Écologie intégrale

Dr Centeno : "La médecine palliative améliore le bien-être et soulage la souffrance".

Rafael Miner-17 décembre 2020-Temps de lecture : 4 minutes

La rareté de la présence de médecins spécialisés dans les soins palliatifs est frappante. Le Dr Carlos Centeno, directeur de la médecine palliative à la Clínica Universidad de Navarra, affirme : "Au patient qui demande de l'aide, nous pouvons la lui donner. Aidons, soulageons, ce que nous, médecins, avons fait toute notre vie.

"Aujourd'hui, l'euthanasie est réclamée dans la société, voire dans la loi, pour de nombreuses choses qui ont une solution. La médecine a aussi beaucoup de choses à dire face à des souffrances parfois intolérables. La médecine a quelque chose, et je sais qu'elle est efficace, car je l'ai vue en action à de nombreuses reprises.

C'est ainsi que le Dr Carlos Centeno, directeur de la médecine palliative de la Clinique et de l'équipe de recherche Atlantes de l'Institut Culture et Société de l'Université de Navarre."Il est certain que certains patients peuvent demander une aide que nous ne pouvons pas leur apporter. Cela peut arriver. Dans notre pays, cela arrivera dans un avenir proche, il se peut qu'un patient nous demande de l'aide pour avancer la mort, et un médecin ne peut pas le faire, c'est ce que je pense. Un médecin est là pour servir la vie, et il est là pour soulager. L'éthique de la médecine est d'être aux côtés du patient pour le soulager. Nous existons parce qu'il y a des gens qui souffrent"..

"Notre société, depuis des milliers d'années, a généré une profession, ou plusieurs professions, de personnes qui se consacrent à l'allègement de la souffrance humaine", ajoute le palliativiste. "Nous aimons aussi guérir. Nous aimons guérir quand nous le pouvons. Nous nous sentons comme des médecins là aussi. Mais là où nous nous identifions vraiment à nous-mêmes, là où nous voyons notre identité, c'est lorsque nous soulageons ceux que nous ne pouvons pas guérir.. Dans la souffrance, nous sommes toujours là pour apaiser".

Le Dr Centeno, qui possède une longue expérience de la médecine palliative, s'attaque à ces difficultés. Surtout de la compréhension et une bonne compréhension de ce que sont les soins palliatifs.. "Il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous sommes tous d'accord. Mais il peut y avoir des choses sur lesquelles il n'y a pas d'accord, des points de vue qui concernent des principes ou la manière de comprendre la société, ou la manière de comprendre l'autonomie sans autre considération ; mais il y a beaucoup d'autres principes sur lesquels nous serons d'accord. Et bien sûr, nous serons d'accord sur la façon d'agir, sur la façon d'agir. Laissez-nous être là ; nous ne voulons pas nous confronter à qui que ce soit, nous ne voulons pas défier qui que ce soit ; nous ne voulons pas contredire ceux qui pensent différemment de nous ; non, nous devons être des médecins, nous pouvons aider. Nous devons être des médecins, nous pouvons aider.

Soins complets

Mercredi dernier, le spécialiste est intervenu, avec des membres de son équipe, lors d'un séminaire organisé par le Core Curriculum Institute de l'Université de Navarre, intitulé Science et valeurs des soins palliatifs, avec plus de cinq cents participants.

Dans l'un de ses discours, Carlos Centeno a diffusé la vidéo d'une interview réalisée par Jordi Évole sur le site de la Commission européenne. laSexta Le Dr Carlos Gómez Sancho, qui a notamment fait remarquer que le nombre de patients ayant demandé l'euthanasie était très faible : trois ou quatre sur plusieurs milliers.

Lorsqu'on leur a demandé quel médicament contre la douleur ils prenaient, ils ont répondu deux ou trois Nolotil par jour. Dès qu'on leur a donné un peu de morphine, et qu'ils ont été traités de manière appropriée, le désir de mourir a disparu, a dit le médecin.

Ce point a été abordé par le Dr. Ana Serranodont a analysé les principaux mythes des soins palliatifs, comme un traitement destiné uniquement aux patients mourants, au dernier moment de leur vie. En réalité, a-t-il dit, ils font partie de l'ensemble du processus de traitement des patients, où ils devraient "Le choix du lieu par le patient et l'intervention de tous les professionnels, même à domicile, n'est pas la seule façon de dispenser des soins palliatifs. Contrairement au mythe, les soins palliatifs ne consistent pas à être drogué à la morphine jusqu'à la fin", a-t-il souligné.

L'avancement des soins palliatifs spécialisés, c'est-à-dire, "traiter les patients plus tôt", est un autre aspect sur lequel Centeno insiste, sur la base de diverses études sur la qualité de vie dans différents groupes de patients. En outre, ajoute-t-il, les patients bénéficiant de soins palliatifs précoces vivent en moyenne plusieurs mois de plus. Son résumé est le suivant "le plus tôt sera le mieux".

Le spécialiste rappelle que plus de 20 essais cliniques analysent comment les soins palliatifs améliorent la qualité de vie des patients et réduisent l'anxiété et la dépressionaméliorer leur humeur. "La médecine palliative ne se concentre pas uniquement sur le traitement de la maladie, mais propose une prise en charge globale, incluant la famille", fait remarquer. 

Euthanasie et soins palliatifs

Le Dr Centeno appelle à la compréhension envers les malades et leurs proches qui demandent une aide à mourir. Dans le même temps, il explique que "Quand on les écoute ouvertement, ce qu'ils demandent, c'est la sécurité d'une assistance, une aide pour se débarrasser de la douleur, de la peur ou de l'angoisse, et non pour prolonger leur souffrance. Et dans tout cela, nous pouvons vous aider, affirme.

Dans leur conversation, le médecin-chef a qualifié l'expression de fausse. soins palliatifs contre euthanasie".. A son avis, "Ce qui est facultatif, c'est d'euthanasier quelqu'un ; cette personne va être euthanasiée, cette personne ne le sera pas, c'est facultatif. Certains le veulent et d'autres non. Cependant, la médecine palliative n'est pas facultative. La médecine palliative est obligatoire..

Il a poursuivi en développant l'argument : "La médecine palliative s'adresse à tous, à tous ceux qui souffrent intensément d'une maladie grave. C'est une médecine avancée de fin de vie. Ce que vous ne pouvez pas faire, c'est ne pas l'appliquer. C'est pourquoi les soins palliatifs sont destinés à tous, et non à quelques-uns, et ils sont obligatoires. Personne, qu'il s'agisse d'un médecin ou d'une infirmière, ne peut s'approcher d'une personne souffrant en fin de vie sans faire ce que fait une équipe de médecine palliative, c'est-à-dire s'occuper d'elle de manière holistique, travailler en équipe avec d'autres personnes, soulager les symptômes qu'elle présente, lui procurer bien-être et qualité de vie"..

La conférence a mis en lumière les les économies réalisées grâce aux soins palliatifs dans les soins de santé, et le manque d'investissement dans la médecine palliative en Espagne. par rapport aux pays européens.

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.