèlerins. Pour toutes ces raisons, l'église a été consacrée basilique en 2010.

Notre chère Mère a toujours eu une place dans le cœur des hommes et, en de nombreuses occasions, même dans le cœur des personnes les plus éloignées du Christ et de son Église. C'est pourquoi je voudrais montrer les merveilles dédiées à la Vierge qui sont cachées au cœur de l'Europe.

Un joyau de l'architecture gothique slovène

Sur le trajet entre Vienne (Autriche) et Zagreb (Croatie) - à condition que vous ne preniez pas l'avion - vous traversez la région de Ptuj en Slovénie, où se trouve Ptujska Gora, un petit village de la région traditionnelle de Basse-Styrie, qui est un lieu de pèlerinage fréquent depuis l'Antiquité. Car c'est là, au sommet d'une colline dominant la vallée, que se dresse l'église dédiée à Marie, la Vierge protectrice.

D'apparence typique de l'Europe centrale, il est considéré comme un joyau de l'architecture gothique slovène. Sa longue histoire et les innombrables pèlerins qui sont venus y prier la Vierge Marie en ont fait l'un des poumons de la région. Depuis lors, ce lieu de pèlerinage poursuit une tradition qui remonte à la fin du Moyen Âge, lorsque, comme semblent l'indiquer les sources, il a été érigé sous le patronage des seigneurs féodaux de Ptuj. Par la suite, il semble qu'il ait été connu sous le nom de "Mons Gratiarum" ou "Mont de la Grâce" jusqu'à l'époque des incursions turques, où, sous l'influence d'une légende, il est devenu la "Montagne noire". 

Ce n'est qu'en 1615 que le lieu commence à enregistrer un plus grand afflux de pèlerins, date à laquelle les Jésuites prennent la régence de l'église, ainsi que la maison des pèlerins. ad hoc. Un peu plus d'un siècle plus tard, cependant, les idées des Lumières, qui faisaient progressivement leur chemin dans les différentes cours d'Europe, ont également atteint Vienne. En 1773, l'impératrice Marie-Thérèse décide, à l'instar des monarques d'Espagne et du Portugal, de supprimer la Compagnie de Jésus. Ptujska Gora est ainsi devenue une paroisse diocésaine. Néanmoins, grâce aux efforts de ses curés, les pèlerinages se maintiennent malgré les adversités et les restrictions imposées par le successeur de Marie-Thérèse, l'empereur Joseph II, qui cherche à réduire drastiquement la présence de l'Église dans la société en limitant les pratiques pieuses habituelles du peuple, telles que les processions, les pèlerinages, les fêtes patronales, etc. 

En 1938, l'église est passée aux mains de l'ordre des frères mineurs (franciscains), qui l'entretiennent encore aujourd'hui. Ils étaient chargés de préparer le 600e anniversaire de l'église en 2010, année où elle a été déclarée basilique sous le patronage de Marie, Mère protectrice, ou Notre-Dame de la Miséricorde.

Un style baroque avec des éléments gothiques

Dans son ensemble, l'église présente un style baroque marqué, avec des éléments architecturaux gothiques. Parmi celles-ci, la célèbre image de la Vierge au manteau se distingue. Les Jésuites ont décidé de déplacer cette image du portique vers l'autel principal. Ce relief, d'une grande beauté, réalisé à partir d'un seul bloc de pierre, montre Notre Mère avec l'Enfant dans son bras gauche et avec son manteau étendu, sous lequel elle protège de nombreux personnages : on peut compter jusqu'à quatre-vingt-deux personnes, une allégorie de l'intercession constante de la Vierge. Bien que les noms des personnes représentées par ces figures ne soient pas connus, les experts semblent avoir reconnu les fondateurs de Ptujska Gora, Bernhard III. de Petau et son épouse Walburga, fille des comtes de Cilli, les aristocrates les plus importants du Moyen Âge en Slovénie. L'église abrite également les autels de Notre-Dame du Rosaire et de Saint-Sigismond, tous deux réalisés par les mêmes artistes. Dans cette dernière chapelle se trouve la tombe du chevalier Sigismond de Neuhaus, qui a payé l'autel dédié à son saint patron.

Depuis l'arrivée des Franciscains à Ptujska Gora, un certain nombre d'innovations ont été introduites. Dans le presbytère, il y a une stalle de chœur nouvellement construite, qui est très appropriée pour l'ensemble. Des vitraux modernes et les portraits de plusieurs saints ont également été ajoutés, comme celui de saint Maximilien Kolbe, un franciscain conventuel qui, alors qu'il était prisonnier à Auschwitz, a volontairement décidé de mourir à la place d'un autre prisonnier et père de famille, qui a plus tard assisté à sa canonisation. L'entrée a également été décorée de reliefs de la Vierge Marie, de saint Jean-Paul II et du bienheureux Slomsek, l'évêque slovène béatifié en 1999. Le lieu de la réserve eucharistique a également reçu une nouvelle configuration, avec un beau tabernacle sur colonne, placé sous un baldaquin d'origine gothique. 

Après ces brefs aperçus, il ne fait aucun doute que cette basilique devrait être une étape obligatoire pour tout voyageur qui décide de traverser ou de pénétrer dans les anciennes possessions de l'Empire autrichien et de découvrir ainsi les nombreux vestiges encore existants dédiés à Notre Mère. C'est peut-être aussi l'occasion pour le voyageur de relier dans son parcours les différentes basiliques disséminées dans la région, comme Mariazell en Autriche et Marjia Bystrica en Croatie, qui sont aujourd'hui devenues presque des symboles nationaux. Tous ces lieux, qui seront traités dans d'autres articles, ont en commun d'avoir connu des moments de splendeur, sous le patronage de rois et de grands seigneurs, mais aussi des moments sombres, comme les différentes invasions turques ou les restrictions imposées par la cour à toute forme d'externalisation de la piété populaire.

L'auteurJacqueline Rabell

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.