Éducation

La relation Eglise-Etat au Panama dans le domaine de l'éducation

Au Panama, il existe une relation de respect entre l'État et l'Église, également dans l'enseignement religieux, et la liberté de religion est respectée. Giancarlos Candanedo a étudié cette question et propose la signature d'un accord entre les deux parties dans les domaines de l'éducation et de la culture.

Vytautas Saladis-18 novembre 2022-Temps de lecture : 6 minutes
panama

Giancarlos Candanedo a des expériences professionnelles de toutes sortes. Après des études de droit et de sciences politiques, ainsi qu'un diplôme d'études supérieures en négociation, tous deux au Panama, et un master en communication politique et d'entreprise à l'université d'Amsterdam, il a obtenu un diplôme d'études supérieures en communication. Université de Navarrea travaillé comme avocat, comme professeur d'université et aussi comme présentateur de télévision. Il a également été fonctionnaire et a passé quelques années en politique dans son pays ; il a même fait partie de l'équipe chargée d'organiser les Journées mondiales de la jeunesse Panama 2019.

Il semble que la dernière étape de son parcours professionnel commence maintenant : le 19 novembre, Giancarlos, ainsi que 24 autres fidèles de l'Opus Dei, sera ordonné diacre à Rome, tandis que son ordination sacerdotale est prévue pour le 20 mai 2023.

Dans quelques mois, il soutiendra sa thèse de doctorat en droit canonique à l'Institut de droit européen. Université pontificale de la Sainte-Croix, Rome, sur le thème "Le droit de l'homme à l'éducation intégrale et l'enseignement de la religion au Panama", qui fait l'objet de cette interview.

Comment avez-vous pris conscience de la nécessité d'aborder cette question ?

- Lorsque, en 2017, j'ai commencé ma licence en droit canonique à l'Université pontificale de la Sainte-Croix, j'ai dû présenter un travail sur l'application des canons 804 § 2 et 805 dans mon pays, concernant l'enseignement et l'éducation religieuse catholique et la nomination, l'approbation et la révocation des professeurs de religion. Je n'aurais jamais pensé que, de manière aussi prématurée, un large horizon s'ouvrirait à moi, qui me conduirait, à partir de ce moment, à travailler sur une thèse de doctorat.

Cette expérience m'a permis de visualiser plusieurs choses dans mon pays. Tout d'abord, le fait qu'il existe une relation cordiale entre l'Église et l'État dans le domaine de l'éducation.

Deuxièmement, que cette relation n'est pas fondée sur un concordat ou un accord. Cela étant, la question se pose de savoir sur quoi elle se fonde.

Troisièmement, précisément en raison de l'absence d'accord dans le domaine de l'éducation, il existait un champ de recherche intéressant et la possibilité d'apporter un grain de sable sur ce sujet au Panama, une idée qui a été soutenue par mon guide dans ce long voyage académique, le professeur Stefan Mückl, ainsi que par l'archevêque du Panama, Monseigneur José Domingo Ulloa, qui m'a encouragé à approfondir le sujet.

Quels sont les points clés pour garantir le droit à l'éducation religieuse dans votre pays ? Quelle solution proposez-vous ?

- Le respect du droit international et de la Constitution panaméenne sont les points clés pour garantir le droit d'enseigner la religion, quelle qu'elle soit, et que, à l'initiative des parents, l'enseignement de la religion soit demandé dans les écoles publiques.

En ce sens, tant la liberté religieuse que le droit des parents de choisir le type d'éducation de leurs enfants sont largement soutenus par le droit international.

Ma proposition comprend, entre autres, la signature d'un accord entre l'Église et l'État dans les domaines éducatif et culturel, dont je présente un projet.

Pensez-vous que d'autres pays sont confrontés à des défis similaires, et la solution adoptée pour le Panama serait-elle une proposition valable pour d'autres pays ? 

- Bien que je n'aie pas approfondi la réalité d'autres pays, à l'exception des cas de l'Espagne et de l'Italie, où le sujet est assez bien développé, il me semble, d'après le dialogue avec des collègues d'Amérique centrale, que nous avons des situations et des défis similaires en termes de relation entre l'Église et l'État dans le domaine de l'éducation. De ce point de vue, sans y avoir pensé au début de la thèse, il semble que cette recherche, qui trouve son origine dans un problème panaméen, pourrait être utile ou avoir une portée régionale.

Pour évaluer la validité de cette proposition dans d'autres pays, il sera nécessaire d'approfondir la législation de chacun d'entre eux ; cependant, à première vue, tout porte à croire qu'il existe des éléments communs, du moins dans l'isthme centraméricain, et par conséquent, cette recherche pourrait éclairer sous d'autres latitudes la manière d'affronter la réalité juridico-canonique dans le domaine de l'éducation.

Quelle est l'importance de l'enseignement de la religion dans les écoles publiques au Panama ? 

- Il s'agit d'une matière imposée par la Constitution qui doit être enseignée dans toutes les écoles publiques du pays. L'article 107 de la Constitution panaméenne établit que la religion catholique doit être enseignée dans les écoles publiques, mais précise également que son enseignement et la participation aux services religieux ne sont pas obligatoires lorsque les parents ou tuteurs des élèves le demandent.  

Ne serait-il pas plus conforme au caractère laïque de l'État de laisser l'enseignement de la religion dans des cadres extrascolaires ? Ne serait-ce pas également plus efficace ?

- Nous devons garder à l'esprit que l'enseignement de la religion dans les écoles, qu'elles soient publiques ou privées, n'est pas synonyme de catéchèse. L'enseignement de la religion d'un point de vue historique, culturel et identitaire, et la catéchèse, qui consiste en la transmission de la doctrine à ceux qui, par la foi, souhaitent la recevoir, sont deux choses différentes. La première n'exige pas que l'on soit catholique, ni même chrétien, tandis que la seconde exige la foi de la personne qui reçoit la catéchèse.

Compte tenu de cette distinction claire, il n'est pas incompatible avec le caractère laïque de l'État d'enseigner la religion dans les écoles, même publiques.

Vous avez probablement eu l'occasion d'en parler avec des professeurs de religion, des représentants de la hiérarchie ecclésiastique et des personnes travaillant pour l'État. Quelles réactions avez-vous observées : intérêt, surprise, peut-être colère à l'idée de "faire entrer" l'Église dans les institutions publiques ?

- J'ai certes pu m'entretenir avec de nombreuses personnes : fonctionnaires et anciens fonctionnaires ; évêques ; religieux et religieuses et laïcs responsables d'initiatives éducatives publiques et privées ; enseignants, etc. J'ai pu visiter des initiatives éducatives conjointes de l'Église et de l'État, comme celles des Frères de La Salle dans les villes de Panama et de Colón, et même dans des zones difficiles d'accès, comme l'école gérée par les Récollets augustins à Kankintú, dans la région indigène de Gnöbe Buglé.

Les réactions ont toujours été positives. Tous, principalement les autorités gouvernementales et les membres de la société civile, reconnaissent le travail que l'Église catholique a historiquement réalisé dans le domaine de l'éducation au Panama.

Ils sont également conscients que cette relation est le fruit de la bonne volonté des parties et que, malgré cela, il existe de nombreux obstacles - principalement économiques et bureaucratiques - auxquels ils doivent faire face pour remplir une fonction sociale, qui est également un droit de l'homme impliquant l'éducation intégrale des générations futures.

Quels sont les défis de l'enseignement de la religion au Panama ?

- Du point de vue de l'État, je pense que le défi consiste précisément à garantir le respect de la constitution, non seulement dans le domaine de l'enseignement religieux catholique, mais aussi en ce qui concerne le droit à la liberté religieuse et le droit des parents à choisir le type d'enseignement pour leurs enfants. Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de conflits à cet égard, mais cela ne signifie pas qu'ils ne peuvent pas se produire à l'avenir, comme cela s'est produit dans d'autres pays.

Du point de vue de l'Église catholique, je dirais que le principal défi consiste à faire en sorte que la religion catholique soit réellement enseignée, tant dans les écoles publiques que dans les écoles privées, et que ceux qui l'enseignent soient aptes à cette tâche et soient accompagnés dans cette mission.

Il est également important que les parents reçoivent des conseils afin qu'ils sachent quand une école est catholique ou d'inspiration catholique, par opposition à une école qui ne l'est pas, même si elle porte le nom d'un saint. 

Vous avez une expérience à la fois dans la politique panaméenne et dans le travail avec les institutions de l'Église. Quel rôle l'Église joue-t-elle dans la vie publique et politique du Panama ? Quelle est la relation entre l'Église et l'État panaméen ?

- Il existe une relation de respect mutuel, dans laquelle la position et le rôle que chacun, Église et État, doit jouer sont reconnus. Quant à l'Église catholique panaméenne, elle a toujours joui d'une grande reconnaissance sociale, car à tout moment, même pendant les années les plus difficiles de la dictature militaire (1968-1989), elle a maintenu une position conciliante.

Tout au long de l'histoire - y compris en période de démocratie - elle a été le garant, à la demande tant des gouvernants au pouvoir que de la société civile, de dialogues fructueux à la recherche de la paix et du bien commun.

Si Dieu le veut, vous deviendrez bientôt diacre et plus tard prêtre. Pensez-vous que ce travail vous sera utile pour votre futur service religieux ? 

- Je ne sais pas où je finirai dans le ministère sacerdotal, ni si cela aura quelque chose à voir avec cette enquête ; ce que je sais, c'est que je serai ordonné pour servir l'Église partout où elle a besoin que je la serve, et de la manière dont elle veut et a besoin que je la serve.

Quoi qu'il en soit, je pense que cette recherche est déjà en soi un service rendu à mon Église locale et qu'elle est disponible pour l'Église - catholique ou non - ainsi que pour la communauté universitaire et juridique du monde entier.

L'auteurVytautas Saladis

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.