Livres

Le pacte d'amour conjugal, source d'espoir dans les grands récits

Les histoires d'entraide, lorsqu'elles reflètent la vérité de l'amour, "montrent l'espoir certain de la vie pleine qui naît de l'amour des époux", a déclaré José Miguel Granados Temes lors de la présentation de son livre "Transformar el amor", à l'Université San Dámaso (Madrid) il y a quelques jours. De cette façon, "ils enseignent comment vivre et réaliser le rêve de Dieu et de l'être humain dans chaque mariage et chaque famille pour le bien de la société".

Francisco Otamendi-11 novembre 2022-Temps de lecture : 6 minutes
Couverture du livre Granados

Là, dans la traditionnelle et également universitaire Madrid, accompagné du vice-doyen de la Faculté de théologie, Juan de Dios Larrú Ramos, qui a présidé l'événement, et du recteur de la Basilique de San Miguel, Juan Ramón García-Morato, le théologien et médecin, José Miguel Granados Temes, qui en plus de son travail pastoral dans le diocèse de Madrid, a un travail de recherche intense sur le mariage et la famille, a présenté son dernier livre, "Transformar el amor. Matrimonio y esperanza en los grandes relatos' (Transformer l'amour. Mariage et espoir dans les grands récits), publié par Eunsa.

José Miguel Granados a déjà publié dans le Université San Dámaso sa thèse de doctorat sur "L'éthique conjugale de Jean-Paul II", soutenue il y a plusieurs années à l'université du Latran à Rome. Ses deux derniers ouvrages sont "L'Évangile du mariage et de la famille" et une réflexion sur les valeurs humaines et familiales chez les auteurs anglo-saxons, intitulée "Femme, aide-moi à aimer".

Le discours de Granados Temes comprenait un défilé d'auteurs universellement connus, et d'autres moins connus. Comme s'il s'agissait d'une "visite à une exposition d'art littéraire", il a dit. "Nous entrons dans le champ de foire des grands récits qui reflètent la vie et l'histoire humaines. Et nous le faisons avec le regard ou la perspective de l'évangile du mariage et de la famille. Nous pourrions dire qu'il s'agit de la visite d'une exposition que nous pourrions appeler 'les âges du mariage', découverts dans de grandes histoires".

Vertus domestiques, valeurs familiales

Car "en pénétrant dans l'exposition littéraire contenue dans ce livre, nous découvrons dans ces récits captivants d'histoires et de relations humaines, d'une part, un bouquet de belles...". vertus domestiquesL'auteur ajoute : "Nous devons être conscients de nos propres forces, telles que la patience, le pardon, l'humilité, le courage, la force d'âme, la persévérance, la confiance, la joie et l'assiduité.

Et "d'autre part, nous serons surpris de constater que nous avons d'importantes les valeurs familiales" Il poursuit : " comme la tâche de former un foyer, un lieu d'accueil pour chaque personne, de soin pour les faibles et les nécessiteux, un lieu d'abri et de soutien, de promotion et d'encouragement, de formation humaine et chrétienne ; ou le regard de la tendresse envers l'autre, avec une affection sincère, la vie en commun, le service rendu avec générosité, la joie partagée ".

Mais surtout, a souligné José Miguel Granados, "nous examinerons les aspects fondamentaux et les dimensions de l'Union européenne". identitéle site vocation et le mission du mariage. Ainsi, la procréation comme forme sublime de la fécondité de l'amour, dans l'accueil du don incomparable de chaque enfant ; la dignité de la femme, épouse et mère, la mission spécifique du père ; l'éducation comme prolongement de la paternité et de la maternité ; la maturation affective ; le rôle moteur de la famille dans la transformation sociale pour construire une civilisation de la vie et de l'amour".

Ils enseignent comment vivre

Parmi les auteurs et les histoires que l'on retrouve dans le champ de foire décrit par Granados, citons, entre autres, J.R.R. Tolkien, "avec son impressionnante recréation mythologique d'une admirable profondeur anthropologique", qui nous transporte "dans un cosmos plein de beauté et de tension dramatique entre les forces du bien et du mal", selon les mots de l'auteur ; son ami et collègue universitaire C. S. Lewis, avec sa "belle allégorie de l'histoire du salut" et la leçon du garçon Eustache, dans "Les Chroniques de Narnia" ; les personnages mémorables du génial Charles Dickens, que nous citerons dans les mots de l'auteur, avec sa "belle allégorie de l'histoire du salut". Lewis, avec sa "belle allégorie de l'histoire du salut" et la leçon du garçon Eustache, dans "Les Chroniques de Narnia" ; les personnages mémorables du génial Charles Dickens, que nous citerons à la fin dans "Bleak House" ; Elizabeth Gaskell et sa puissante dénonciation sociale ; Oscar Wilde et "Le portrait de Dorian Grey" ; Les romans de Jane Austen ("Sense and Sensibility", "Pride and Prejudice") ; les récits de mystère et de suspense comme ceux d'Anna Katharine Green, ou de fantômes, comme ceux de Wilkie Collins ; les aventures, comme celles de Jules Verne ; ou la solitude, comme celle de Robinson Crusoé (Daniel Defoe).

Il est également possible d'observer la double vie morale dans "Docteur Jekyll et Mr. Hyde" de Robert Louis Stevenson ; les contes pour enfants du Danois Hans Christian Andersen, comme "La Reine des neiges", ou d'Edith Nesbit ("Cinq enfants et ça") ; le roman policier, avec les maîtres du suspense et de l'enquête criminelle, comme Sir Arthur Conan Doyle, Agatha Christie, Mary Elizabeth Braddon, Fergus Hume, Austen Freeman ou Nicholas Carter ; le brillant G. K. Chesterton dans la sagesse humaine du Père Brown ; ou "les romans américains aux valeurs familiales chrétiennes et aux figures féminines admirables, qui nous apprennent également à apprécier le don des enfants". K. Chesterton dans la sagesse humaine du Père Brown ; ou "des sagas de romanciers américains aux valeurs familiales chrétiennes et aux figures féminines admirables, qui nous apprennent aussi à apprécier le don des enfants".

Russe, français, anglais...

L'auteur n'oublie pas non plus les grands dramaturges européens du XIXe siècle, comme "le profond écrivain russe Fiodor Dostoïevski, géant moderne de l'esprit chrétien, qui nous fait penser à la conscience morale endormie réveillée par l'amour, avec l'histoire du jeune anarchiste Raskolnikov dans Crime et châtiment" ; l'écrivain français Victor Hugo, qui "transmet, dans le grand récit des Misérables, le sens chrétien de la vie et de la souffrance injuste, surmontée par la miséricorde" ; l'écrivain français Alexandre Dumas, qui nous fait découvrir, à travers les malheurs et l'épopée d'Edmond Dantès dans "Le Comte de Monte Cristo", la nécessité de surmonter la rancune par le pardon chrétien".

Enfin, il cite des romanciers anglais du début du Xe siècle qui "montrent le pouvoir de la grâce dans des situations de ruine morale", comme Graham Greene ou Evelyn Waugh, dans "Back to Brideshead"., ou "les mises en garde de célèbres contemporains dénonçant les dystopies. Comme la diatribe socio-politique de George Orwell "1984". Ou la prophétie angoissée du totalitarisme postmoderne dans Brave New World d'Aldous Huxley.

Pourquoi le titre

Souvent, un livre commence par la brève citation d'une phrase d'un auteur qui est particulièrement inspirant pour le travail effectué, a expliqué José Miguel Granados dans son discours. "Dans mon cas, j'ai choisi ces deux déclarations concaténées de l'exhortation apostolique aux jeunes intitulée Christus vivitPape François : "Seul ce qui est aimé peut être sauvé. Seul ce qui est embrassé peut être transformé.

D'où le titre de cet ouvrage : "Transformer l'amour", a-t-il révélé. "Car l'amour humain n'est pas quelque chose de spontané et d'automatique, qui fonctionne par lui-même avec sa propre dynamique interne de manière inexorable. Il ne faut pas oublier que notre nature est blessée par le péché. C'est pourquoi un travail de récupération est indispensable. En réalité, l'être humain en tant que personne appelée à aimer a besoin d'être transformé avec l'aide des maîtres de vie et des communautés de formation. Quiconque entreprend la tâche de vivre et de marcher avec les autres vers un objectif de transcendance doit être éduqué, mûri, amélioré, dans un processus délicat et laborieux de purification, de guérison et d'apprentissage constant.

Et l'auteur d'ajouter que, "comme l'insinue la phrase papale mentionnée ci-dessus, ce qui renouvelle et embellit le plus le cœur et toute l'existence, c'est la conscience d'être aimé personnellement, de manière unique, inconditionnelle et pleine. Être véritablement aimé remplit l'existence de sens et motive à donner le meilleur de soi dans le don de soi, dans le don de soi aux autres. De plus, la grâce divine vient en aide à la faiblesse humaine de manière surabondante. Le Christ est le rédempteur du cœur, qui nous donne les capacités effectives de surmonter les difficultés et de vivre en accord avec notre dignité et le plan de Dieu. C'est ce qui s'est passé dans la vie des saints.

C'est pourquoi, explique Granados, "tout au long du livre, nous faisons référence à divers époux chrétiens et mariages exemplaires, dont le témoignage montre l'accomplissement héroïque de la vocation conjugale dans la vie concrète".

L'espoir, le nerf central

Quant au sous-titre de l'ouvrage - "Mariage et espoir dans les grands récits" - "le domaine étudié est le mariage en tant que source d'espoir dans certains récits de fiction", a déclaré M. Granados, qui a poursuivi en brossant un tableau attrayant.

"L'alliance de l'amour conjugal est l'espace voulu par Dieu pour engendrer et éduquer la vie humaine, pour en déployer toutes les potentialités", a-t-il conclu. "C'est l'école de l'amour vrai et beau. Elle naît de l'engagement mutuel de l'homme et de la femme qui, relisant le langage conjugal du corps et du cœur, s'engagent et se donnent à vie pour construire l'humanité. La promesse divine sous-tend, précède et accompagne la promesse mutuelle des époux. Le don de Dieu, en surmontant les fractures humaines, fait naître l'espérance d'un foyer d'amour beau, fidèle et fécond, d'une participation humaine au mystère de la communion familiale trinitaire des personnes divines".

C'est précisément l'espoir qui est le nerf central de la courte conclusion du livre, intitulée "Du don à l'engagement". Après avoir raconté les cadeaux que Galadriel, la sage princesse des elfes du royaume de Lothlórien, offre en faisant ses adieux à la communauté de l'anneau - nous parlons du "Seigneur des Anneaux" - l'auteur souligne que "de même, la promesse de l'amour conjugal contient une graine divine de fécondité capable de surmonter toutes les épreuves, pour s'épanouir dans une beauté éternelle, qui commence déjà sur cette terre".

Celui qui aime gagne toujours

Livre de Granados

Granados mentionne dans le livre "la culture des soinsL'encyclique "Notre ami commun", tant louée par le pape François, avec une lecture du dernier roman complet de Dickens, "Notre ami commun"" ; l'encyclique "Notre ami commun" ; l'encyclique "Notre ami commun" ; et l'encyclique "Notre ami commun". Spe salvi ("Dans l'espérance nous avons été sauvés") par Benoît XVI, et à saint Jean-Paul II, avec sa Lettre aux famillesentre autres auteurs. Mais nous devons citer une de ses phrases lorsqu'il commente un roman de Charles Dickens. "Nous comprenons que - contrairement aux paramètres mondains de la compétition et de la loi du plus fort - en réalité, celui qui aime gagne toujours, même s'il semble vaincu. Il en va de même pour un certain nombre de personnages du splendide roman Maison sombre".

Sans vouloir faire de spoiler, dans "Bleak House", nous voyons, dit l'auteur, "des perdants apparents, comme Ada Claire qui accompagne son mari dans sa chute, séduite par la fausse espérance d'un héritage ; ou la jeune Esther Summerson, qui attrape une maladie grave en s'occupant des familles misérables des ouvriers ; ou M. Jarndyce, le tuteur de la jeune fille, toujours patient et prêt à aider tout le monde ; ou le colonel George Runcewell, qui risque son entreprise pour protéger un enfant des rues ; ou Caddy Jellib, qui est toujours patiente et prête à donner un coup de main ; ou le colonel George Runcewell, qui risque son entreprise pour protéger un enfant des rues". Jarndyce, le tuteur de la jeune fille, toujours patient et prêt à prêter main forte à tout le monde ; ou le colonel George Runcewell, qui risque son entreprise pour protéger un enfant des rues ; ou Caddy Jelliby, qui parvient à contracter un mariage honorable et à fonder un foyer décent après avoir surmonté sa situation familiale désastreuse ; ou, enfin, le baron Sir Leicester Deadlock, qui passe outre sa noble fierté pour sauver sa femme disgraciée : tous ces ratés apparents sont ceux qui sauvent le monde dans lequel ils vivent par des gestes authentiques et discrets d'amour désintéressé".

L'auteurFrancisco Otamendi

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.