Famille

Obianuju EkeochaLire la suite : "Il vaut mieux donner des livres aux enfants que des contraceptifs". 

Obianuju Ekeocha est président de Culture de la vie AfriqueL'organisation promeut une culture de vie authentique en Afrique et dans le monde. Dans son célèbre lettre à Melinda Gates a insisté sur ce dont le continent africain et surtout les femmes africaines ont réellement besoin : plus d'éducation et moins de politiques de contraception qui, souligne-t-elle, "n'ont jamais été demandées".

Maria José Atienza-28 juillet 2022-Temps de lecture : 7 minutes
Obianuju Ekeocha

Obianuju Ekeocha ©CNS photo/courtesy of Obianuju Ekeocha

Originaire du Nigeria, M. Obianuju s'est impliqué dans les débats sociaux et politiques liés à la dignité de la vie dans la culture africaine. Elle a également conseillé des législateurs en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord. Son plaidoyer en faveur de la vie l'a amenée à s'exprimer dans des lieux tels que la Maison Blanche, le Parlement européen et l'université de Georgetown à Washington.

Dans cette interview accordée à Omnes, Obianuju Ekeocha souligne que les politiques contraceptives imposées en Afrique équivalent, dans la pratique, à un nouveau colonialisme dans lequel "chaque aspect de ce modèle est contrôlé et déterminé par le riche donateur occidental".

Vous parlez de nouveau colonialisme à propos des politiques de contraception mises en place en Afrique, payées par des entreprises ou des gouvernements occidentaux. Pourquoi utilisez-vous ce terme ? Quel est le véritable objectif de ces politiques qui empêchent la naissance de tant de personnes ? 

- Le terme "néocolonialisme" désigne la réalité actuelle des mécanismes d'aide humanitaire qui sont entièrement contrôlés par les nations et organisations donatrices. 

Il est bien connu que la plupart des pays africains, en raison de leur dénuement socio-économique, bénéficient depuis des décennies de l'aide humanitaire et des fonds d'aide au développement. Cela a permis aux organisations donatrices occidentales de s'insérer en tant qu'acteurs et partenaires dans le soutien et le développement de l'Afrique. 

Le problème est que, ces dernières années, les donateurs africains sont arrivés avec un programme clair et établi sur l'idéologie et les vues et valeurs culturelles. 

L'une des premières grandes poussées a été celle de la contraception. 

Malgré le fait que les communautés africaines demandaient de l'aide principalement pour des besoins de base tels que la nourriture, l'eau potable et l'accès à l'éducation, les donateurs occidentaux en Afrique ont commencé à imposer d'énormes quantités de contraceptifs sur le continent.

Cela a impliqué une réorientation des fonds, voire le déblocage d'autres projets, afin de garantir le financement de la contraception et des programmes démographiques. 

Je parle de néocolonialisme car chaque aspect de ce modèle est contrôlé et déterminé par le riche donateur occidental. 

Quant à l'objectif de ces politiques visant à inonder les communautés africaines de contraceptifs, je crois qu'il s'agit d'une combinaison d'une tentative (par les puissances occidentales) de contrôler les populations africaines, ainsi que d'une tentative d'introduire une vision beaucoup plus "libérée" de la sexualité humaine. Une sorte de libéralisme sexuel qui érode la bienséance sexuelle dans toutes les strates des sociétés africaines. 

Aujourd'hui, nous sommes confrontés à des lois terribles qui encouragent la mort. Les États-Unis viennent d'abroger la Arrêt Roe v. Wade. Pour ceux qui ne savent pas ce qui se cache derrière ce changement de législation, que signifie le renversement de ce jugement et qu'est-ce que cela signifie pour la promotion d'une culture de la vie aux États-Unis et dans le monde ?

- Pour expliquer brièvement, Roe v Wade est la décision de la Cour suprême des États-Unis de 1973 qui a essentiellement légalisé l'avortement dans les 50 États américains. 

Depuis cette décision, plus de 60 millions de bébés prématurés ont été tués par avortement aux États-Unis, provoquant un changement significatif dans la société en raison des millions de femmes, d'hommes et aussi de familles qui ont été affectés. 

Pendant près de 50 ans, l'arrêt Roe v Wade n'avait jamais été fermement remis en question, jusqu'au 1er décembre 2021, date à laquelle une nouvelle affaire a été portée devant la Cour suprême des États-Unis : Dobbs v Jackson Women's Health Organization, une affaire qui a conduit avec succès à l'annulation de la décision Roe v Wade de 1973. 

Ce résultat contribue sans aucun doute à la promotion d'une véritable culture de la vie, car il renforce les efforts déployés par les partisans de la vie pour répondre aux besoins des femmes en crise et les aider. Il jette également les bases de la dénonciation des nombreuses facettes peu recommandables de l'industrie de l'avortement, telles que la facilitation des abus, les abus sexuels et l'exploitation des enfants non signalés, le prélèvement et la vente non éthiques d'organes fœtaux à des sociétés de recherche biologique, les avortements tardifs illégaux et toutes sortes de profits avides au sein de l'industrie de l'avortement.

L'annulation de Roe v Wade marque le début de la fin de l'avortement tel que nous le connaissons aux États-Unis et dans le monde. 

Dans votre célèbre lettre à Melinda Gates en 2012, vous avez souligné les besoins de l'Afrique : soins prénataux et postnataux, programmes d'alimentation, etc. et non les contraceptifs. Ces besoins ont-ils changé en Afrique ? Sont-ils plus ou moins importants ?

- Cela fait maintenant 10 ans que j'ai écrit ma lettre ouverte à Melinda Gates et, si l'on regarde en arrière, beaucoup de choses ont changé dans le monde. Mais ce qui n'a pas changé, ou qui est même devenu considérablement plus désespéré, c'est la nécessité de répondre aux besoins humains fondamentaux dans toute l'Afrique.

Les femmes continuent d'avoir besoin de soins prénatals et postnatals, l'Afrique restant le continent où le taux de mortalité maternelle est le plus élevé. Nous restons la région où l'accès à l'eau potable est le plus faible, nous restons la région où les taux de scolarisation sont les plus bas. 

Donc, plus que jamais, plus qu'en 2012, nous avons besoin d'une véritable aide au développement au lieu de contraceptifs et d'une éducation sexuelle graphique non sollicitée. 

De Culture de la vie AfriqueVous dénoncez que la culture de la mort commence à éroder des valeurs traditionnelles et très importantes en Afrique, comme la famille, l'arrivée des enfants ou le soin de la vie. Comment les nouvelles générations perçoivent-elles ces valeurs ?

- Comme dans la plupart des régions du monde, les cultures, les coutumes, les traditions, voire la langue, le patrimoine, les opinions et les valeurs sont transmis d'une génération à l'autre. Ce sont les anciennes générations qui essaient d'enseigner et d'inculquer les leçons les plus importantes aux jeunes générations. Les nations africaines en dépendent depuis des siècles.

Le problème de notre monde moderne est que le monde est devenu beaucoup plus petit, surtout pour les jeunes, sous l'influence puissante des médias.

Tout d'abord, les médias de divertissement qui ont été fortement influencés par l'Occident - films, musique, informations câblées des réseaux de télévision occidentaux les plus riches. La jeunesse africaine a commencé à consommer beaucoup plus de points de vue occidentaux que les précieuses leçons de leurs aînés. Ce phénomène s'est accentué de manière exponentielle avec l'introduction des médias sociaux.

Des centaines de millions de jeunes Africains sont accros aux médias sociaux, comme le sont les jeunes du monde entier, et la réalité est que les médias sociaux sont devenus un mécanisme de distribution de contenus idéologiques ciblés et sélectionnés directement dans les mains, les cœurs et les esprits de jeunes impressionnables. La jeunesse africaine n'a pas été épargnée.

La saleté les atteint et prend le pas sur leur capacité (dans de nombreux cas) à apprendre les leçons, les points de vue et les valeurs qui ont été transmis par les générations précédentes. 

Obianuju Ekeocha
Obianuju Ekeocha prend la parole à l'université de Georgetown ©CNS photo/Jaclyn Lippelmann, Catholic Standard

Vous êtes un Nigérian, un scientifique biomédical vivant au Royaume-Uni, vous connaissez les "deux côtés" de la planète. Que répondez-vous à ceux qui parlent de "manque de ressources" ou d'"avancées dans le droit de décider" et qui font pression pour des politiques anti-vie en Afrique ?

- Le problème le plus flagrant de l'Afrique n'est pas vraiment le "manque de ressources", mais la corruption profondément enracinée et le manque de transparence de la classe dirigeante. En effet, les nations africaines peuvent se targuer de disposer de riches réserves de matières premières, de métaux précieux, de pétrole et, surtout, de ressources humaines, car notre population est majoritairement jeune. 

Ce dont nous avons besoin en ce moment critique, ce n'est pas du droit de tuer nos bébés à naître, mais d'une révision très sérieuse de nos systèmes socio-économiques et de l'éducation de nos populations pour en faire des citoyens qui comprennent leur propre valeur et leur dignité au point d'exiger une meilleure gouvernance de la part de leurs dirigeants. Nous avons besoin de populations qui comprennent comment s'élever au plus haut niveau pour faire entendre leur propre voix aux niveaux local et national. Nous avons besoin d'une population beaucoup plus robuste, saine et autonome, qui soit fière des pays, des cultures, du patrimoine et des valeurs de l'Afrique. 

Comment pouvons-nous soutenir, à partir de chacun de nos lieux, la culture de la vie, dans nos lieux et en Afrique ?

- La première étape de la construction d'un culture de la vie n'importe où dans le monde est d'avoir la connaissance et la compréhension des luttes culturelles et idéologiques qui ont lieu partout dans le monde, à commencer par l'Occident. Nombreux sont ceux qui ne reconnaissent même pas qu'il existe un conflit réel sur des vérités aussi fondamentales que le caractère sacré de la vie humaine, le droit à la vie de chaque être humain, y compris ceux qui se trouvent dans l'utérus, une bataille féroce sur la compréhension de la sexualité humaine, la réalité biologique du sexe, les droits des parents, les rôles des parents, l'importance du mariage et de la famille, et la nécessité de protéger les enfants dans chaque société. 

Chacun d'entre eux représente un point de vigilance pour ceux qui veulent construire une véritable culture de la vie. 

Pour soutenir l'Afrique, voire la société elle-même, nous devons faire l'effort conscient de rechercher les bonnes organisations qui font le travail. Aidez ces organisations, car en réalité, les organisations pro-vie et les organisations pro-famille (par exemple) sont les organisations les plus réprimées et les plus faibles qui existent, dont les adversaires sont souvent des organisations gigantesques financées par le gouvernement. Davantage de personnes doivent soutenir les organisations qui osent défier les nouveaux mouvements culturels et idéologiques "progressistes". 

Les habitants des pays occidentaux devraient également s'opposer aux projets internationaux de leur gouvernement qui sont manifestement idéologiques. Insister pour que leur gouvernement soit plus à l'écoute des besoins des personnes qu'ils essaient d'aider. Il vaut mieux donner de l'eau potable à une communauté défavorisée que des lots de contraceptifs qui ne seront peut-être même pas utilisés (parce qu'ils n'ont jamais été demandés). Il est préférable de donner des livres aux enfants que des préservatifs. 

Il est temps d'écouter réellement et de découvrir ce qui compte le plus pour les communautés d'accueil.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.