Actualités

"Sans la Conférence épiscopale, le chemin de l'Église en Espagne est incompréhensible".

La Conférence épiscopale espagnole (CEE) célèbre son 50e anniversaire. À cette occasion, deux congrès internationaux seront organisés : l'un en juin, sur la nature et l'histoire des conférences épiscopales, et l'autre en automne, sur Paul VI, le pape qui les a instituées. Nous avons parlé au cardinal Ricardo Blázquez Pérez de cet anniversaire et d'autres questions d'actualité.

Henry Carlier-13 avril 2016-Temps de lecture : 8 minutes
Cardinal Ricardo Blázquez

Les Conférences épiscopales sont nées du Concile Vatican II, qui s'est achevé le 8 décembre 1965. Deux ans plus tard seulement, débute la première Assemblée plénière de la Conférence épiscopale espagnole, qui durera du 26 février 1967 au 4 mars. Elle s'est tenue à la Casa de Ejercicios del Pinar de Chamartín de la Rosa, à Madrid.

Les premiers statuts ont été approuvés le 27 février et ratifiés par le Saint-Siège la même année. Le 28 février, l'archevêque de Santiago, le cardinal Fernando Quiroga Palacios, est élu premier président de la CEE. Et le 1er mars, la constitution officielle de la CEE a eu lieu.

A l'occasion de ce demi-siècle des Conférences et de la Conférence espagnole en particulier, nous avons voulu nous entretenir avec son président, le cardinal Ricardo Blázquez, qui a également bien voulu nous répondre, comme d'habitude avec lui, sur d'autres questions d'actualité touchant l'Eglise en Espagne.

Quel bilan tirez-vous de ces cinquante années de vie des Conférences épiscopales ? Ont-elles répondu aux attentes du Conseil ? -Il existe deux institutions de l'Église nées dans le contexte du Concile Vatican II, à savoir le Synode des évêques et les Conférences épiscopales, qui, à mon avis, ont été très fructueuses au cours des cinquante années qui ont suivi le Concile Vatican II. Ils ont été des instruments très efficaces pour la mise en œuvre du Conseil. 

En ce qui concerne la Conférence épiscopale espagnole, le jour même de la clôture du Concile Vatican II, les évêques ont écrit une lettre, signée à Rome, dans laquelle ils exprimaient leur détermination à mettre en place la Conférence épiscopale le plus rapidement possible. Il s'agit d'une décision rapide qui témoigne de l'attitude réceptive au Concile de la part des évêques de l'Église d'Espagne. 

Depuis lors, ses documents ont été nombreux. La Conférence a constamment accompagné les diocèses et leurs fidèles dans la réflexion et l'orientation. Le Conseil a sans aucun doute eu raison de créer les Conférences épiscopales, et la nôtre a été attentive à chaque moment historique et a apporté une aide très importante, qu'il faut reconnaître et remercier.

Pensez-vous que la véritable nature ecclésiologique des Conférences s'est imposée à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église, ou y a-t-il encore une certaine confusion ? -La signification ecclésiologique des conférences épiscopales n'a probablement pas encore été suffisamment perçue par beaucoup. En effet, j'ai reçu des lettres de personnes qui supposaient que le président de la Conférence était le "chef" des évêques et avait autorité sur les diocèses d'Espagne. Ils sont parfois surpris lorsqu'on leur dit que seul le Pape a autorité sur les évêques ; que dans chaque diocèse, l'évêque a la responsabilité de le guider ; et que la Conférence est une aide, ne serait-ce que très qualifiée, pour les évêques.

Dans notre cas spécifique, la Conférence épiscopale espagnole a-t-elle contribué efficacement à la coordination des évêques espagnols ?  -Ma conviction est que les organes de la Conférence épiscopale ont agi avec la conscience de leur responsabilité et de la portée précise de leurs manifestations. Elle a certainement contribué à promouvoir l'unité entre les évêques et l'action pastorale coordonnée des diocèses. Accueil du Conseil, orientations dans les moments plus compliqués, communion entre les évêques et action pastorale convergente de tous... sur ces points et d'autres, la Conférence épiscopale espagnole a rendu un service inestimable. Le fonctionnement tant de l'Assemblée plénière que des autres organes personnels et collégiaux a été, d'après mon expérience, correct. Les actions de la Conférence auront probablement été plus brillantes à certains moments et plus discrètes à d'autres, mais elle a toujours agi conformément à sa mission. 

En revanche, les évêques ne sont pas favorables à un rôle absorbant pour la Conférence. Ils reconnaissent le rôle de la Conférence, mais ne veulent pas qu'elle empiète sur la responsabilité qui leur est confiée. Il est vrai qu'à certains moments, les défis posés à la Conférence ont été plus urgents et délicats, auxquels elle a dû répondre rapidement et sérieusement.

Quelles ont été, selon vous, les étapes les plus importantes des cinquante ans d'existence de la CEE ? Quelles sont les principales réalisations que vous mettriez en avant ? -À mon avis, les quelque dix premières années de la Conférence ont été décisives pour répondre aux réformes demandées par le Conseil et pour mettre l'Église espagnole en conformité avec la déclaration du Conseil sur la liberté religieuse, au moment de ce que nous avons appelé la transition. L'Église, avec les conseils du Conseil, a pu apporter une aide précieuse à la société espagnole et à la communauté politique au cours de ces années. Comme on le sait, il y a eu des malentendus, des difficultés et aussi de la collaboration. 

Au cours de ces cinquante années, la Conférence a aidé tous les évêques et leurs diocèses dans tous les domaines de l'action pastorale : doctrine, liturgie, catéchèse, charité, relations entre l'Église et l'État, attention aux prêtres, aux religieux, aux consacrés et aux laïcs, associations de fidèles, séminaires, missions, éducation, etc. Sans la Conférence épiscopale, la longue histoire de l'Église en Espagne serait incompréhensible. Les différents plans d'action diocésains et les lettres pastorales des évêques témoignent de cette aide précieuse.

Avez-vous des anecdotes ou des expériences significatives de ces cinq décennies ? -J'en ai de bons souvenirs. J'ai été ordonné évêque en 1988 ; lorsque j'ai participé pour la première fois à l'Assemblée plénière, j'ai senti combien l'affection collégiale était aussi un accueil chaleureux et une affection fraternelle de la part des évêques. J'ai été reçu à l'Assemblée non seulement comme quelqu'un qui y a participé de plein droit, mais surtout comme quelqu'un qui a été reçu cordialement. D'autres évêques m'ont dit qu'ils avaient également eu cette impression. Les évêques sont unis non seulement par le devoir pastoral, mais aussi par des liens d'affection et une attitude personnelle de partage du travail et des espoirs.

Selon le plan pastoral actuel de la CEE, quelles sont les principales difficultés auxquelles est confrontée l'Église en Espagne ? -Nous, évêques, sommes convaincus depuis longtemps que l'évangélisation dans notre situation actuelle, la nouvelle évangélisation, est le défi le plus urgent et le plus fondamental que doivent relever les catholiques en Espagne. 

La transmission de la foi chrétienne aux nouvelles générations est une tâche décisive. La famille, dans cette tâche comme dans l'éducation des enfants en général, est irremplaçable. Nous sommes préoccupés par l'indifférence religieuse et l'oubli de Dieu. Le dernier plan pastoral, approuvé il y a quelques mois, va dans ce sens. Nous souhaitons réaliser une révision qui conduise à une conversion pastorale des formes, des canaux institutionnels, des difficultés et des expériences joyeuses de cet ordre. 

Favoriser la communion dans l'Église, témoigner de l'Évangile, célébrer les sacrements avec une plus grande authenticité et être cohérents dans le service de la charité et de la miséricorde envers tous et en particulier envers les plus pauvres, les marginalisés et les éloignés, sont des tâches que nous avons accomplies et que nous souhaitons intensifier.

En mars 2005 vous avez été élu président de la CEE ; le 13 mars de 2010Le 12 mars 2014, il a été nommé archevêque de Valladolid ; et le 12 mars 2014, il a été réélu pour un second mandat à la présidence de l'épiscopat. Quel bilan tirez-vous de ces deux dernières années à la tête de la CEE ?  -J'ajouterais une autre date de mars à ma biographie personnelle : le 28 mars 1988, le nonce m'a informé de la décision du pape de me nommer évêque. 

J'ai remarqué une communion plus chaleureuse entre nous tous. Le réalisme missionnaire nous amène à accentuer notre confiance dans la lumière et la force du Seigneur pour affronter le travail quotidien pour l'Évangile. En d'autres temps - par exemple dans les années du Conseil - l'espoir était alimenté par l'euphorie ; à notre époque, le véritable espoir est profondément mis à l'épreuve. Nous nous concentrons sur les tâches et les attitudes fondamentales ; nous voulons être plus humblement évangéliques. Notre faiblesse nous incite à faire confiance à la force du Christ. Le pape François, par sa vie et ses paroles, nous aide efficacement. 

Ces dernières années, le nombre de vocations sacerdotales en Espagne a légèrement augmenté. Comment voyez-vous le panorama des vocations ?  -Depuis longtemps, nous souffrons d'une grave crise des vocations au ministère sacerdotal et à la vie consacrée. Il y a quelques exceptions qui, comparées aux années d'extraordinaire abondance, ne sont pas si mauvaises. Il y a certaines communautés religieuses qui sont plus vigoureuses, mais en général nous souffrons de pénurie. Cette rareté ne signifie pas un déclin de la fidélité. Il y a parfois une embellie, mais je ne pense pas qu'elle soit significative du point de vue du décollage professionnel. La crise des séminaristes est probablement une crise des prêtres, et la crise des prêtres est une crise des communautés chrétiennes. 

Le travail pour les vocations sacerdotales est très intense depuis de nombreuses années. Les souffrances les plus sensibles des évêques sont liées aux séminaires. La pastorale des vocations doit impliquer les familles, la catéchèse, les paroisses, les mouvements apostoliques, les communautés. Nous avons besoin d'une "culture vocationnelle", c'est-à-dire d'un large environnement, d'un réseau d'efforts coordonnés et de chrétiens convergeant dans ce domaine pastoral.

Le thème de la religion continue de souffrir dans certains endroits, notamment en raison de l'application différente de la loi dans les différentes communautés autonomes. Pourquoi est-il rejeté par certains ?  -Les parents ont le droit d'éduquer leurs enfants selon leurs convictions ; l'environnement culturel dans lequel nous vivons reconnaît théoriquement ce droit, mais n'agit pas toujours de manière cohérente pour le mettre en pratique. 

Le sujet de la religion à l'école n'est pas un privilège, mais un droit qui est en fait un service aux élèves, aux familles et à la société dans son ensemble. C'est une solution raisonnable de la rendre obligatoire pour les écoles publiques et de laisser le libre choix aux parents et éventuellement à leurs enfants. Mais cette approche n'est pas toujours fidèlement respectée, alors comment se fait-il qu'en présence d'une telle proportion de demandes, cette exigence véritablement démocratique soit ensuite parfois refusée ? 

Il est également entendu que la réalisation de ce droit à l'éducation religieuse exige la qualité de l'enseignement de la religion. Je demande plus de respect pour le droit des parents. 

Par exemple, que pensez-vous du fait que la Cour constitutionnelle n'a toujours pas résolu le recours contre la loi sur l'avortement ?  -Publiquement, en tant que président de la Conférence épiscopale, dans un discours prononcé à l'ouverture de l'Assemblée et en d'autres occasions, j'ai exprimé mon opinion sur la question. C'est ceci : je ne comprends pas, je ne sais pas pourquoi la loi qui a fait l'objet d'un appel lorsque nous étions dans l'opposition n'a pas été modifiée lorsque nous avons eu l'occasion de gouverner. 

Le droit à la vie, du ventre de la mère à la mort naturelle, est un droit inviolable. L'édifice des droits de l'homme est ébranlé lorsque le plus fondamental des droits n'est pas respecté. Comme l'a répété le pape François, la mère qui se trouve dans une situation de détresse pour accueillir son enfant à naître doit être aidée. L'Église dispose de certaines ressources pour aider, et même si elles sont limitées, elles sont efficaces. Il existe des centres qui fournissent un service crucial pour la vie de l'enfant et la confiance de la mère. 

Comment voyez-vous la situation socio-économique et le chômage dans notre pays, et pensez-vous que l'on en fait assez pour les plus défavorisés ? -C'est une question difficile, car elle comporte un ingrédient de générosité à partager et un facteur de travail technique qui complique les choses. La Conférence des évêques traite de cette question dans l'instruction pastorale "L'Église au service des pauvres", qui a été rendu public en avril à Avila. 

Le pourcentage de chômeurs, et surtout de jeunes, est très élevé dans notre pays, même s'il faut reconnaître la baisse lente et régulière de ces dernières années. Approfondissons, au cours de l'Année de la miséricorde, notre attention aux pauvres et aux chômeurs, avec la claire conscience que les biens de la création sont destinés à l'ensemble de l'humanité. Cultivons la solidarité entre tous, avec ceux qui sont proches et lointains ; et unissons nos efforts techniques sans tomber dans des idéologies qui obscurcissent à la fois les problèmes et les solutions. Le chômage élevé est une tâche qui nous incombe à tous et qui touche de nombreuses personnes, les privant des ressources nécessaires et de la reconnaissance de leur dignité. Comment des jeunes peuvent-ils fonder une famille sans ressources suffisantes ?

Comment voyez-vous la situation politique actuelle ? -Je considère la situation avec inquiétude, non pas tant en raison de la carte politique sans précédent résultant des élections générales du 20 décembre, mais en raison des immenses difficultés que les dirigeants politiques éprouvent à se réunir, à discuter et à rechercher ensemble la solution la plus appropriée. Il est triste de constater que, jour après jour, ils se prennent à la gorge et remettent à plus tard les dialogues irremplaçables nécessaires pour trouver une issue qui nous apportera à tous sérénité et confiance. 

Il n'appartient pas à la Conférence des évêques d'indiquer la voie à suivre ; nous respectons toutes les parties et n'excluons ni n'opposons notre veto à aucune d'entre elles. Les citoyens, qui sont aussi nous, ont voté et nous respectons le verdict des urnes. Nous sommes prêts à collaborer avec le gouvernement qui sera formé pour le bien de la société. Les causes de la justice, de la liberté, de la réconciliation et de la paix sont aussi nos causes, tant du point de vue de l'éthique générale que des exigences évangéliques.

Des voix s'élèvent de divers partis politiques en faveur d'une abrogation ou d'une révision des accords de l'État avec le Saint-Siège. Ces déclarations préoccupent-elles la CEE ? Je me demande pourquoi cette question apparaît sur la place publique chaque fois que des propositions d'avenir sont faites par certains groupes. Les Accords sont-ils si préjudiciables à la société ? N'ont-ils pas été une formule raisonnable sur la voie de relations respectueuses et concordantes ? Les Accords sont-ils une ressource facile ou un leurre pour chauffer les esprits ? Ces manifestations politiques visent-elles à dénoncer les Accords, à les rompre, à les réviser ? L'opinion publique doit être exprimée clairement et non dans une atmosphère brumeuse qui introduit la confusion. 

D'autre part, les accords actuels sont conformes à la Constitution, forgés dans un climat de consensus et approuvés par tous les Espagnols. Notre histoire ne peut consister à tisser et à détisser, comme Pénélope, en semant l'insécurité et l'incertitude.

L'auteurHenry Carlier

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.