Écologie intégrale

"Les soins palliatifs devraient être un droit, pas un privilège".

L'Europe devra prendre en charge près de 5 millions de patients souffrant de graves souffrances et de maladies graves d'ici 2030, contre 4,4 millions aujourd'hui, alors que 65 % de la population n'a toujours pas accès aux soins palliatifs. L'Espagne est à la traîne en matière d'éducation et de formation aux soins palliatifs, tandis que la loi sur l'euthanasie est déjà au Sénat.

Rafael Miner-5 février 2021-Temps de lecture : 4 minutes
soins_palliatifs_hospitaliers

Photo : Olga Kononenko / Unsplash

Les estimations sont réelles et récentes. Chaque année, plus de quatre millions de personnes en Europe ont besoin de soins palliatifs. Mais dans quelques années, ils seront Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), près de cinq millions de patients auront besoin de ces soins spécialisés en raison des graves souffrances que leur cause leur maladie.) en 2020.

38 % auront des maladies oncologiques, le cancer ; 33 %, des maladies cardiovasculaires ; 16 %, des variantes de la démence ; 6 %, des maladies chroniques ; et 7 %, d'autres maladies.

Dans une perspective globale, David Clark, de l'Université de Glasgow, et d'autres professeurs et médecins, ont étudié l'état des soins palliatifs dans 198 pays en 2019. Parmi leurs conclusions, ils ont noté que "Les soins palliatifs au plus haut niveau de prestation ne sont accessibles qu'à 14 % de la population mondiale et sont concentrés dans les pays européens".

Faciliter l'accès aux soins palliatifs

Les experts ont ajouté leurs prévisions de "une augmentation mondiale de 87 % des souffrances graves liées à la santé pouvant faire l'objet d'interventions de soins palliatifs d'ici 2060".. Cependant, selon lui, malgré ce besoin croissant, "les soins palliatifs n'atteignent pas les niveaux requis par au moins la moitié de la population mondiale". (Cartographie des niveaux de développement des soins palliatifs dans 198 pays : la situation en 2017, publié dans Journal of Pain and Symptom Management (en anglais)).

Par exemple, en Espagne, Sur les plus de 220 000 personnes décédées ces dernières années en ayant besoin de soins palliatifs, on estime qu'environ 80 000 sont mortes sans avoir accès à ces soins.selon les données de la Société espagnole de soins palliatifs (Secpal). En outre, il s'agit d'un service dont auront besoin environ 50 % de la population à la fin de leur vie.

La réalité est que "Un meilleur accès aux soins palliatifs pourrait soulager considérablement la douleur de millions de personnes. L'accès aux soins palliatifs devrait être un droit, et non un privilège réservé à quelques-uns."a déclaré un rapport dans le magazine Notre époque juste avant l'apparition de la pandémie au début de l'année dernière.

"Aujourd'hui, l'euthanasie est réclamée dans la société, voire dans la loi, pour de nombreuses choses qui ont une solution. La médecine a aussi beaucoup de choses à dire face à des souffrances parfois intolérables. La médecine a quelque chose, et je sais qu'elle est efficace, car je l'ai vue en action à de nombreuses reprises, a assuré Omnes le médecin Carlos Centeno, directeur du service de médecine palliative de la Clínica Universidad de Navarra et de l'unité de soins de santé de l'Université de Navarre. Équipe de recherche Atlantes de l'Institut Culture et Société (ICS) de la même université, qui a participé au rapport Glasgow, à des études récentes pour l'OMS et aussi pour le Vatican.

Soutien du Saint-Siège

La préoccupation du Saint-Siège en faveur des soins palliatifs, c'est-à-dire la prise en charge globale des patients souffrant d'une maladie grave, de manière interdisciplinaire, afin de maintenir leur bien-être et leur qualité de vie, est notoire. En 2019, le Livre blanc pour le plaidoyer mondial en faveur des soins palliatifs, un livre blanc dans lequel des experts du monde entier, convoqués par l'Académie pontificale de la vie et coordonnés par Atlantes, ont étudié les moyens de promouvoir les soins palliatifs..

A la fin des travaux, il a été consigné dans le document que "la communauté des soins palliatifs reconnaît le rôle important des religions dans la promotion de cette forme de soins aux malades, étant donné la capacité des religions à atteindre les périphéries de l'humanité, ceux qui, au sein d'une communauté, sont les plus nécessiteux". Le pape François a également été cité, dans sa description de la culture des "discard". dans l'Exhortation Apostolique Evangelii gaudium53, et il a été constaté que "Les confessions religieuses soutiennent les principes des soins palliatifs pour soulager la douleur et la souffrance à l'approche de la fin naturelle de la vie".

"L'espoir est que toutes les religions soutiennent activement le mouvement des soins palliatifs", conclut le document, "offrant leur précieuse contribution de sagesse pour parvenir à une culture de l'accompagnement qui soit véritablement inclusive et respectueuse de la dignité de chaque être humain"..

La dignité humaine a été évoquée il y a un mois et demi. José María Torralbadirecteur de la Institut du tronc commun de l'Université de Navarreà une conférence en ligne organisée sous le titre Science et valeurs des soins palliatifs. Le professeur a souligné que dans l'activité de prise en charge d'une autre personne, la dignité humaine transparaît d'une manière particulière. "Le problème, a-t-il ajouté, "Il s'agit de la mentalité utilitaire dominante, pour laquelle prendre soin de soi est une perte de temps, car la vie est vue en termes de performance et de succès. Notre société doit reprendre conscience que nous sommes des êtres faibles qui ont besoin de soins"..

Il a également fait référence à la dignité Tomás Chivato, Doyen de la faculté de médecine et professeur à l'université CEU San Pablo. "La dignité est intrinsèque à tout être humain", "il est préférable de parler d'une vie digne et non d'une mort digne".dit-il. A son avis, "Si une personne a le sentiment d'être un fardeau ou d'être inutile, elle peut penser que sa vie n'a pas de sens. Au contraire, lorsqu'une personne se sent aimée, appréciée et accompagnée, elle ne se sent pas 'indigne'"..

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.