Espagne

Caritas Ceuta : donner de la dignité aux personnes dans le besoin

En plein 75e anniversaire de Cáritas Española, cela fera bientôt cinq ans que le centre de distribution de l'aide de base Virgen de África, géré par le diocèse de Cáritas Ceuta pour des centaines de familles, a été lancé. Manuel Gestal le dit à Omnes.

Francisco Otamendi-11 août 2022-Temps de lecture : 5 minutes

Photo : Manuel Getal, directeur de Caritas à Ceuta.

"Les points clés de l'action de Caritas sont les personnes.", Natalia Peiro a déclaré à OmnesQu'est-ce qui a changé et qu'est-ce qui reste depuis sa naissance ? C'est ce que lui a demandé María José Atienza lors d'une interview à l'occasion de son 75e anniversaire. Et Natalia Peiro de répondre : "Les racines restent. Nos pieds sont fondés sur l'Évangile, sur la communauté chrétienne. Caritas est l'expression de cette communauté chrétienne et cela reste vrai dans tous les pays du monde. Cette raison d'être qui nous dit que notre tâche est une expression de notre foi demeure. Et cela reste, toujours, le service à tous, sans exception, sans demander d'où vous venez ou à quoi ils ressemblent".

Ces mots peuvent s'appliquer à la lettre adressée à la Caritas diocésaine de Ceuta, une ville autonome espagnole de 83 000 habitants, dont l'enclave géographique s'est avérée au fil des ans ne pas être la plus tranquille du monde. Pour discuter des défis auxquels est confrontée cette Caritas diocésaine de Ceuta, Omnes a contacté Manuel Gestal, son directeur. 

Par ailleurs, à la fin du mois de novembre, cela fera cinq ans que Mgr Rafael Zornoza Boy, évêque de Cadix et de Ceuta, a béni les installations du centre de distribution des aides de base "Virgen de África", géré par la Caritas diocésaine de Ceuta, qui est devenu un point de référence en matière de prise en charge des familles nécessiteuses et de gestion des ressources.

"Ils sont pris en charge, ils sont écoutés".

"Le centre de distribution est un moyen de rendre leur dignité aux personnes dans le besoin. On ne leur donne pas un sac, mais on s'occupe d'eux, on les écoute... Même s'ils viennent pour des choses matérielles, ils emportent autre chose avec eux et on les traite avec la plus grande dignité", soulignait Manuel Gestal sur le site de l'évêché de Cadix et Ceuta avant la pandémie. 

Il y a quelques semaines, le directeur de Caritas Ceuta a souligné à Omnes certaines de ses particularités : "C'est un centre que la Caritas diocésaine a mis au service des paroisses. Le plus important est de souligner qu'auparavant, les équipes Caritas des paroisses étaient autonomes, et chacune, selon ses possibilités, distribuait l'argent dont elle disposait à ses usagers. Avec le Centre de distribution, nous sommes parvenus à supprimer les termes d'usagers riches et d'usagers pauvres des paroisses. 

"Désormais, tout utilisateur, quelle que soit sa paroisse d'origine, reçoit exactement la même chose. Ce que nous regardons essentiellement pour l'aide est le nombre de membres de l'unité familiale. Et en fonction de cela, un certain nombre de points est attribué, et ils font un achat, avec de petites limites, pour que ce soit un achat responsable. C'est ce que nous voulons aussi atteindre".

"Le salaire durera pour l'éternité". 

Avant de commenter les défis auxquels sont confrontés le Centre de distribution et Caritas elle-même dans la région, Manuel Gestal explique sa trajectoire au fil des ans. L'année prochaine, en juillet 2023, M. Gestal aura entamé son deuxième mandat en tant que directeur de la Caritas diocésaine de Ceuta. Mais il est à la barre depuis 2009. Au total, il a passé 14 ans à promouvoir et à diriger la prise en charge des plus démunis dans la ville autonome. 

Nous transcrivons brièvement cette partie du dialogue, car elle donne à réfléchir : "J'ai pris ma retraite l'année dernière. Avant cela, je faisais tout en même temps. Le salaire est bon", dit-il avec bonne humeur, car il est en fait un volontaire. "J'espère que je l'aurai quand je serai là-haut. Le salaire durera pour l'éternité. C'est très gratifiant. Se sentir utile est important. On voit que l'évêché a beaucoup de confiance en vous parce qu'il ne vous lâche pas, lui dit-on, et il répond : "Mon objectif est d'avoir 70 ans. J'ai 66 ans, il me reste donc quatre ans à vivre". 

En ce qui concerne la tâche actuelleGestal explique qu'"il y a sept Caritas paroissiales à Ceuta, et nous nous occupons de quelque 600 familles par mois, avec une moyenne de 4 à 5 personnes par famille, ce qui fait que nous nous occupons actuellement d'environ 2 500 personnes. Nous comptons au total entre 40 et 50 volontaires. Dans le centre de distribution, il y a 5 travailleurs".

Mais nous passons ensuite aux défis immédiats, qui ont trait au pays voisin. "En termes de besoins, pour l'instant, nous sommes en attente. La frontière avec le Maroc a été ouverte, et nous allons sûrement monter. Il oscille beaucoup avec les plans d'emploi de la ville".

"En 2020, lorsque la pandémie a commencé, nous avons constaté une baisse significative", ajoute-t-il, "car beaucoup de personnes que nous avons aidées vivaient entre le Maroc et Ceuta. Ils ont été surpris par la fermeture de la frontière au Maroc, et c'est là qu'ils sont restés. Lundi, ils ont ouvert la frontière et nous allons sûrement le remarquer. Mais ensuite, quand ils ont fermé la frontière le 20, nous avons remarqué une baisse de plus de cent familles, entre cent et deux cents. Parce que nous étions autour de 800 ou 900 familles par mois. Pendant la pandémie, il y a eu des hauts et des bas, mais aujourd'hui, nous nous occupons de quelque 600 familles, avec une tendance à la hausse", dit-il.

Accueil dans les paroisses, base de données

La première étape reste l'accueil dans les paroisses. "Ils sont notre base, nous ne pouvons pas nous passer d'eux. Les équipes Caritas dans les paroisses fonctionnent toujours et elles sont responsables des dossiers, de l'accueil. Ils indiquent au Centre quand les gens vont venir le mois suivant. Et ils nous disent : j'ai sept inscriptions, ou trois annulations. Et nous faisons des provisions pour l'achat, et pour que les étagères soient pleines."explique Manuel Gestal.

"Les directeurs des paroisses se rendent au Centre de distribution avec la liste des personnes assistées, les usagers, en fonction du nombre qu'ils ont, et ils ne doivent pas s'accumuler, car le nombre de personnes autorisées est de huit", ajoute-t-il. "Et ce qu'ils prennent est contrôlé par nous. Dans certains endroits, nous avons des codes à points et dans d'autres, des codes de couleur, pour savoir combien ils peuvent recevoir. A la fin, ils passent à la caisse, comme dans un supermarché normal ; le caissier, qui est une personne engagée, vérifie que les points coïncident avec ce qu'ils prennent. De cette façon, tout usager de n'importe quelle paroisse reçoit et est contrôlé en fonction du nombre de membres de l'unité familiale".

En parallèle, une base de données nationale a été créée, ce qui donne de la transparence à l'ensemble du processus. "Nous chargeons toutes les aides que nous fournissons dans une base de données, qui est accessible à la ville, au département des affaires sociales de la ville de Ceuta et au département des finances. De manière à ce que n'importe quel utilisateur, ou n'importe quelle personne enregistrée et autorisée par l'administration, ou avec son propre certificat, puisse y accéder, car il s'agit de sujets sensibles qui ne peuvent être accessibles à n'importe qui. Il faut savoir que n'importe quel utilisateur, autorisé bien sûr, qui a accès à la base de données nationale de sa région, peut entrer le DNI d'une de nos personnes, et il peut avoir tout ce qu'il a reçu au cours des trois dernières années, je pense. Cette base de données appartient au Trésor, et elle est transparente. 

"Quand un usager sort, il entre dans cette base de données nationale, et les personnes autorisées peuvent voir, avec cette carte d'identité, les familles qui ont pris, par exemple, cent euros de nourriture à la Caritas diocésaine de Ceuta. Cela se produit dès qu'ils passent la porte, car il est déjà enregistré, avant qu'ils ne partent".

Principaux bienfaiteurs

Pour conclure, il nous a semblé naturel d'interroger le directeur de la Caritas diocésaine de Ceuta sur ses principaux bienfaiteurs, ceux qui contribuent le plus. Voici sa réponse : "La majorité provient du fonds FEGA (Fonds européen agricole de garantie), ce qui vient de l'Europe ; puis il y a la subvention de la ville autonome de Ceuta, près de 200 000 euros ; la Banque alimentaire de Ceuta en tant que telle, car sa mission est de s'occuper des entités qui se consacrent à aider les utilisateurs finaux.

L'auteurFrancisco Otamendi

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.