Culture

Une lettre ouverte à Albino Luciani dans le style des "Illustres Messieurs".

Aujourd'hui, 26 août, marque l'anniversaire de l'élection de Jean-Paul Ier comme successeur de Pierre. Avant de devenir pape, il a publié une série de lettres fictives adressées à des écrivains et des personnalités littéraires célèbres dans la presse. Ils ont ensuite été rassemblés dans un livre intitulé "Illustrious Gentlemen". Ces lignes sont une lettre fictive qui lui a été envoyée dans le style dans lequel il les a écrites.

Vitus Ntube-26 août 2022-Temps de lecture : 8 minutes

Photo : Jean Paul Ier, le pape au sourire

Illustre pape :

Je vous écris avec gratitude.

Il y a quelques années, j'ai reçu votre livre "Distinguished Gentlemen", qui était un recueil de lettres que vous avez écrites à des hommes et des femmes illustres et publiées dans la presse. Grâce à ce livre, j'ai "appris" à lire, je suis tombé amoureux de la littérature. Votre livre m'a encouragé à lire davantage de livres et m'a appris à les lire, c'est-à-dire à rendre les personnages et les auteurs toujours présents et à être un interlocuteur avec eux. La lecture est devenue une rencontre, un dialogue, grâce à vous.

J'ai beaucoup apprécié votre livre et j'ai eu envie de lire d'autres de vos écrits. J'ose dire que j'ai lu toutes vos proclamations en tant que Pape. Ils étaient trente-trois jours de la papauté pour vous, donc c'était un projet facile à réaliser. J'ai trouvé que vous n'avez pas abandonné votre style dans vos audiences et vos discours en tant que Pape. Les figures et les exemples littéraires ne cessent d'apparaître dans votre discours. C'était un style que j'aimais beaucoup.

Dans votre livre Vos ExcellencesVous avez écrit à des auteurs que j'aimais, vous m'avez ouvert de nouveaux horizons pour que je découvre aussi d'autres auteurs. Bien sûr, vous n'avez pas écrit à tous les auteurs illustres, mais vous avez écrit à des écrivains comme Charles Dickens, Mark Twain, Alessandro Manzoni, Johann Goethe, Chesterton ou des personnages littéraires comme Pinocchio ou Pénélope, etc. Je me souviens que vous avez parlé à Mark Twain de votre réaction au fait de le citer. Vous avez écrit : "Mes élèves étaient enthousiastes lorsque je leur ai dit : "Maintenant, je vais vous raconter une autre histoire de Mark Twain. Je crains toutefois que mes diocésains ne soient scandalisés : "Un évêque qui cite Mark Twain !

Bien que vous n'ayez pas écrit spécifiquement à Shakespeare, vous l'avez mentionné. Il en va de même pour Léon Tolstoï, dont les histoires ont trouvé leur place dans vos lettres à d'autres hommes illustres, même s'il n'a pas reçu de lettre personnelle. Je ne doute pas que vous auriez écrit à des auteurs plus illustres si le temps vous l'avait permis. Vous auriez probablement écrit à Albert Camus, Stefan Zweig, C. S. Lewis, Jane Austen, Soljenitsyne, et peut-être à des personnages littéraires tels que Don Quichotte ou Christina, fille de Lavrans, Frodon, Samsagaz, et Monsieur Myriel des "Misérables" de Victor Hugo. Vous auriez également été en contact avec davantage de figures littéraires du monde entier, avec Chinua Achebe, avec Confucius, avec Shūsaku Endō, et ainsi de suite.

Vous avez écrit à des saints ; je suppose que Saint François de Sales était votre préféré. Il a reçu une lettre et fait de nombreuses apparitions dans d'autres lettres. Il était votre théologien de l'amour. Vous auriez également écrit à d'autres saints récents. Peut-être pour Saint Josémaria Escriva de Balaguer sur la nécessité de la sainteté pour tous les hommes, comme vous l'avez souligné dans votre lettre à St François de Sales. Vous avez parlé de dévotion et de la façon dont "la sainteté cesse d'être le privilège des couvents et devient le pouvoir et le devoir de tous". La sainteté est une entreprise ordinaire que l'homme peut atteindre "par l'accomplissement des devoirs communs de chaque jour, mais pas d'une manière commune". Ce sont vos paroles, et c'est ce que saint Josémaria a enseigné.

Je viens de découvrir que vous aviez écrit sur lui dans un autre article de la revue. Il Gazzettinole 25 juillet 1978, un mois avant d'être élu pape. Bien sûr, dans l'article, vous faites référence à saint François de Sales et vous dites même que saint Josémaria est allé plus loin que lui à certains égards. Vous avez dit que la foi et le travail accompli avec compétence vont de pair et qu'ils sont "les deux ailes de la sainteté". Je ne sais pas si vous auriez aimé cette image que j'utiliserais maintenant pour décrire la foi et le travail compétent : Et si je les comparais aux deux lames d'une paire de ciseaux ? Quelqu'un oserait-il dire que l'une des lames n'est pas nécessaire ? Dites-moi ce que vous pensez de mon image. Je l'ai pris de C. S. Lewis.

Vous auriez sûrement aussi écrit aux pères de Sainte Thérèse de Lisieux. Vous avez reçu avec joie la nouvelle de la cause de leur béatification dans votre lettre à Lemuel, roi de Massah. Je suis sûr que vous seriez ravie qu'ils soient des saints maintenant.

Vous avez parlé à des poètes, des mères, des reines, des jeunes et des vieux, etc. Vous avez parlé à Pinocchio et l'avez comparé à vos expériences d'enfance. Vous vous êtes également adressé aux personnes âgées, comme dans votre lettre à Alvise Cornaro dans laquelle vous disiez que "les problèmes des personnes âgées sont aujourd'hui plus compliqués qu'à votre époque et peut-être plus profonds sur le plan humain, mais le remède essentiel, cher Cornaro, est toujours le même que le vôtre : réagir contre tout pessimisme ou égoïsme".

Mais ce que vous m'avez appris, avant tout, c'est comment maintenir ce dialogue et quelle peut être la nature de cette rencontre. Vous avez montré comment équilibrer un dialogue entre les générations. Vous avez évité d'être coincé dans une ancienne façon de faire les choses et accepté la réalité de votre époque. Vous avez su faire dialoguer les différentes générations. Vous n'avez pas considéré l'ancien comme dépassé et le nouveau comme la seule chose pertinente. Ce fossé entre les générations peut être comparé au fait d'arriver à midi à une réunion prévue à neuf heures du matin. Si la conversation s'est poursuivie pendant les trois heures précédentes, le retardataire aura manqué de nombreux détails et risque de répéter ce qui a déjà été dit. C'est cette capacité à intégrer la conversation commencée à neuf heures dans le moment présent que vous avez montrée dans vos lettres. Dans vos lettres, vous avez eu des conversations sur divers sujets : le féminisme, l'éducation, la chasteté, les vacances, les fakenews et le relativisme, et vous avez même une lettre à un peintre anonyme. Vous étiez un homme qui savait converser.

Je vous écris avec gratitude aussi parce que vous m'avez appris que les livres peuvent être relus, comme vous l'avez fait maintes fois à l'occasion de l'anniversaire de la naissance ou de la mort d'un auteur, ou à toute autre occasion. J'ai relu votre livre à l'occasion de votre béatification cette année, comme vous me l'avez appris. J'espère que les gens auront l'occasion de lire vos lettres à cette occasion.

"Louons les hommes illustres, nos pères selon leurs générations. C'étaient des hommes de bien, dont les mérites n'ont pas été oubliés". - Ecclésiastique 44,1.10

Illustre Albino, je vous écris parce que vous faites désormais partie des hommes illustres. Vous êtes illustre non pas en raison de vos capacités littéraires, mais en raison de votre sainteté, que l'Église reconnaîtra bientôt par votre béatification. Vous m'avez appris à être un interlocuteur - dans votre lettre à saint Luc l'évangéliste et dans votre lettre à Jésus - à dialoguer avec les personnages de l'Évangile et à dialoguer avec le Christ. C'était la source de votre sainteté. Vous étiez un homme de prière, un homme en dialogue avec Dieu. Lorsque vous avez écrit à Jésus, vous lui avez écrit en tremblant, montrant ainsi que vous étiez en conversation constante avec lui. Dans votre lettre, vous avez écrit que :

"Cher Jésus :

J'ai fait l'objet de certaines critiques. C'est un évêque, c'est un cardinal", disent-ils, "il s'est épuisé à écrire des lettres dans toutes les directions : à M. Twain, à Péguy, à Casella, à Pénélope, à Dickens, à Marlowe, à Goldoni et je ne sais combien d'autres. Et pas une seule ligne à Jésus-Christ" !

Vous le savez. J'essaie de maintenir une conversation continue avec vous. Mais il m'est difficile de le traduire dans une lettre : ce sont des choses personnelles. Et tellement insignifiantes !"

Vous étiez en conversation constante avec le Christ. C'est la véritable source de votre illustre nature et ce que vous m'avez appris est de première importance. Vous avez terminé votre lettre au Christ en disant que "l'important n'est pas que quelqu'un écrive sur le Christ, mais que beaucoup aiment et imitent le Christ".

Je vous écris avec gratitude car vous êtes un homme humble. Vous avez pris "Humilitas" comme devise épiscopale. Dans votre lettre au roi David, vous avez montré une dimension de cela et combien de fois vous avez essayé d'enterrer l'orgueil que vous aviez. Vous avez souvent organisé des funérailles et chanté le requiem de la fierté. À ce sujet, vous avez dit au roi David : "Je me réjouis quand je le trouve, par exemple, dans le court psaume 130, écrit par vous. Vous dites dans ce psaume : "Seigneur, mon cœur n'est pas hautain". J'essaie de suivre vos traces, mais malheureusement, je dois me limiter à demander : Seigneur, je voudrais que mon cœur ne coure pas après des pensées orgueilleuses !

Trop peu pour un évêque, direz-vous. Je le comprends, mais la vérité est que cent fois j'ai célébré les funérailles de mon orgueil, croyant l'avoir enterré six pieds sous terre avec tant de "requiescat", et cent fois je l'ai vu ressusciter plus éveillé qu'avant : je me suis rendu compte que la critique me déplaisait toujours, que les louanges, au contraire, me flattaient, que je m'inquiétais du jugement des autres sur moi".

C'est la vertu de l'humilité que vous avez également recommandée lors de votre première audience générale en tant que pape. Non seulement vous avez recommandé la vertu de l'humilité, mais vous vous êtes aussi considéré comme le plus bas. Vous avez écrit à Mark Twain pour lui montrer que vous vous considériez comme le plus bas parmi les évêques.

"Comme il y a plusieurs sortes de livres, il y a plusieurs sortes d'évêques. Certains, en effet, sont comme des aigles qui s'envolent avec des documents magistraux de premier ordre ; d'autres sont comme des rossignols qui chantent magnifiquement les louanges du Seigneur ; d'autres, au contraire, sont de pauvres moineaux qui, sur la dernière branche de l'arbre ecclésiastique, ne font que gazouiller, en essayant de dire une pensée ou deux sur de vastes sujets. Moi, cher Twain, j'appartiens à cette dernière catégorie".

Je vous écris avec gratitude pour avoir parlé de notre service à la Vérité. Nous sommes des serviteurs et non des maîtres de la Vérité. C'est ce que vous avez écrit dans votre journal personnel pontifical. Tu es devenu un collaborateur de la Vérité. Vous nous avez appris à rechercher la vérité avec docilité en reconnaissant le fait que nous ne la croyons pas. Vous avez écrit à Quintilien sur l'éducation et la façon de chercher la vérité à travers elle. Vous avez écrit que "la dépendance est naturelle à l'esprit, qui ne crée pas la vérité, mais doit seulement s'incliner devant elle, d'où qu'elle vienne ; si nous ne profitons pas des enseignements d'autrui, nous perdrons beaucoup de temps à rechercher des vérités déjà acquises ; il n'est pas toujours possible de réaliser des découvertes originales ; il suffit souvent d'avoir une certitude critique des découvertes déjà faites ; enfin, la docilité est aussi une vertu utile. [...] D'autre part, qu'est-ce qui est le mieux : être les confidents des grandes idées ou les auteurs originaux des idées médiocres ?"

Nous ne fabriquons pas nos propres vérités, mais nous apprenons de ceux qui nous ont précédés et devenons à notre tour des collaborateurs de la vérité. Vous avez même montré comment nous pouvons facilement servir la vérité par des images et des exemples tirés de la littérature. Vous avez fait connaître beaucoup de vos enseignements par des images littéraires. Vous avez même donné un cas dans lequel vous avez expliqué l'incohérence du relativisme religieux en utilisant une histoire de Tolstoï. À la fin, vous avez dit que "ce que Rahner ne parvient parfois pas à clarifier avec ses volumes de théologie, Tolstoï peut le résoudre avec une simple bande dessinée !".

Je vous écris avec gratitude parce que vous avez parlé de la joie et de la charité qui l'accompagne. Vous êtes connu comme le pape du sourire. En écrivant à Sainte Thérèse de Lisieux, vous avez parlé d'une joie qui est charité exquise quand elle est partagée. Vous avez raconté l'histoire de l'Irlandais à qui le Christ a demandé d'entrer au paradis à cause de la façon dont il communiquait sa joie. Le Christ lui dit : "J'étais triste, abattu, prostré, et tu es venu raconter quelques blagues qui m'ont fait rire et m'ont redonné le moral... Au paradis !". Lors de sa troisième audience générale en tant que pape, vous avez évoqué la déclaration de saint Thomas selon laquelle plaisanter et faire sourire les gens était une vertu. Il a déclaré qu'il était "dans la lignée de la "bonne nouvelle" prêchée par le Christ, de la "hilaritas" recommandée par saint Augustin ; il a vaincu le pessimisme, il a revêtu la vie chrétienne de joie, il nous a invités à prendre courage des joies saines et pures que nous rencontrons sur notre chemin".

Vous êtes le pape du sourire. Vos écrits rayonnent de joie, tout comme votre catéchèse. Vous étiez un homme de joie, de bonne humeur.

Je vous écris avec gratitude parce que vous avez aussi tenu la gratitude en haute estime. Le choix de votre nom est en soi un exemple concret de votre esprit de gratitude. Dans votre premier discours à l'Angélus, vous avez dit que la gratitude envers les deux Papes précédents, Jean XXIII et Paul VI, vous a conduit à choisir pour la première fois un nom binomial. Tu l'as bien expliqué dans ton premier discours d'Angelus. J'ai écouté l'enregistrement de ce discours sur le site de la fondation créée en votre nom par le Vatican. J'ai aimé écouter le discours avec votre propre voix. On peut imaginer comment vous êtes devenu rouge lorsque Paul VI a mis l'étole sur vos épaules comme vous le dites dans ce discours.

J'ai rendu publique ma première lettre à un homme illustre. Je ne doute pas que vous souhaitiez que ces lettres, ces dialogues, se poursuivent avec d'autres hommes illustres. Nous nous efforcerons de maintenir votre héritage, en particulier celui de votre sainteté. C'est avec joie que nous célébrerions votre béatification.

Si cette lettre est un peu baroque et détaillée, c'est probablement parce que j'ai essayé de copier le style de vos lettres et que je l'ai mal fait. Vos lettres ne manquaient pas d'exemples de textes. Je vous écris comme vous aimiez écrire. Peut-être souhaitez-vous vous aussi le lire de cette façon.

L'auteurVitus Ntube

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.