Vocations

Prêtre orthodoxe roumain dans une université catholique

Bogdan Teleanu, prêtre orthodoxe du Patriarcat roumain, a décidé d'étudier à l'Université de la Sainte-Croix à Rome.

Parrainé par CARF-2 septembre 2021-Temps de lecture : 2 minutes
Bogdan Teleanu

Photo : Bogdan Teleanu

Bogdan Teleanu est né à Zarnesti, Brasov, Roumanie. Il est âgé de 46 ans. Il n'est pas catholique, mais prêtre orthodoxe du Patriarcat roumain, mais il a décidé d'étudier à l'Université de la Sainte-Croix à Rome, une université catholique et pontificale, puis de retourner dans son pays pour aider l'Église roumaine à faire face aux nombreuses difficultés actuelles. Il est titulaire d'un diplôme en communication institutionnelle des églises. Il est marié et a trois enfants. Dans l'Église orthodoxe, ils peuvent être ordonnés prêtres après le mariage, mais pas évêques.

Ses études lui ont permis de travailler au service de presse du patriarcat orthodoxe roumain. Certaines de ses plus belles expériences ont été la couverture de la visite du pape François en Roumanie en 2019. "Grâce aux outils acquis dans le cadre des études de communication à Sainte-Croix, j'ai pu devenir un meilleur communicateur et porte-parole", déclare le père Bogdan.

Il est également titulaire d'un doctorat en théologie de son pays d'origine, spécialisé dans la catéchèse et l'homilétique. "J'ai axé mon activité de communication sur l'intensification du dialogue entre l'Église et la culture, car l'Église est la créatrice de valeurs culturelles authentiques. C'est très important dans un pays comme la Roumanie, où nous sommes toujours confrontés aux problèmes créés par la dictature communiste qui a duré tant d'années", dit-il.
L'un des problèmes de son pays est l'émigration, "car il y a beaucoup de Roumains à l'étranger. L'Église orthodoxe roumaine est très engagée dans le soutien aux familles de ceux qui ont émigré, notamment en s'occupant des enfants qui restent seuls dans le pays parce que leurs mères et leurs pères sont obligés de partir travailler à l'étranger pour envoyer de l'argent au pays", dit-il.

En Roumanie, ces enfants sont appelés "orphelins blancs". Selon les estimations, sur les 5 millions d'enfants roumains, 750 000 sont plus ou moins violemment affectés par le départ de leurs parents. Parmi eux, 350 000 ont été privés d'un de leurs parents, tandis que 126 000 ont été privés de leurs deux parents. Mais plus de 400 000 enfants ont connu, pendant une période de leur vie, une forme de solitude.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.