Actualités

Les clés de l'éradication de la violence à l'égard des femmes

Omnes-2 février 2018-Temps de lecture : 10 minutes

Suite aux derniers cas de violence contre les femmes en Espagne et dans le monde, Palabra aborde aujourd'hui, d'un point de vue psychologique et psychiatrique, en quoi consiste cette violence dramatique, ses racines et les signes qui la trahissent. Une agression est déjà de trop, estiment les auteurs, qui se penchent sur les relations et la manière d'agir si quelqu'un subit cette violence.

TEXTE - Inés Bárcenas, psychologue, María Martín-Vivar, psychologue, docteur en psychologie, et Carlos Chiclana, psychiatre, docteur en médecine.

Plus de 800 millions de femmes dans le monde subissent des violences simplement parce qu'elles sont des femmes. La majorité des agressions sont fondées sur la croyance erronée en la supériorité des hommes sur les femmes, que la société encourage ou étouffe si souvent.

La violence sexiste, fondée sur des attributions sociales différentes selon les cultures, dans tous ses aspects physiques et psychologiques, est un problème très grave qui nécessite une intervention ferme et constante dans l'éducation à l'égalité, à la diversité et au respect. Une agression unique au seul motif qu'elle est une femme serait inconcevable. La réalité est que des millions de femmes vivent dans la peur.

Types de violence et d'abus sexistes

Selon l'OMS, il existe plusieurs types de violence qui nécessitent des interventions différentes. Il semble que le mot "violence" implique qu'il y ait un préjudice physique qui vous conduise aux urgences, mais ce n'est pas le cas. Il existe de nombreuses façons de maltraiter les gens, et lorsque cela est fait parce qu'ils sont des femmes et avec le mépris que cela implique, cela peut être considéré comme une violence fondée sur le genre. Il en serait de même dans le cas inverse, si une femme traitait mal un homme simplement parce qu'il est un homme.

La neuropsychologue Sonia Mestre décrit les différents types d'abus dans les relations, qui peuvent toucher aussi bien les femmes que les hommes. Elles vont de la dégradation - réduction de la valeur de la personne - et de l'objectivation - transformation d'une autre personne en un objet, dépourvu de désirs, de besoins ou de choix - à l'intimidation, à la surcharge de responsabilités, à la limitation et à la réduction de la possibilité de satisfaire les besoins sociaux, personnels et professionnels de la personne abusée, en passant par la distorsion de la réalité subjective, qui transforme la perception de l'autre. La dernière étape est la violence physique, qui consiste en une agression qui ne doit pas nécessairement causer des blessures graves : il peut s'agir d'une gifle, d'une bousculade, d'une griffure, d'un coup, du lancement d'un objet ou de l'extrême grave de la violence sexuelle.

Cela arrive-t-il plus souvent maintenant qu'avant ?

Heureusement, nous vivons un moment social de sensibilisation et de visibilité de la violence sexuelle à l'égard des femmes. Ce phénomène constitue un grave problème de santé publique et a un impact profond sur la santé mentale et physique des femmes et de nombreuses autres personnes.

L'OMS estime qu'une femme sur trois (35 %) dans le monde a subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d'un partenaire ou d'un tiers à un moment donné de sa vie. Près d'un tiers (30 %) des femmes qui ont été en couple ont subi une forme de violence physique et/ou sexuelle de la part d'un partenaire intime. 38 % des meurtres de femmes dans le monde sont commis par leur partenaire masculin.

Dans notre pays, nous connaissons de nombreuses demandes et des débats publics, réclamant un système judiciaire mieux préparé à ces situations. La pertinence de ces revendications réside dans l'intention de donner une voix à une réalité qui touche des millions de femmes dans le monde depuis des milliers d'années. Un phénomène qui, dans de nombreux cas, est réduit au silence par la réticence des victimes elles-mêmes à dénoncer, soit par peur, soit par honte, soit par sentiment de culpabilité, soit par crainte de ne pas recevoir le soutien ou la crédibilité nécessaires. Nous traversons un moment de prise de conscience de la souffrance que la violence sexuelle déclenche, ouvrant des débats importants sur les limites du consentement et le pouvoir que certains hommes exercent sur certaines femmes.

Les sociologues et les psychologues préviennent qu'il n'existe pas de profil caractéristique des personnes sexuellement violentes et que seule une minorité présente une pathologie mentale. Les auteurs peuvent provenir de divers milieux socio-économiques et peuvent être une personne connue de la victime, comme un ami, un membre de la famille, un partenaire intime ou un parfait inconnu. Pour comprendre les causes, prévenir les abus et intervenir explicitement lorsqu'ils se sont déjà produits, nous pouvons agir à 4 niveaux : deux "micro-niveaux", l'individu et la relation au sein du couple, et deux "macro-niveaux", le groupe ou la communauté et le socio-environnement au sens large.

Il n'y a pas que le sexe

Le motif de ces agressions n'est pas seulement le désir sexuel, mais aussi le "vide de pouvoir", l'insécurité et le besoin de contrôle de l'homme. La violence sexuelle est un acte destiné à dégrader, dominer, humilier, terroriser et contrôler la femme. Cette imposition de pouvoir est utilisée par l'agresseur pour apaiser sa propre insécurité quant à ses aptitudes sexuelles, compensant ainsi ses sentiments d'impuissance et de frustration par l'utilisation de la force ou de la coercition psychologique.

La violence sexuelle à l'égard des femmes est présente dans toutes les sociétés de la planète, au-delà des frontières de la richesse, de la race, de la religion ou de la culture. Profondément enracinée dans l'histoire, elle repose sur des valeurs et des attitudes qui favorisent et perpétuent la domination physique, politique, économique et sociale des femmes. Dans ce cadre social, le mouvement féministe a fortement contribué aux causes de la violence sexuelle à l'égard des femmes. Le féminisme se fonde sur une théorie de la justice qui promeut la liberté et l'égalité des droits pour tous les êtres humains, quel que soit le sexe avec lequel ils sont nés, féminin ou masculin.

Éduquer, éduquer et éduquer. Puis rééduquer

La voie actuelle nous mène vers la révision de "l'imagerie sociale" concernant le corps et la sexualité des femmes et les limites du consentement. La dépersonnalisation et l'utilisation du corps des femmes comme objets de consommation pour les hommes sont encore répandues, perpétuées dans les médias et les réseaux sociaux, et implicitement présentes dans les relations.

Le moteur du changement réside dans l'éducation et la prise de conscience du rôle actif des femmes dans leur détermination, leur capacité de décision, dans la découverte de leur pouvoir individuel, de leur propre valeur et de leur propre existence.

L'ennemi n'est pas l'homme

Être une femme n'a rien à voir avec le fait d'imiter les hommes ou de lutter contre eux. Il est également nécessaire de dissocier la masculinité d'attitudes telles que la domination, l'agression ou l'utilisation de la force comme arme. Comme si ces comportements étaient la base de leur sécurité ou de leur identité. Nous avons besoin de systèmes judiciaires et politiques matures qui prennent réellement conscience du problème, rendent visibles et solides les témoignages des victimes, en fermant le siège aux futures agressions.

Plus profondément, nous devons retrouver le sens de la responsabilité individuelle afin que, face à chacun de ces crimes, les hommes et les femmes unissent leurs voix pour dire non, pas en mon nom, non à la violence sexuelle, non au nom de notre société. Une société mature prendra soin de fournir les moyens de rééduquer tous ceux qui commettent des crimes de violence. Selon l'intensité et la gravité de l'infraction, ils auront besoin d'une rééducation pour faciliter leur réinsertion dans la société, la famille ou le couple.

La pornographie est un ennemi dans la lutte contre la violence envers les femmes. Selon les statistiques de certaines études universitaires, plus de 85 % des scènes pornographiques contiennent de la violence physique, près de 95 % sont dirigées contre des femmes et 80 % sont réalisées par des hommes.

Que faisons-nous avec nos filless et les enfants ?

Le sexe est déterminé génétiquement : vous êtes soit un homme, soit une femme. Le genre identifie les aspects liés aux attributions psychosociales, relationnelles et culturelles concernant le sexe ; il s'agit d'attributions dynamiques qui changent en fonction du temps, du lieu, de la culture, etc.

Quelles suggestions les filles reçoivent-elles sur les "rôles" qu'elles sont censées jouer dans la réalité ? Quelles informations reçoivent-elles ? Chansons, clips vidéo, publicités, youtubersdes séries, des émissions de radio, des réseaux sociaux. Dans beaucoup de ces contenus, les hommes ont une attitude de force et de domination sur les femmes. Inférieure ou maltraitée, elle ne rejette pas, et normalise même les comportements abusifs et violents à travers des paroles accrocheuses.

Le comportement de la famille en tant que groupe qui ne défend pas les femmes normalisera nombre de ces attitudes tant chez elles (supériorité, sentiment de commandement, imposition de l'obéissance, obligation de rôles qui ne sont communs qu'aux femmes parce qu'elles sont des femmes, etc.) que chez eux (soumission, non-réaction à des impositions injustes, développement de croyances erronées sur eux-mêmes, etc.)

Une adolescente d'aujourd'hui doit avoir accès à une formation humaine solide pour pouvoir choisir avec discernement et avoir des idées claires sur le respect de la personne et de la femme, d'elle-même. Une vision créée par des adultes, dans des films, des séries, des documentaires et des programmes de télévision/radio, peut ne pas avoir d'influence négative sur les adultes, mais dans les étapes précédentes, l'enfance et l'adolescence, elle est nuisible. Un adulte bien éduqué l'interprétera comme une situation de violence machiste, démodée et sexiste ; un adolescent de 12 ans interprète généralement que les femmes sont inférieures aux hommes et qu'il est normal d'observer un comportement violent de leur part, ou une soumission de leur part.

La famille comme référence

Il existe des piliers de base tels que la famille et l'école qui ont plus d'influence que l'environnement au cours des étapes de l'évolution. Si nous observons, écoutons, prêtons attention, surveillons les accès, les accompagnons dans leur navigation, etc., nous leur apprendrons à être critiques, à poser des limites, à dire non, à rejeter la violence, à savoir différencier un détail d'affection de la manipulation, et une tentative de conquête amoureuse du harcèlement répété, à détruire les préjugés de genre, à comprendre les différences homme-femme sans porter atteinte à l'égalité homme-femme en tant que personnes et dans leurs droits.

La famille est le fondement de la sécurité des enfants et des adolescents. Les attitudes et les valeurs que les enfants et les adolescents ont vues chez leurs parents modèlent et façonnent leur façon de penser, de sentir et d'agir. Si vous voulez qu'ils changent, changez-vous d'abord. Les garçons et les filles doivent voir et avoir la même responsabilité dans les tâches quotidiennes à la maison. Ils doivent pouvoir dire non et être respectés, être responsabilisés dès leur plus jeune âge pour pouvoir être ce qu'ils veulent professionnellement, sans se voir attribuer un rôle obligatoire.

Ils ont besoin de savoir qu'ils peuvent choisir dès leur plus jeune âge, qu'ils ont les mêmes droits que les enfants, qu'ils seront éduqués et qu'on exigera d'eux qu'ils réalisent ce qu'ils entreprennent. Cela impliquera le partage de tâches égales et équitables à la maison, pratiqué par les parents eux-mêmes, le respect mutuel entre le couple et envers les enfants sans distinction de sexe.

Les fréquentations des adolescents

Dans une enquête réalisée en Espagne en 2015, plus de 60 % des adolescents des deux sexes considéraient que le garçon devait protéger la fille ; et 32 % pensaient qu'il était normal d'être jaloux. L'éducation à l'égalité dans les relations affectives est d'une importance capitale. Aimer, c'est bien aimer. La jalousie n'est pas un signe d'amour. Il est nécessaire de briser et de combattre les mythes de l'amour romantique. Cendrillon n'attend plus le prince. Twilight et Grey et ses ombres ne sont que quelques exemples d'attraction romantique transformée en relation toxique.

La société des années à venir s'éduque aujourd'hui. Les filles et les adolescents méritent des efforts et des avancées dans les modèles sociaux. Ils ne méritent pas d'avoir un toit sur leur tête à cause de leur biologie. La prévention de la violence psychologique, physique et verbale passe par l'éducation. La dignité, les droits, le pouvoir et les responsabilités doivent être égaux. Des filles aux adolescents. Des adolescents aux femmes. Il y a des attitudes dans les relations amoureuses que certains considèrent comme normales et malsaines.

Quand quelqu'un vient nous voir

Lorsqu'on travaille dans le secteur des soins, il est relativement facile pour une personne de venir nous voir - ou de soupçonner - qu'elle est victime d'une agression. Le plus souvent, la violence est perpétrée par une personne de leur entourage : partenaire, parent, frère ou sœur, autre membre de la famille, soignant, entraîneur, enseignant, ami, catéchiste. Et elle est souvent intrafamiliale. Il peut être utile de disposer d'informations imprimées afin que la personne puisse lire ce qu'elle peut faire, où aller, ce qui lui arrive, etc., et ainsi se sentir mieux identifiée et habilitée à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin au préjudice.

Se rendre à la paroisse, la confession sacramentelle, une conversation avec un catéchiste ou un agent de santé ou tout autre membre de la communauté paroissiale peut être une première étape où une telle femme peut demander de l'aide.

Parmi les signes indiquant qu'une personne peut être victime de violence sexuelle, on peut citer : des relations brusques ou craintives avec un partenaire ; l'évitement ou l'agression verbale ; des problèmes de santé mentale ; des problèmes liés au comportement sexuel ; des problèmes de santé récurrents auxquels on répond par des explications vagues ; des enfants qui racontent ce qui se passe à la maison, des grossesses non désirées, des infections sexuellement transmissibles.

Dans des cas évidents, il peut être approprié de recommander que vous vous rendiez chez un professionnel de la santé pour établir un rapport de blessure, recueillir des preuves médico-légales et être en mesure de présenter la plainte avec plus de poids. Il est important d'évaluer si la plainte sera bénéfique pour le plaignant.

Si un agresseur demande de l'aide

S'il nous demande de l'aide, si nous sommes au courant de ces faits, nous pouvons agir pour faciliter la protection de ceux qui sont en danger ; offrir de l'aide dans ce sens ou agir par un signalement immédiat et l'intervention des forces de sécurité si c'est le moyen d'éviter les agressions. Nous devons considérer qu'en plus de respecter les lois/le droit pénal de chaque pays, le délinquant est aussi une personne, il a le droit de se corriger, de guérir les dommages infligés, de demander pardon, de se rééduquer et de se réhabiliter ; sans oublier que sa récidive lui causera des dommages très graves, et qu'il doit être protégé et mis à l'abri de cette situation.

Si les faits dont vous êtes responsable l'exigent, nous devons vous dire que vous devez vous incriminer. En fonction de ce qu'elle a fait, elle devrait le faire immédiatement ou organiser une rencontre planifiée avec un avocat. Dans les relations de couple, nous pouvons détecter certains signes avant-coureurs et sensibiliser les femmes que nous traitons à ces signes, en leur faisant prendre conscience des fausses croyances qui leur font justifier les agressions.

Il peut être très utile et intéressant d'avoir des programmes de formation en matière de prévention et d'intervention dans les cas de violence contre les femmes dans toutes les institutions où les personnes sont assistées : diocèses, paroisses, écoles, etc. Ils doivent acquérir des compétences en matière d'identification, d'évaluation et de planification de la sécurité, de communication, ainsi que des compétences en matière de soins, de documentation et d'orientation vers des professionnels spécialisés.

Il peut également être très utile d'organiser des groupes pastoraux spécifiques pour les femmes ayant subi des violences. Il sera bénéfique qu'il s'agisse de "groupes tremplins" afin que les personnes puissent être responsabilisées, prendre leur vie en main, se développer personnellement et devenir autonomes, ouvertes d'esprit et autosuffisantes.

Rééduquer et changer les habitudes

Selon l'OMS, il a été étudié que les hommes qui ont un faible niveau d'éducation, qui ont été maltraités dans leur enfance, exposés à la violence domestique contre leur mère et à une consommation nocive d'alcool, qui ont vécu dans des environnements où la violence était acceptée et où il y avait des normes différentes pour chaque sexe, croient avoir des droits sur les femmes et sont plus susceptibles de commettre des actes violents. En même temps, les femmes qui ont un faible niveau d'éducation, qui ont été exposées à la violence du partenaire intime contre leur mère, qui ont été maltraitées dans leur enfance, qui ont vécu dans des environnements où la violence, le privilège des hommes et le statut subordonné des femmes étaient acceptés, sont plus susceptibles d'être victimes de la violence du partenaire intime.

La rééducation sexuelle est nécessaire pour visualiser, raccourcir, réduire et annuler les agressions sexuelles dans tous les domaines et toutes les situations, causées par la violence sexiste et fondées sur la croyance erronée en la supériorité des hommes sur les femmes, que la société encourage ou tait si souvent et qu'elle accorde donc. Il est également nécessaire de ne pas répondre à la violence par la violence, mais d'utiliser les moyens juridiques nécessaires et suffisants pour protéger et guérir les femmes agressées et pour poursuivre et rééduquer les agresseurs.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.