Éducation

Vivre l'expérience de Saint François d'Assise au 21ème siècle

Une petite communauté de sœurs clarisses s'est lancée dans l'aventure de la revitalisation spirituelle du monastère emblématique de Santa Clara, avec l'aide de deux cent cinquante jeunes qui ont découvert qu'il y a plus de bonheur à "donner" qu'à "recevoir".

Javier Segura-13 août 2021-Temps de lecture : 4 minutes
Monastère de Santa Clara Orduña

Le monastère de Santa Clara, situé dans la ville biscayenne d'Orduña, était fermé depuis vingt ans, la communauté de sœurs précédente ayant dû partir en raison du manque de vocations. L'histoire de ce bâtiment du XVe siècle semblait condamnée, comme tant d'autres, à la ruine ou à devenir un parador national. Mais ni la ruine ni l'hôtellerie ne seront le destin final de ce lieu séculaire. Une nouvelle communauté de sœurs Clarisses ressent à nouveau l'appel du Seigneur et se lance dans l'aventure de remplir ce lieu emblématique de vie spirituelle.

Le mot aventure décrit assez bien l'action dans laquelle ces quelques sœurs se sont embarquées. Cependant, ce n'était pas quelque chose de nouveau pour eux. Quelques années auparavant, ils avaient déjà renfloué le monastère de Belorado, à Burgos, et ils ressentaient maintenant l'appel de l'Église et du Seigneur à se lancer dans cette nouvelle mission. Une communauté de cinq ou six sœurs pourrait se rendre au Pays basque et fonder l'ancien monastère de Sainte-Claire. Ces pauvres sœurs ont réentendu l'ancien cri du Christ de San Damiano à François : "Reconstruisez mon église, qui menace ruine". Littéralement.

Avec l'aide des jeunes

Le travail était énorme. La mise en place d'un grand monastère, abandonné depuis vingt ans, était hors de portée de ces femmes. Mais c'est précisément la nécessité qui a mis en marche le moteur de la solidarité, et deux cent cinquante jeunes sont venus à Orduña cet été pour prêter main forte à ces sœurs. Ils venaient d'horizons très divers. Ils y travaillent depuis des étudiants en religion de lycées publics avec leurs professeurs, jusqu'à une paroisse du quartier madrilène de Villaverde, en passant par le collège de l'archevêque de Madrid, des séminaristes ou des membres de divers mouvements ecclésiaux comme le groupe Jean-Paul II ou la milice de Sainte-Marie. Tous avec un dénominateur commun, un grand désir d'aider et peu d'expérience dans le travail manuel. Car il va de soi que ces garçons et ces filles de l'ère numérique n'avaient jamais pris une houe à la main (une quoi ?), une pioche, une pelle ou même un balai.

Mais cela a été le premier grand apprentissage pour ces jeunes. La valeur de le travail manuel. Se fatiguer, transpirer, supporter la chaleur du soleil, avoir des callosités sur les mains... cela a été une nouvelle expérience qui peut leur apprendre beaucoup de choses pour la vie. Il n'y a peut-être pas de meilleur moyen de cultiver la résilience, comme on dit aujourd'hui, que de passer des heures au soleil à enlever des orties avec une houe. Surtout si tu le fais en short.

L'idéal franciscain

Une autre grande leçon que ces jeunes ont reçue a été de pouvoir partager la vie avec les sœurs, de connaître de première main des contemplatives qui consacrent toute leur vie à prier, à parler à Dieu. Les questions qui se posent aux jeunes peuvent être posées directement aux sœurs, et ainsi partager leurs préoccupations avec elles. Car ces jeunes sont venus au monastère avec le désir d'aider, mais aussi avec de nombreuses blessures et questions dans le cœur. Et ils avaient besoin de s'ouvrir à quelqu'un qui pouvait les écouter. L'idéal franciscain, l'expérience de vie de sainte Claire, s'est incarné dans ces femmes et est devenu une sagesse pour les jeunes d'aujourd'hui. La pauvreté et l'austérité, le désir de fraternité, le soin de la nature, l'appel à la mission, la reconstruction de sa propre vie et de toute la société... ce ne sont pas des histoires du passé mais des demandes urgentes de nos cœurs, les besoins du monde d'aujourd'hui.

L'un des groupes comprenait un cinéaste catholique, Francisco Campos, réalisateur de films tels que "El Rocío es compartir", "El colibrí" et "Jesucristo vive". À un moment donné, je me suis demandé s'il était facile de trouver beaucoup de jeunes prêts à vivre ainsi : se lever tôt, dormir par terre, travailler dur, se coucher tôt pour être en mesure d'exécuter le jour suivant.... et en plus payer pour cela ! Lorsqu'il m'a dit cela, je n'ai pu m'empêcher de penser à deux jeunes d'un lycée de Móstoles qui m'ont dit que c'était le meilleur plan qu'on leur avait jamais proposé. 

Et peut-être le vénérable jésuite Tomás Morales avait-il raison lorsqu'il disait que "si vous demandez peu à un jeune, il ne donne rien ; si vous lui demandez beaucoup, il donne tout". En réalité, je pense que beaucoup plus de jeunes répondraient à un appel comme celui-ci, à donner de leur temps pour les autres, s'il y avait des adultes, des éducateurs, qui osaient leur faire la proposition. Et qui serait prêt à vivre avec eux, travaillant côte à côte, de nos jours. Car personne ne peut proposer quelque chose si l'on n'est pas prêt à le vivre soi-même. Ce ne serait tout simplement pas crédible.

Une bouffée d'air frais

Le résultat final a été plus important que ce que nous avions initialement prévu. De nombreux progrès ont été accomplis dans le nettoyage des murs, en les ébréchant, en enlevant les mauvaises herbes... même s'il reste encore beaucoup à faire, bien sûr. Mais, surtout, ces jeunes ont pu revivre l'esprit de Saint François d'Assise. Et comme si c'était un signe, un air frais a été respiré ces jours-ci à Orduña. Ces jeunes ont réussi à apporter vie et espoir à tous ceux d'entre nous qui sont passés par le monastère de Sainte-Claire. En les regardant, nous n'avons pu nous empêcher de nous souvenir de François à San Damiano en train de reconstruire matériellement un petit ermitage, mais en commençant à reconstruire l'Église du Christ en revenant aux racines de l'Évangile vécu sans gloses.

Au milieu d'une pandémie mondiale, dans un monde qui cherche un nouveau départ, qui a besoin de se reconstruire dans ses relations, à partir de ses propres fondations, ces jeunes nous montrent le chemin que nous pouvons prendre. Se laisser interpeller par le Christ lui-même et par les besoins de nos frères et sœurs, rechercher les amis de Dieu avec lesquels nous pouvons partager notre vie, se mettre au travail sans faire de grands discours, tout simplement.

Et pour les éducateurs, le grand appel à continuer de croire en la jeunesse, car dans le cœur des jeunes d'aujourd'hui continue de battre un appel à l'héroïsme, à la générosité, au dévouement désintéressé. Oui, c'est le grand défi des éducateurs. Croire aux jeunes, comme Dieu a cru en François lorsqu'il était encore un garçon, comme Dieu a cru en ces deux cent cinquante jeunes qui sont venus à Orduña cet été.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.