Culture

Face à face avec le corps du Christ crucifié

Regarder le Christ "face à face" est désormais possible dans la cathédrale de Salamanque (Espagne), grâce à l'exposition L'homme mystère. Plus de quinze années de recherche ont abouti à une exposition unique dans laquelle la représentation hyperréaliste de l'homme du Suaire de Turin est le centre d'intérêt des visiteurs. 

Paloma López Campos-10 décembre 2022-Temps de lecture : 5 minutes
christ

Face à face avec le corps du Christ crucifié et déposé dans le tombeau. C'est ainsi que l'on pourrait définir l'expérience proposée par L'homme mystèreune exposition unique sur "l'homme du Saint Suaire". Une exposition qui a fait sa première étape depuis plus de cinq mois dans la cathédrale espagnole de Salamanque et qui a été créée dans le but de faire le tour des cinq continents au cours des prochaines années, comme l'indique à Omnes Francisco Moya, directeur général d'Artisplendore, la société de gestion culturelle spécialisée dans l'art sacré qui a été l'architecte de cette exposition unique et impressionnante. 

L'exposition décompose, à travers six espaces d'exposition, les aspects les plus importants de l'une des grandes énigmes de l'histoire : la figure de Jésus de Nazareth, la condamnation et la mort du Christ, le Suaire, les études médico-légales sur le Suaire, une salle immersive spectaculaire et, enfin, le clou de cette exposition, la salle où est exposé le corps recréé à partir du Suaire. "En fait, cette reproduction de l'homme du Suaire de Turin est le principal point de différenciation de cette exposition par rapport aux autres que nous avons vues".souligne Francisco Moya.

Une reproduction unique et qui en dit long, comme l'explique le directeur général d'Artisplendore. "tous les signes de la passion et de la croix qui apparaissent sur le suaire".. La similitude est telle que "nous sommes vraiment en présence d'un homme, pas d'une sculpture".dit-il.

L'histoire du Suaire de Turin

L'homme mystère ne peut être comprise sans connaître tout ce qui entoure le suaire de Turin, le tissu de lin qui a recouvert Jésus de Nazareth après sa mort sur la croix. Le corps de l'homme dont le corps a été enveloppé dans ce tissu y a été imprimé, ce qui nous amène à penser qu'il s'agit de l'image du Christ. Cette relique est l'un des objets les plus étudiés de toute l'histoire et suscite un grand intérêt chez les chercheurs en raison de ses particularités. C'est précisément ce tissu qui est à l'origine de l'exposition, puisque c'est de lui qu'a été obtenue l'image hyperréaliste de Jésus.

L'exposition retrace l'histoire, non sans vicissitudes, de cette relique unique. Ainsi, nous remontons au XIVe siècle, lorsqu'un chevalier français prétend posséder le linceul qui enveloppait le corps du Christ après sa mort. Cependant, il ne peut pas révéler comment il l'a obtenu. Avant sa mort lors de la bataille de Poitiers, il fait don du tissu à des moines qui commencent à recevoir la visite de pèlerins désireux de voir la prétendue relique.

Pendant la guerre de Cent Ans, les religieux ont rendu le linceul à la famille du chevalier pour le protéger. À la fin de la guerre, l'héritière de la famille a refusé de rendre le suaire et l'a utilisé comme passeport pour l'Italie, où elle a trouvé refuge en échange de la remise de la relique aux futurs rois d'Italie, les ducs de Savoie.

Les ducs conservaient le drap dans l'église de leur château, qui a brûlé dans un incendie en 1523. Le reliquaire en argent dans lequel ils avaient placé le tissu a fondu, une goutte a pénétré dans la feuille, mais sans détruire l'image. Cinquante ans plus tard, la relique est arrivée à Turin, où elle est toujours conservée dans la cathédrale.

L'enquête du coroner sur le corps

Les recherches sur le linceul de Turin, sur lequel l'exposition est basée, montrent que ce tissu recouvrait le corps d'un homme mort, un cadavre récent. L'étude médico-légale de l'image révèle la position du corps : la tête est penchée, les muscles de la poitrine contractés, les bras croisés et les jambes pliées. De plus, à partir des tissus obtenus, il a été démontré que le cadavre était celui d'un homme de race blanche, de groupe sanguin AB et d'une taille de 178 centimètres.

Parmi les différentes blessures visibles dans l'analyse médico-légale, plus de cinquante blessures causées par un objet tranchant peuvent être observées dans la zone du crâne. Sur le visage, il y a également des blessures, notamment le nez cassé et la cloison nasale déviée. Sur le dos, le torse et les jambes, il y a des preuves d'une flagellation romaine. On peut également voir une blessure post-mortem, perçant le côté et transperçant le corps. 

Le suaire de Turin a été exposé pour la première fois en 1898 pendant deux jours. Le photographe Secondo Pia a obtenu l'autorisation de photographier la relique. Au moment de développer l'image, Pia a découvert qu'un positif avait été développé sur la plaque. Il n'y avait qu'une seule possibilité : que la feuille soit le négatif.

Toute la communauté scientifique a été choquée par cette découverte, mais ce n'est que 33 ans plus tard que le même test a été répété. Comme prévu, le résultat était identique : cette toile était le négatif d'une image.

Au milieu des années 1930, le médecin légiste Pierre Barbet a commencé à étudier la relique. Après de nombreux tests sur des cadavres, Barbet a conclu que l'image était un modèle anatomique étrangement précis, car elle révélait des caractéristiques physiologiques et pathologiques inconnues dans le monde médical 150 ans plus tôt. 

L'analyse du Linceul s'est poursuivie en 1988, lorsqu'un groupe de scientifiques a été autorisé à effectuer un test au carbone 14 sur le tissu. Trois laboratoires différents ont effectué l'analyse dans le but de dater le linceul. Les résultats indiquent que le linceul a été fabriqué entre le XIIIe et le XIVe siècle, ce qui implique que la prétendue relique était en fait une fraude. 

Cependant, un an plus tard, la revue scientifique Nature a démontré le manque de fiabilité du test du carbone 14. Chaque laboratoire a obtenu une date très différente. La contamination du linge n'a pas permis d'obtenir des résultats fiables. Par conséquent, le Suaire ne pouvait pas être considéré immédiatement comme un faux.

Compte tenu des échecs constatés lors de ce test, les scientifiques ont décidé d'emprunter une autre voie. Des échantillons de pollen ont été obtenus afin de déterminer plus précisément la date du linceul, car les caractéristiques de cet élément permettent d'obtenir de nombreuses données. Ces études placent le linceul à Jérusalem, mais prouvent également qu'il a été déplacé par l'Italie et la France.

Des études du linceul ont été réalisées à plusieurs reprises, mais la science n'a pas été en mesure de démontrer comment une image présentant les caractéristiques du linceul a été produite.

Les caractéristiques uniques du Linceul

Le suaire de Turin, dont une reproduction exacte est présentée dans l'exposition, est une image très particulière, en raison de neuf aspects qui ne se retrouvent dans aucune autre image : superficialité, absence de pigmentation, non-directionnalité, stabilité thermique, stabilité hydrologique, stabilité chimique, détail, négativité et tridimensionnalité.

La superficialité signifie que l'image pénètre à peine les fils. L'absence de pigmentation signifie qu'il n'y a pas de produits chimiques connus. La non-directionnalité fait référence au fait que l'on ne peut découvrir aucune trace qui aurait dû subsister lors de la peinture. La stabilité fait référence au fait que l'image n'est pas affectée par la température, l'eau ou les produits chimiques. En termes de détails, la trace du corps est très détaillée. La négativité est la caractéristique que Pia a découverte et la tridimensionnalité implique que l'image a du relief.

L'exposition

La pièce maîtresse et le point culminant de l'exposition de L'homme mystère est sans aucun doute la représentation hyperréaliste de l'homme du Suaire de Turin.

Quand les gens viennent la voir, dit Francisco Moya, "l'émotion, le sentiment, la foi, passent au premier plan".. C'est la première fois qu'une telle chose est exposée et tous ceux qui passent devant l'image se disent choqués.

Le corps grandeur nature montre les blessures représentées sur le suaire, qui correspondent au récit de la Passion du Christ dans les Évangiles.

En entrant dans la salle où se trouve la représentation du corps du Christ, on peut voir au-dessus une reproduction grandeur nature du Suaire. Ainsi, le spectateur perçoit, en trois dimensions, les résultats d'une recherche menée depuis plus de quinze ans.

Les billets pour l'exposition peuvent être trouvés sur le site web de L'homme mystèreElle ne sera en principe en Espagne que jusqu'au mois de mars, après quoi elle entamera son pèlerinage autour du monde. Le projet devrait être en place pendant une vingtaine d'années, s'adaptant aux langages d'exposition du moment.

En bref, comme le disent les responsables, cette exposition est une "parcours historique, artistique et scientifique sur les études du Suaire, son impact sur le monde chrétien et sur la représentation de l'image de Jésus"..

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.