Écologie intégrale

Fidele PodgaLire la suite : "L'éradication de la faim n'est pas une 'utopie'".

Le coordinateur du département d'études et de documentation de Manos Unidas souligne dans cet entretien avec Omnes que "la production agricole actuelle suffirait à nourrir près de deux fois la population mondiale".

Maria José Atienza-24 novembre 2022-Temps de lecture : 6 minutes
Distribution d'aide alimentaire

Des personnes font la queue lors d'une campagne de distribution de nourriture (Photo : CNS)

Il y a quelques semaines, nous avons célébré la Journée mondiale des pauvres et le 20 octobre, Manos Unidas a organisé une table ronde pour parler de la faim dans le monde. Fidele Podga, coordonnateur du département des études et de la documentation de l'Institut de recherche de l'Union européenne (IRU). Manos UnidasDans une interview accordée à Omnes, il s'est exprimé sur cette situation problématique qui se répand dans le monde entier. 

-Il y a quelques jours, Manos Unidas a expliqué lors d'une table ronde le problème actuel de l'accès à la nourriture pour plus de 800 millions de personnes. Quelles sont les caractéristiques de cette réalité, qui ne semble pas s'atténuer ? 

Selon le dernier rapport des Nations unies, environ 828 millions d'êtres humains souffrent encore de la faim dans le monde aujourd'hui. Il s'agit certainement d'une réalité complexe, difficile à délimiter complètement, qui prend des formes différentes selon les personnes, les époques et les lieux. Dans l'ensemble, nous dirions que :  

Fidele Podga (Photo : Manos Unidas)

La faim est un problème systémique, dont la caractéristique structurelle ressort indubitablement.. Il ne s'agit pas tant d'une erreur ou d'un dysfonctionnement du système que de quelque chose d'inhérent au système lui-même - notamment le système alimentaire actuel - organisé autour : la fragilité des États marquée par la corruption et les flux de fonds illicites ; le sous-investissement dans l'agriculture familiale durable pour les plus démunis ; la défense d'une économie de marché alimentaire qui met les ressources agricoles entre les mains des sociétés transnationales, pratique le dumping pour affaiblir les marchés locaux, bénéficie de subventions à l'exportation pour les produits agricoles des pays riches ou impose la suppression des droits de douane dans les pays en développement.

Aujourd'hui, la faim est également devenue contagieuse ; c'est un fléau héréditaire.. En effet, nous savons que les enfants sous-alimentés naissent et grandissent dans des familles sous-alimentées, des enfants handicapés mentaux et physiques qui deviendront plus tard des adultes sous-alimentés, donnant lieu à une nouvelle enfance sous-alimentée. Tout comme la richesse peut être héritée, la faim peut également être héritée, créant ainsi un autre cercle vicieux avec de graves conséquences pour les individus.

La faim a également une dimension cyclique. Ce sont surtout les populations rurales qui ont le plus de difficultés à se nourrir. Nous savons qu'ils dépendent encore d'une agriculture très vulnérable au changement climatique, qui est malheureusement souvent récurrent. Ainsi, lorsque les précipitations sont insuffisantes ou qu'il y a des inondations, il n'y a pas de récoltes, et s'il n'y a pas de récoltes, il y a la faim. Nous savons où ces phénomènes météorologiques indésirables se produisent avec une certaine régularité : Corridor sec d'Amérique centraleGuatemala, El Salvador, Honduras et Nicaragua ou le Sahel et la Corne de l'Afrique. Malheureusement, peu de choses sont faites pour garantir le droit à l'alimentation dans ces lieux.

La faim est également présentée comme un phénomène transversal.. Bien qu'elle soit certainement inégale, la faim touche tous les pays, en particulier leurs groupes les plus vulnérables. C'est pourquoi l'Agenda 2030 lui-même propose, sans exception, "d'ici à 2030, d'éliminer la faim et d'assurer l'accès de tous, en particulier des pauvres et des personnes en situation vulnérable, y compris les enfants de moins d'un an, à une alimentation sûre, nutritive et suffisante tout au long de l'année". 

La faim est également féminine, non seulement en tant que mot, mais aussi parce qu'elle a le visage d'une femme.. Ils mangent toujours en dernier, après s'être acquittés de leurs lourdes responsabilités en matière de soins aux champs, à la maison et à la famille. Près d'un tiers des femmes en âge de procréer dans le monde souffrent d'anémie, en partie due à des carences nutritionnelles. 

-On peut penser qu'il y a eu des guerres, des problèmes climatiques, etc. tout au long de l'histoire de l'humanité. Pourquoi ce problème alimentaire augmente-t-il et s'aggrave-t-il dans le monde ?  

Nous ne tomberons pas maintenant dans la témérité de dire que les guerres ou le changement climatique n'ont pas un impact réel et sérieux sur les chiffres de la faim.

Nous savons que dans de nombreux pays où des conflits ouverts ou latents perdurent (République démocratique du Congo, Afghanistan, Éthiopie, Soudan, Syrie, Nigeria, Yémen, Sud-Soudan, Pakistan ou Haïti, pour n'en citer que quelques-uns), la production alimentaire, la disponibilité et l'accès à la nourriture sont gravement compromis.

D'autre part, le changement climatique a sans doute un impact logique sur la sécurité alimentaire, notamment sur les rendements agricoles selon les régions et les types de cultures. Les phénomènes extrêmes, tels que les sécheresses, les inondations et les ouragans, ou la contamination de l'eau et des terres propices à l'agriculture, ont des conséquences sur la malnutrition. Mais il est clair que ces causes ne peuvent à elles seules justifier l'existence de 828 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde aujourd'hui.

Pour comprendre la progression et la gravité de ce fléau, il me semble essentiel de se pencher sur le système alimentaire mondial qui domine aujourd'hui. 

Il s'agit d'un système fondamentalement caractérisé par la marchandisation de la nourriture. Dans ce sens, le pape François a déclaré en juin 2016 à Rome, au siège du Programme alimentaire mondial : " Soyons clairs, le manque de nourriture n'est pas quelque chose de naturel, il n'est ni évident ni manifeste. Le fait qu'aujourd'hui, au XXIe siècle, de nombreuses personnes souffrent de ce fléau est dû à une répartition égoïste et médiocre des ressources, à une "marchandisation" de la nourriture. 

La forte augmentation de la faim est avant tout liée à l'existence d'un groupe restreint de grandes entreprises qui contrôlent l'ensemble de la chaîne alimentaire mondiale et font de gros bénéfices sur la vente d'intrants agricoles tels que les semences, les engrais chimiques et les produits phytosanitaires ; Ils s'enrichissent le plus possible grâce à la production agricole, en partie pour le bétail et les carburants, basée sur la surexploitation des ressources naturelles, l'accaparement des terres et l'utilisation d'une main-d'œuvre bon marché ; ils contrôlent les marchés mondiaux, avec des systèmes de contrôle des prix, des mécanismes spéculatifs ou des techniques de dumping ; ils bénéficient d'une grande capacité financière à la fois par le biais de subventions et de divers fonds d'investissement. 

Dans ce contexte, les petits agriculteurs des zones rurales, pris dans le cercle vicieux de l'agriculture d'exportation, sont pratiquement condamnés à la famine. Exclus du système, ils ne peuvent pas faire grand-chose pour vivre dignement dans les marchés mondiaux ainsi conçus. 

Le problème pointé du doigt par Manos Unidas n'est pas le manque de nourriture mais le manque d'accès et de distribution de la nourriture. Alors, existe-t-il un véritable engagement social et politique pour éradiquer la faim ?

Il existe encore des secteurs importants qui établissent un lien entre la faim et la nécessité d'augmenter la production agricole mondiale. Mais les preuves le démentent. La production agricole actuelle suffirait à nourrir près de deux fois la population mondiale. Cependant, en plus de nourrir les voitures et le bétail, nous avons des stocks pleins et jetons un tiers de la production. Le problème n'est donc pas celui de la production mais celui de l'accès et de la distribution ; et dans ces domaines, il y a un manque évident d'engagement social et de volonté politique. 

Il est clair que si la société civile - surtout dans le Nord - réduisait, par exemple, sa surconsommation de viande bovine, ce simple fait aurait un impact majeur sur le système alimentaire dominant actuel, à la fois en termes de réduction de la pollution et d'augmentation des terres agricoles disponibles pour les communautés les plus affamées du Sud. De même, un plus grand plaidoyer de la société civile du Nord pourrait empêcher l'inaction de la classe politique nationale et internationale sur des questions telles que la corruption et les flux financiers illicites, l'équité des accords de libre-échange, la question de la diligence raisonnable pour les multinationales, le contrôle des monopoles et des mécanismes de spéculation, les prix minimums pour les exportations agricoles, les subventions à l'agriculture familiale, etc.      

Certains diront que "mettre fin à la faim dans le monde est une utopie", mais est-ce bien le cas ? Comment commencer à éradiquer cette terrible inégalité ? 

La faim est en effet un fléau très complexe qui détruit les possibilités d'une vie digne pour des millions d'êtres humains sur notre planète. Mais l'éradication de la faim n'est pas une "utopie". C'est possible. En 2015, en parlant de l'Agenda 2030, et plus précisément de l'ODD2, le secrétaire général des Nations unies de l'époque, Ban Ki-moon, a déclaré : "Nous pouvons être la première génération à mettre fin à la pauvreté". 

Techniquement, il est possible d'éliminer la faim. Sur le plan politique, il existe une feuille de route, l'Agenda 2030, qui pourrait être utile. Mais il manque un sens de la justice et de l'égalité, ainsi qu'un courage sociopolitique suffisant, pour s'opposer à ceux qui considèrent toujours la nourriture comme un actif financier comme un autre et qui ont conçu un système alimentaire mondial dans ce but. 

Il n'y a pas de solution miracle pour éliminer la faim. Mais nous pourrions aborder ce grand défi depuis L'éducation au développement comme un espace pour transmettre à la société notre conviction que la faim est une atteinte à la dignité de tout être humain, et pour proposer des modes de vie solidaires et de consommation responsable, capables de faire face à ce fléau.

De même, la lutte contre la faim exige aujourd'hui un engagement ferme en faveur de l'agroécologie dans le cadre de l'agriculture familiale qui, en plus d'être un modèle qui place la production d'aliments entre les mains des petits agriculteurs eux-mêmes, est un moyen de conserver la nature, de promouvoir une économie locale et solidaire, de maintenir les cultures et les régimes alimentaires autochtones et de renforcer les liens communautaires au sein des différents territoires.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.