Famille

La vérité de l'amour humain. Une autre façon de célébrer la Saint-Valentin

Le pape François écrit dans Amoris Laetitia 208: "Toutes les actions pastorales visant à aider les couples mariés [...] sont une aide précieuse. Pour donner un exemple simple, je rappelle la Saint-Valentin, qui dans certains pays est mieux exploitée par les commerçants que par la créativité des pasteurs"..

Juan Miguel Prim Goicoechea-3 mars 2020-Temps de lecture : 5 minutes
L'évêque bénit les couples.

Depuis 2013, le diocèse d'Alcalá de Henares célèbre - à l'initiative de notre évêque, Monseigneur Juan Antonio Reig Pla - une veillée de prière dans la cathédrale magistérielle des Santos Niños Justo y Pastor le jour de la Saint-Valentin.

Rappelons que saint Valentin, évêque et martyr, protecteur des amoureux du monde entier, est né à Terni (Italie) en 175 après J.-C., étant le saint patron de cette ville. Le presbytre Valentin a consacré toute sa vie à la communauté chrétienne qui s'était formée dans la ville, à une centaine de kilomètres de Rome, où la persécution contre les disciples de Jésus faisait rage. L'écho des miracles du saint parvient à Rome et se répand bientôt dans tout l'Empire. Le pape saint Félicien l'a consacré comme premier évêque de la ville de Terni, où ses restes sont encore conservés aujourd'hui. Saint Valentin a été emprisonné et fouetté sur la Via Flaminia, loin de la ville. Il a été martyrisé le 14 février 273 de notre ère.

Son nom sera toujours lié à l'amour humain en raison d'un épisode très célèbre à l'époque : la tradition veut que saint Valentin ait été le premier prêtre à célébrer l'union entre un légionnaire païen et une jeune chrétienne. Par la suite, de nombreuses personnes ont demandé sa bénédiction. Ce fait est encore rappelé aujourd'hui lors de la fête de la promesse, célébrée dans la basilique qui porte son nom à Terni.

Besoins de la vie de couple

Dans le Lettre Reig Pla adressée à tous les fidèles en 2013 appelant à la célébration de la première Vigile de la Saint-Valentin, nous lisons : " Nous cherchons tous à aimer et à être aimés ; mais pour cela, il nous faut un maître. Nous devons revenir à Jésus-Christ, le divin Maître, pour apprendre à aimer et avoir la force d'aimer, chacun selon son propre mode de vie.ún son propre état et sa propre condition. Le SpíC'est l'Esprit Saint, qui est Amour, qui ouvre nos cœurs pour recevoir le don de l'amour authentique.éLa dimension éthique. À cet égard, il est nécessaire de rappeler à tous, et en particulier aux jeunes, au moins trois vérités sans lesquelles la vie conjugale est vouée à l'échec. 

Premièrement : l'unité substantielle corps-esprit. Nous ne sommes pas seulement un corps ou un esprit. Nous sommes un esprit incarné ; le corps n'est pas une prothèse de la personne, il est le sacrement de la personne, sa visibilité. Deuxièmement : la différence sexuelle n'est pas un accident, elle est constitutive de la personne. Nous sommes personne-mâle ou personne-femme par la volonté de Dieu, et à partir de cette différence, nous sommes appelés à aimer. Notre corps, chaque aspect de notre anatomie, a une dimension nuptiale, il est créé pour le don, pour l'amour, et dans le contexte du mariage il devient le langage de l'amour dans l'étreinte conjugale ouverte à la possibilité du don d'une nouvelle vie. Troisièmement : en conséquence du péché originel, nous sommes tous victimes de la concupiscence, c'est-à-dire d'une inclination au mal qui demeure dans l'être humain même après le baptême ; pour cette raison, la rédemption du cœur est nécessaire, la grâce de Jésus-Christ qui nous rend capables d'aimer et de pardonner"..

Joie et difficultés

La Vigile de la Saint-Valentin appelle en particulier les fiancés, les couples et les époux, notamment ceux qui célèbrent leurs noces d'argent ou d'or. Mais elle prend également en compte l'expérience de la souffrance des couples mariés en difficulté et de ceux qui ont connu la douleur de la séparation ou du divorce. 

En outre, les personnes célibataires, veuves et consacrées, ainsi que les mères qui donnent naissance à une nouvelle vie dans leur sein, sont unies dans l'action de grâce pour la vocation à l'amour, à laquelle elles participent également dans leur propre état de vie.

La Veillée, qui se déroule dans une atmosphère d'écoute attentive, de prière et de louange, entrecoupée de beaux chants, commence par la salutation de l'évêque et la récitation de quelques mystères du Saint Rosaire, qui éclairent l'aventure de l'amour conjugal. Après la récitation de chaque mystère, un bref texte du Magistère est proclamé, généralement par le pape saint Jean-Paul II, grand chantre de l'amour humain, et un témoignage est entendu. La liberté avec laquelle certaines personnes qui ont connu des difficultés dans leur vie affective et conjugale prennent la parole devant toutes les personnes présentes, en racontant des événements douloureux mais aussi joyeux, est un signe clair de la victoire du Christ qui, en guérissant les cœurs, fait renaître la vocation primordiale à l'amour. 

Nombreux sont ceux qui, au fil des ans, ont témoigné de leur gratitude pour l'accompagnement maternel de l'Église et de ses pasteurs, ainsi que de l'Église catholique. Centre de conseil aux familles Ils ont trouvé accueil et compagnonnage dans le diocèse et dans divers mouvements et expériences ecclésiales laïques, et ont ainsi pu suivre un chemin de guérison avec l'aide de la grâce de Dieu.

Être béni et apprendre à se connaître

Après chacun des témoignages émouvants, nous avons tous prié à genoux le Notre Père et l'Ave Maria correspondant au mystère du Saint Rosaire, en rendant grâce et en priant pour ceux qui ont le plus besoin de la miséricorde divine. 

Notre évêque nous donne ensuite quelques mots, pleins de réalisme et d'espérance, nous invitant à marcher avec l'Église sur le chemin de l'amour, virginal et sponsal, sachant que ce qui est impossible à l'homme laissé à lui-même est possible à Dieu. C'est à ce moment que l'évêque prononce des prières de bénédiction sur les époux, les fiancés et les mariés, ainsi que sur les futures mères. 

Dans la dernière partie de la Vigile, le Saint Sacrement est exposé devant lequel nous nous prosternons en adoration et en silence reconnaissant pendant quelques minutes avant de recevoir la bénédiction.

La célébration se termine par un geste précieux lié à notre sainte patronne, la Virgen del Val. Tous ceux qui le souhaitent viennent au pied de l'autel, seuls ou en famille, pour s'agenouiller et se faire couvrir du manteau de la Vierge, tandis que l'évêque les bénit et les encourage. A la fin de la veillée, nous avons partagé un chocolat chaud avec des friandises, préparées par les gens de Caritas et quelques bénévoles. n

Témoignage de Cristina et Jesús

Depuis un an et demi que nous sommes mariés, nous avons pu constater que notre amour grandit et se renforce chaque jour. Nous voyons combien il est important de vivre en communauté, d'ouvrir sa maison et de se donner aux autres. Nous savons combien il est nécessaire de prier et de mettre Dieu au cœur de notre mariage. 

La grâce que Dieu a déversée dans notre sacrement nous a rapprochés jour après jour, et nous avons reçu le don de donner naissance à une vie nouvelle. Nous sommes parents et nous attendons la naissance de notre premier enfant, ce qui nous remplit d'une grande joie.

Avec le recul, nous ne pouvons que remercier Dieu pour tout, car ce bonheur et cette plénitude que nous pressentions devoir exister sont désormais une réalité dans nos vies. Nous lui demandons de continuer à déverser sa Grâce, sans laquelle nous ne sommes rien, et d'ôter toutes nos peurs et notre égoïsme. Nous ne sommes pas à l'abri de la tentation de rester entre nous et de nous concentrer sur nous-mêmes, mais la vie est là pour être donnée.

Témoignage de Juan et Belén

Nous aussi, nous avons eu des difficultés financières, comme tant d'autres personnes, mais lorsque Dieu est au centre de notre vie, au cœur de notre foyer, le bonheur ne saute pas par la fenêtre, le bonheur qui est le Christ est dans notre foyer et la misère n'y entre tout simplement pas. 

Vous ne pouvez pas baser une relation sur un état idéal tel que la société actuelle nous le fait voir... grand, beau, avec une belle maison, une belle voiture et beaucoup d'argent. Et quand tu fermes la porte de ta maison, tu te rends compte que tu es seul et vide, parce que ce qui te remplit vraiment, ce qui te rend heureux, ce qui t'aide à surmonter tout obstacle, c'est le Christ. Sans lui, vous n'avez rien, avec lui, vous ne manquez de rien.

L'auteurJuan Miguel Prim Goicoechea

Vicaire épiscopal de la culture, de l'évangélisation et de la communication. Diocèse d'Alcalá de Henares

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.