Vocations

Le jour où notre fils nous a dit : "Je veux être prêtre".

En 2020 (dernières données proposées par la CEE), 125 prêtres ont été ordonnés en Espagne. 125 histoires de garçons qui se donnent à Dieu pour toujours. 125 histoires de garçons qui se donnent à Dieu pour toujours... et 125 familles dans lesquelles pères, mères, frères, amis, font aussi partie du voyage. Comment les familles vivent-elles l'appel d'un fils ? Que craignent-elles ? Comment acceptent-elles la volonté de Dieu ?

Maria José Atienza-11 juillet 2022-Temps de lecture : 6 minutes
fils du prêtre

La famille Navarro Carmona le jour de l'ordination de Juan Carlos.

María Luisa, Manuel, María José, Antonio, Julia... sont ces mères et ces pères qui ont vu comment Dieu est devenu corps et sang à travers les paroles prononcées par leurs enfants lors de la Consécration de la Sainte Vierge Marie. Sainte Messe. Des familles normales et diverses, de zones rurales et urbaines, avec des histoires très différentes, avec plus ou moins d'enfants, avec plus ou moins de vie d'église... Mais unies par l'appel auquel leurs enfants ont répondu et auquel elles participent.

Unis à l'autel

Manuel et María José ont deux fils, dont l'un, Antonio Jesús, est prêtre à l'église de la ville. diocèse de Cadix et Ceuta. Dans son cas, il y a une particularité : Manuel est diacre permanent, il partage une partie du ministère avec son fils, ce qu'il vit avec beaucoup de joie.

L'histoire de sa vocation est liée à une date : ce 24 juin où " après l'Eucharistie à laquelle toute la famille a assisté, nous avons été présentés par notre curé à notre évêque, Monseigneur Ceballos, pour demander qu'Antonio Jesús entre au séminaire et que je sois admis pour commencer le chemin du diaconat ". 

Manuel et Antonio Jesús se retrouvent comme père et fils physiquement, mais aussi spirituellement, surtout lors des célébrations où le diacre permanent assiste le prêtre.

"Le jour de sa première messe", se souvient Manuel, "a été un moment plein de sens et de sentiments. En tant que diacre, j'ai demandé sa bénédiction avant de lire l'Évangile, comme l'établissent les normes liturgiques : " Père, bénis-moi ", à mon fils. Un moment que je n'oublierai jamais et qui, chaque fois que nous célébrons l'Eucharistie, se répète et acquiert la même valeur".

Quand Dieu demande les 100% d'enfants

La famille Navarro Carmona, originaire de Cordoue, a deux fils, qui sont tous les deux prêtres diocésains. L'entrée au séminaire d'Antonio, l'aîné, ne les a pas pris au dépourvu : "nous avons vu son processus et nous l'avons vu désireux d'avancer sur son chemin ; et le chemin n'était pas facile, nous dirions même très dur. Cependant, il a vu le côté positif, il s'est réaffirmé et sa vocation a grandi face aux revers".

La décision de Juan Carlos, en revanche, a été un peu plus longue à prendre : "Nous avons pensé qu'il pouvait faire autre chose. Nous lui avons proposé de nombreuses options. Je me souviens, dit sa mère, Julia, que nous avons évoqué la vocation de médecin, de guérisseur, de sauveur de vies... quand nous avons fini de parler, il a dit : "Tu veux que je fasse ce métier ? Je vais le faire. Ensuite, je continuerai avec celle qui me plaît : je veux me consacrer à la guérison des âmes et à leur sauvetage".

Nous avons été ravis de répondre : "Votre vocation est forte, allez-y". Son mari, Antonio, souligne que l'appel de leur deuxième fils semblait, en fait, "trop pour notre famille". 

Néanmoins, ils ne se sont pas opposés violemment à l'appel de leurs enfants : "Nous croyons en la liberté et au droit des enfants de choisir leur vie. Nous ne sommes pas d'accord avec une quelconque imposition, nous, parents, n'avons pas le droit de nier la décision de Dieu.

Peut-être en raison de cet engagement en faveur de la liberté et de la responsabilité personnelle des jeunes, lorsqu'on leur demande ce qu'ils doivent dire à ceux qui s'opposent à ce que leurs enfants entrent au séminaire, Antonio et Julia sont clairs : "Notre conseil est d'écouter vos enfants".

Avec un avenir prometteur en tant qu'architecte, l'entrée d'Antonio Jesús au séminaire s'accompagne de beaucoup d'incompréhension. Comme le rappelle son père, "il y a eu certains commentaires dans la famille, ils nous ont demandé pourquoi nous l'avons laissé aller au séminaire avec ce qu'il valait... après qu'il soit devenu prêtre, la plupart de la famille est heureuse. Dans son école, un de ses camarades de classe, un de ses professeurs, m'a dit qu'il regrettait que nous l'ayons laissé aller au séminaire avec la valeur académique qu'il avait".

Des réactions normales de la part de ceux qui ne partagent pas ou ne comprennent pas l'importance de l'appel, et auxquelles ces parents ont répondu par une analogie claire : "Combien de parents, tout en n'étant pas d'accord avec le choix fait par leurs enfants, les défendent en disant "s'il est heureux, c'est ce qui est important". Eh bien, de la même manière, on peut répondre : non seulement il est heureux, mais par son dévouement et son témoignage, il peut rendre beaucoup de gens heureux".

Il y a aussi des malentendus plus tendres, se souvient le couple de Cadix, comme la réaction de la dame qui s'occupait de lui depuis qu'il était enfant pendant que ses parents travaillaient. Quand il lui a dit qu'il avait décidé d'entrer au séminaire parce qu'il se sentait... l'appel, Je lui ai demandé : "Antonio, mon beau, mais dis-moi, qui est celui qui t'appelle ? 

Une armée de prières

Dans une lettre adressée aux mères des prêtres Lorsqu'il était préfet de la Congrégation pour le clergé, le cardinal Mauro Picenza a fait remarquer que "chaque mère de prêtre est mystérieusement une "fille de son fils". A son égard, elle peut aussi exercer une nouvelle "maternité", dans la proximité discrète, mais très efficace et inestimable, de la prière et dans l'offrande de sa propre existence pour le ministère de son fils. Ils constituent une véritable "armée" qui, de la terre, élève des prières et des offrandes vers le Ciel et qui, encore plus nombreuse, du Ciel intercède pour que toute grâce soit déversée sur la vie des sacrés bergers". Des mots qui pourraient bien s'appliquer au groupe de mères de prêtres qui, chaque mois à Madrid, se réunissent pour prier pour les vocations sacerdotales.

Une initiative de Maria Luisa Bermejo, qui est née à la suite de l'ordination de son fils Yago, du Prélature de l'Opus Dei. À cette époque, Maria Luisa a pris contact avec d'autres mères de prêtres et a lancé un groupe de prière pour les vocations sacerdotales : "J'ai parlé à une de mes amies qui a un fils prêtre diocésain. Ensemble, nous avons pensé que nous pouvions faire "quelque chose de plus" pour les prêtres et l'idée est venue de nous réunir un jour pour prier le chapelet pour les vocations sacerdotales. Nous avons partagé cette idée avec quelques séminaristes diocésains qui nous ont mis en contact avec leurs mères et ça a commencé", lorsque les réunions ont été remplies de nouveaux membres.

"Nous avons parlé à un prêtre qui a suggéré que nous nous réunissions dans une église pour pouvoir mieux prier. Puis le recteur de l'église du Saint-Esprit de Madrid, D. Javier Cremades, nous a donné tout ce qu'il pouvait. Non seulement il nous a permis de venir une fois par mois pour prier le chapelet, mais il a aussi commencé à dire la messe pour nous et à nous diriger dans la prière.

Ce petit groupe de mères de prêtres a grandi petit à petit : " Nous étions presque 70 ", se souvient María Luisa, qui précise que " maintenant nous sommes moins nombreuses, mais nous continuons cette rencontre. Chaque mois, le fils d'un des prêtres vient dire la messe pour nous et nous guide dans la prière. Non seulement nous prions pour les prêtres, mais nous avons également créé un impressionnant réseau d'amitié entre nous".

Les mères de ces prêtres ont décidé de donner un nom à leurs prières : "Nous avons décidé de créer une sorte d'"ami invisible de la prière", raconte María Luisa, nous avons écrit les noms des prêtres et de leurs mères sur des bouts de papier, chacune a pris un ou deux bouts - ça ne pouvait pas être son fils - et a promis de prier pour ces prêtres tous les jours. J'en ai deux, très beaux", conclut-elle.

fils du prêtre
Manuel, assiste son fils Antonio Jesús à la Sainte Messe en tant que diacre.

Ces pères et mères prient pour leurs enfants, avec "la gratitude que leur prière liturgique soit une prière à "deux voix"", comme le souligne Manuel, mais ils prient aussi pour ceux qui ont des difficultés dans leur environnement à répondre à l'appel de Dieu, pour leur fidélité, pour leur persévérance.

Peurs et joies

Dans une société où la figure du prêtre est, plus que jamais, sous les feux de la rampe, ces parents partagent les craintes de ceux qui ont un enfant dans la fonction publique. Comme le souligne Julia, "ils sont toujours sous le feu des projecteurs : leurs décisions, leurs actions et leurs gestes sont scrutés" et il y a toujours la crainte d'une mauvaise interprétation, voire d'un jugement public injuste... mais "les joies sont immenses et en abondance, car ces enfants sont très agréables". Nous savons qu'ils sont là à tout moment, nous soutenant par leurs prières et leur présence".

Maria José et Manuel s'expriment de manière très similaire lorsqu'ils soulignent que "dans la société actuelle, le simple fait de dire que tu es croyant te garantit d'être critiqué et méprisé...... D'autant plus lorsque votre fils ne se contente pas de dire qu'il est croyant, mais que, par sa vie et sa façon de s'habiller, il proclame qu'il est prêtre. Il n'est pas rare de voir des regards et des commentaires sur son passage, mais il faut dire aussi que d'autres personnes viennent vers lui et lui demandent une confession, un conseil, une bénédiction...".

Mais cette même manifestation apporte avec elle de nombreuses anecdotes de "rencontres fortuites" avec l'Église, comme la fois où "lors d'un de ses voyages de Madrid - où il étudiait la théologie morale - à Cadix, le train s'arrêta en pleine campagne et des passagers vinrent lui demander "père, priez pour que nous sortions de cette situation".

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.