Évangélisation

Saint Charles de Foucauld

En mai dernier, le pape François a canonisé saint Charles de Foucauld, un soldat et explorateur qui a fini par rencontrer le Christ, laissant derrière lui une vie erratique pour se donner entièrement à Dieu.

Pedro Estaún-1er décembre 2022-Temps de lecture : 4 minutes
Charles de Foucauld

Charles de Foucauld

Le 1er septembre 1858, il est né dans une famille noble de Strasbourg, Charles-Eugéne de Foucauld. Ses parents décèdent l'un après l'autre en 1864, et Charles et sa sœur Marie sont confiés à son grand-père, le colonel Morlet, un homme bon mais faible. Il étudie à Paris dans une école jésuite et commence à se préparer à l'école militaire. Son intérêt pour les études était très faible. À l'âge de 16 ans, il a perdu la foi. Deux ans plus tard, son grand-père meurt et il hérite d'une grande fortune, qu'il commence à dilapider de manière désastreuse. Il entre en octobre à l'école de cavalerie de Samur, d'où il sortira avec la dernière qualification : numéro 87 sur 87 élèves. Il a mené une vie de réjouissance et d'indiscipline pleine d'excentricités. Néanmoins, il était un bon dessinateur et se cultivait en lisant beaucoup. En 1879, il se lie avec Mimi, une jeune femme de mauvaise réputation, et vit avec elle. Deux ans plus tard, son régiment est envoyé en Algérie et Charles emmène Mimi avec lui, la faisant passer pour sa femme. Lorsque sa supercherie est découverte, il est rétrogradé et retourne en Europe. À l'occasion d'une révolution en Tunisie, il retourne en Afrique et se révèle pendant huit mois un excellent officier, mais, séduit par le désert, il quitte l'armée et s'installe en Algérie, où il commence à explorer des terrains qui n'ont jamais été visités par aucun Européen à l'époque. Il prend le rabbin Mordecai comme compagnon, s'habille en hébreu et voyage clandestinement à travers le Maroc pendant un an. Il a tenté d'y épouser une jeune Algérienne, mais a rompu la relation face à l'opposition catégorique de sa famille. 

Il est rentré en France après deux ans d'absence. Il se consacre alors à la collecte d'un maximum d'informations sur le Maroc, toujours de manière cachée de peur d'être découvert par les Arabes. Entre 1887 et 1888, il a publié deux ouvrages importants : "Reconnaissance du Maroc y "L'itinéraire du Marocqui reçoivent un accueil enthousiaste de la part de la critique. Il s'est fait connaître comme un grand explorateur pour la qualité et la quantité d'informations qu'il a recueillies et pour les précieuses observations sociales et coutumières qu'il a incluses dans ses récits. Il reçoit la médaille d'or de la "Société Française de Géographie" et se place ainsi dans un monde d'honneurs.

Poussé par de profondes préoccupations spirituelles, Charles se rend en octobre 1886 à l'église Saint-Augustin à Paris pour demander conseil au père Huevélin, dont sa cousine Marie Bondy lui avait parlé. Le prêtre lui a demandé d'aller se confesser et de recevoir la communion immédiatement, puis ils parleraient, et il a accepté. Il a passé les années suivantes dans la maison de sa famille et a eu de fréquentes conversations avec son confesseur. Son âme se remplit de plus en plus de Dieu et il commence à penser à devenir religieux. A Noël 1888, il se rend en Terre Sainte, où mûrit sa décision irrévocable de devenir moine. Il rentre en France et décide de devenir trappiste. Il donne tous ses biens à sa sœur et renonce définitivement à toute gloire humaine.

En janvier 1890, il part pour le monastère trappiste de Notre Dame des Neiges en France et entre au noviciat sous le nom de Frater Marie-Albéric. Six mois plus tard, il part pour un autre monastère trappiste beaucoup plus pauvre, celui d'Akbès en Syrie, une région très éloignée qui, à la fin du XIXe siècle, ne pouvait être atteinte qu'après plusieurs jours de voyage. Là, il travaille au jardin, effectuant les travaux les plus humbles jusqu'en 1896. Cependant, une voix intérieure l'appelait à une solitude encore plus profonde. Suivant les conseils du Père Hevélin, avec lequel il continue à correspondre, il élabore son premier projet de congrégation religieuse "à sa manière". Il est envoyé à Rome pour poursuivre ses études et y demande à être dispensé de ses vœux. En 1897, le prieur général des trappistes le libère pour suivre sa vocation. 

Il repart en Terre Sainte et commence une vie d'ermite dans un couvent de Clarisses à Nazareth, où il est leur serviteur et garçon de courses, vivant dans une simple cabane près du cloître. Il y est resté pendant trois ans et est devenu une figure bien-aimée à Nazareth pour sa spiritualité et sa charité continue. Les Clarisses et son confesseur le poussent à demander l'ordination sacerdotale. Il rentre en France pour se préparer et est ordonné prêtre le 9 juin 1901. Peu après, il repart en Algérie, dans l'oasis de Beni-Abbès, pour aider spirituellement un détachement militaire français. Il a construit un simple ermitage avec une chapelle. De là, il alerte ses amis et les autorités françaises sur le drame de l'esclavage. Il sauve plusieurs esclaves, parcourt le pays des Touaregs, la région la plus isolée de l'intérieur, apprend leur langue, leur enseigne un catéchisme et commence à traduire l'Évangile, s'installant dans un village à 1500 mètres d'altitude où il construit une petite case dans laquelle il aménage une chapelle et une simple pièce. Le père Foucauld est désormais partagé entre les pauvres de Beni-Abbès et ceux de Tamanrasset, à 700 km de là, dans le désert. Charles est le seul chrétien. Comme les fidèles n'étaient pas présents, il lui était interdit de célébrer la messe ; il y suppléa en faisant de sa vie une eucharistie. En 1908, épuisé, il tombe gravement malade. Les Touaregs l'ont sauvé en partageant avec lui le peu de lait de chèvre qu'ils avaient en cette période de sécheresse. Entre 1909 et 1913, il effectue trois voyages en France pour présenter son projet de la "Petis frères du Sacré-Cœur, une association laïque pour la conversion des incroyants. 

Pendant la guerre mondiale, le désert s'avère être un endroit dangereux et il reste à Tamanrasset. Pour protéger les indigènes des Allemands, il construit un fort. Il continue à travailler sur sa poésie et ses proverbes touaregs. Le 1er décembre 1916, il est capturé et tué par des bandits. A sa mort, il était seul... ou presque. En France, il y a 49 membres de l'Association du Sacré-Cœur de Jésus qu'il a réussi à faire agréer par les autorités religieuses. Sa mort a été comme une graine. En 2002, dix-neuf fraternités différentes de laïcs, de prêtres, de religieux et de religieuses vivaient l'Évangile selon la spiritualité de Charles de Foucauld. Le 15 mai 2022, le pape François l'a canonisé.

L'auteurPedro Estaún

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.