Écologie intégrale

Les palliatifs représentent-ils vraiment un coût important pour le système ?

Les soins palliatifs spécialisés améliorent non seulement le bien-être des patients souffrant gravement, mais représentent également une économie importante pour chaque hôpital et pour les systèmes nationaux de soins de santé (NHS) des pays.

Rafael Miner-12 février 2021-Temps de lecture : 4 minutes

Environ la moitié des patients atteints d'une maladie grave accompagnée de grandes souffrances ne reçoivent pas de traitement spécialisé en soins palliatifs en Espagne. Certaines études estiment ce chiffre à six sur dix, soit 60 %.

Au niveau mondial, ce chiffre est plus élevé, compte tenu, par exemple, de la disponibilité réduite des services offrant ce type de soins et de la consommation réduite, voire faible, d'opioïdes dans certaines régions du monde.

Certains économistes et gestionnaires de la santé, ainsi que des professionnels de la santé, étudient depuis un certain temps la réticence de certains pays et contextes à mettre en place des services de soins palliatifs. Les coûts potentiels ne sont pas les moindres.

L'idée que les palliatifs sont plus chers a fait l'objet d'un examen global.

Miguel Sánchez Cárdenas- Chercheur atlante

Le problème est le suivant. Mettons-nous dans le rôle d'un planificateur de la santé, à qui l'on dit qu'en dehors de la prise en charge du patient, par exemple par l'équipe de cardiologues, une autre équipe doit être appelée pour s'occuper du patient. À première vue, cela ressemble à une augmentation des coûts. "Si je dois faire appel à une équipe supplémentaire à celle qui traite la maladie, cela semble coûteux", explique-t-il. Miguel Sánchez CárdenasMais cette façon d'argumenter a fait l'objet d'une révision globale", affirme le chercheur du programme Atlantes de l'Institut Culture et Société de l'Université de Navarre.

Rapport de Jama Médecine interne

L'un des rapports les plus largement analysés est celui publié par Jama Médecine interneL'édition 2018 de la revue publiée par l'Association médicale américaine. Elle a été menée par Système de santé du Mont Sinaï y Trinity College de Dublin, en Irlande, et ont regroupé les données de six études précédentes portant sur plus de 130 000 adultes admis dans des hôpitaux aux États-Unis entre 2001 et 2015. Parmi ces patients, 3,6 % ont reçu une consultation en soins palliatifs en plus de leurs autres soins hospitaliers.

Selon le rapport, les hôpitaux ont économisé en moyenne 3 237 dollars par patient (près de 2 700 euros aux taux de change actuels), au cours d'un séjour à l'hôpital, lorsque des soins palliatifs ont été ajoutés à leurs soins de routine par rapport à ceux qui n'en ont pas bénéficié. Les soins palliatifs ont été associés à des économies de coûts, par séjour hospitalier, de 4 251 dollars (3 542 euros) par patient atteint de cancer et de 2 105 dollars (1 754 euros) pour ceux dont le diagnostic n'était pas lié au cancer. Les économies étaient plus élevées pour les patients présentant un plus grand nombre de maladies.

Les hôpitaux ont économisé en moyenne 3 237 dollars par patient recevant des soins palliatifs.

Les causes de ces économies ont été résumées par l'auteur de l'analyse, John Commins, de la manière suivante Les soins palliatifs permettent à votre hôpital de faire des économies. Selon le rapport, dont l'auteur principal est Peter May, chercheur en économie de la santé au Centre for Health Policy and Management de l'université de Californie à New York, les programmes de soins palliatifs qui permettent de mieux gérer la douleur et d'améliorer la coordination des soins se traduisent par des séjours hospitaliers plus courts et des coûts moins élevés, en particulier pour les patients les plus malades. Trinity College de Dublin.

Les hôpitaux catalans aussi

Lorsque l'on a interrogé Sánchez Cárdenas sur le travail de la Dr. Gómez Batistequi affirmait il y a plus de dix ans que les soins palliatifs spécialisés permettaient au système d'économiser 60 % des coûts que supporterait un patient en phase terminale sans ces soins, a souligné que le facteur temps est important dans le calcul des économies.

"Gómez Batiste a constaté une diminution des coûts par patient traité avec des soins palliatifs d'une moyenne de 3 000 euros, mais d'autres études ont fait d'autres estimations", explique le chercheur d'Atlantes. "Cela dépend également du moment où le patient arrive dans le programme de soins palliatifs : que ce soit au début ou à la fin de l'évolution de la maladie. Ce qui est clair, c'est que plus elle intervient tôt, plus le système fait des économies. Essentiellement parce qu'elle évite les traitements inutiles en fin de vie, qui, au lieu de guérir ou d'atténuer un symptôme, ne font qu'accroître la souffrance des gens".

Plus les soins palliatifs commencent tôt pour le patient, plus le système fait des économies.

L'étude du Dr Xavier Gómez Batiste a révélé que rien qu'en Catalogne, les soins palliatifs ont permis d'économiser 33,5 millions d'euros chaque année en 2006, un montant supérieur au coût total des dépenses structurelles pour tous les soins palliatifs dans la communauté autonome, rapporte ABC. Selon lui, cette conclusion peut être extrapolée à l'ensemble du pays. La raison de ses conclusions est que "des soins palliatifs bien planifiés et bien réalisés à l'hôpital ou à domicile préviennent de nombreux problèmes et évitent aux patients de recourir aux soins d'urgence ou de se retrouver dans des unités de soins aigus, parce que c'est le moyen le plus facile ou le seul qu'ils ont à portée de main lorsqu'ils ont besoin d'une attention médicale".

M. Sánchez Cárdenas estime qu'"il convient également de noter que les études qui évaluent le coût des soins palliatifs coïncident en soulignant que plus les soins palliatifs sont dispensés tôt, plus ils seront efficaces en termes de traitement. En d'autres termes, il est possible de mettre en balance les traitements qui sont bons pour les patients, mais aussi ceux qui entraîneront une dépendance au traitement, qui n'améliorent pas la qualité de vie du patient et aggravent le coût pour le système".

D'autre part, des responsables du secteur de la santé, comme Zacarías Rodriguez, de la New Health Foundation, ont assuré qu'"investir dans les soins palliatifs, c'est sauver le système, le rendre plus durable et améliorer la qualité de vie des gens". Dans cette optique, la fondation affirme qu'avec la mise en œuvre de méthodes de gestion appropriées, "les soins palliatifs permettraient au système de santé d'économiser entre 20 et 35 % de coûts, d'améliorer la qualité de vie des patients et d'accroître jusqu'à 97 % la satisfaction des patients, des familles et des soignants".

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.