Évangélisation

Sœur Roberta TremarelliLes missions nous font sortir de l'individualisme pour vivre pleinement notre condition de baptisé".

Sœur Roberta Tremarelli, SSMC, secrétaire générale de l'Enfance Missionnaire de Rome affirme que "le monde missionnaire d'aujourd'hui montre l'universalité de l'Église, l'ouverture et l'accueil, la circularité de la solidarité dans la prière et la charité".

Giovanni Tridente-22 juillet 2022-Temps de lecture : 6 minutes
missions roberta tremarelli

Photo : Sœur Roberta Tremarelli ©OMP Espagne

Dans cet entretien avec Omnes, Sœur Roberta Tremarelli, SSMC, secrétaire générale de l'Œuvre de la Sainte-Enfance à Rome, raconte le passé et le présent d'une organisation dont les missions sont centrées sur les enfants, un avertissement pour tous les baptisés.

Sœur Roberta, dans le vaste éventail des œuvres missionnaires de l'Église, il y en a une qui n'est peut-être pas très connue mais qui a des racines très intéressantes qui remontent à l'évangélisation de la Chine dès le milieu du XIXe siècle, l'Œuvre de la Sainte Enfance. Comment est né ce grand projet d'évangélisation ?

- L'époque propice à la fondation de l'Œuvre de la Sainte-Enfance fut celle du Pape Grégoire XVI, ancien Préfet de la Congrégation de la Propaganda Fide, durant le pontificat duquel naquirent de nombreuses congrégations sacerdotales et congrégations missionnaires féminines ad gentes, ainsi que de nombreuses associations laïques, parmi lesquelles l'Œuvre de la Propagation de la Foi de la Sainte-Enfance. Pauline Jaricot.

L'Oeuvre de la Sainte-Enfance est née en France le 19 mai 1843, après une longue période de réflexion au cours de laquelle le fondateur, Charles de Forbin-Janson, s'est préoccupé et intéressé au salut des enfants chinois destinés, par pauvreté et ignorance, à mourir sans être baptisés.

Le souhait du fondateur était de partir comme missionnaire en Chine, mais il n'en a jamais eu l'occasion. Il a ainsi continué à nourrir sa passion missionnaire à travers les témoignages et les lettres qu'il recevait de missionnaires français partis en Chine.

Quelles étaient les nouvelles qui arrivaient ?

- Grâce à eux, il a appris à connaître les conditions de vie des enfants issus de familles pauvres ou défavorisées. Les bébés, dès leur naissance, étaient éliminés, surtout s'il s'agissait de filles et s'ils avaient des défauts. Les missionnaires ont demandé de l'aide pour les sauver, les accueillir dans les missions où ils ont été baptisés et éduqués en tant que chrétiens. L'évêque a pris le problème au sérieux et a commencé à sensibiliser la population.

Nous pouvons imaginer que ce n'était pas une chose facile à faire.....

- Dès le début, Forbin-Janson a eu beaucoup de difficultés à faire accepter l'idée de créer une nouvelle Œuvre Missionnaire, car il y avait de nombreuses fondations d'Instituts Missionnaires en cours en France, et celle de Forbin-Janson pouvait paraître en concurrence.

Les membres de l'Œuvre de la Propagation de la Foi eux-mêmes se sont sérieusement opposés à la proposition de l'évêque. Mais la nouveauté de l'institution s'adressant directement aux enfants pour les enfants a permis de surmonter toute perplexité. La Chine semblant trop lointaine pour les adultes, l'évêque a attiré l'attention des enfants sur la situation des enfants chinois et leur a demandé leur volonté d'aider l'Église à sauver les petits qui meurent sans avoir été baptisés avec deux engagements simples : un Ave Maria par jour et un centime par mois. Les enfants ont accepté et, à travers la prière, les sacrifices et les gestes de solidarité, ont commencé une course de fraternité universelle qui continue aujourd'hui à sauver des enfants sur tous les continents.

Quels étaient les objectifs de ce travail ?

- Les objectifs de l'Oeuvre sont immédiatement clairs pour le Fondateur et ses collaborateurs : sauver une multitude d'enfants de la mort et ouvrir le ciel au plus grand nombre possible d'enfants par le baptême ; faire de ces enfants un instrument de salut en tant qu'enseignants, catéchistes, médecins, prêtres, missionnaires. Le travail missionnaire des enfants n'était pas à sens unique ; aux prières, aux sacrifices et à la volonté des enfants européens répondaient les prières, les sacrifices, la joie et parfois le témoignage du martyre des enfants chinois.

Et quel est l'élément caractéristique ?

- L'élément caractéristique est la participation active des enfants et des jeunes à l'œuvre d'évangélisation de l'Église. Le Fondateur donne aux enfants le rôle de protagonistes missionnaires dans l'histoire du salut.

Pour la première fois, les petits sont actifs dans l'Église en tant qu'acteurs pastoraux et s'inscrivent rapidement dans le courant universel de solidarité : une véritable coopération spirituelle et matérielle entre les Églises, réalisée par les enfants, pour la sanctification et le salut, est mise en marche.

Comment se propage-t-elle dans le monde d'aujourd'hui ?

- Aujourd'hui, l'Oeuvre de la Sainte Enfance ou Enfance Missionnaire est répandue dans plus de 120 pays du monde et la devise initiale "les enfants aidant les enfants" s'est enrichie "les enfants évangélisant les enfants, les enfants priant pour les enfants, les enfants aidant les enfants dans le monde entier".

Fidèle au charisme initial et au désir du fondateur, elle continue de viser à aider les enfants à développer un esprit missionnaire et un leadership missionnaire, à les encourager à partager leur foi et leurs moyens matériels, et à promouvoir, encourager et soutenir les vocations missionnaires ad gentes. C'est un instrument de croissance dans la foi, également dans une perspective vocationnelle. Elle est organisée différemment en fonction du contexte local. Prière, offrande et sacrifice sont les trois mots clés de toute Œuvre Pontificale Missionnaire et aussi de la Sainte Enfance, auxquels s'ajoute le témoignage, essentiel à la foi chrétienne.

Le 3 mai 1922, le pape Pie XI, conscient de la grande contribution que l'Œuvre avait apportée aux missions en quelque quatre-vingts ans, la fit sienne en la reconnaissant comme pontificale. Le 4 décembre 1950, le pape Pie XII a institué la Journée mondiale de l'enfance, déclarant le jour de l'Épiphanie comme date de célébration, mais laissant à chaque nation la liberté d'adapter la date aux besoins locaux.

Vous en êtes le secrétaire général en 2017. Comment le monde des missions en général et de la garde d'enfants en particulier a-t-il évolué ces dernières années, qui ont été marquées par plus d'une "urgence" ?

- Je pense qu'aujourd'hui, de plus en plus de tentatives sont faites pour promouvoir la conscience et la responsabilité missionnaires dès le plus jeune âge.

Il y a encore ceux qui, lorsqu'ils parlent de mission et de missionnaires, pensent au prêtre à longue barbe qui quitte son pays et part au loin pour annoncer l'Évangile et aider les autres peuples et qui ne revient jamais.

Il y a encore beaucoup de missionnaires ad gentes, comme je l'ai signalé, mais il existe aussi de nombreuses réalités missionnaires engagées dans l'annonce et la coopération missionnaires dans leur contexte local, pour encourager les chrétiens à vivre selon la nature missionnaire qui découle du baptême.

Entre autres, il n'y a plus de pays qui reçoivent et d'autres qui donnent, non seulement une aide financière mais aussi une présence humaine prioritaire. Le monde missionnaire d'aujourd'hui, si nous le regardons attentivement, nous montre l'universalité de l'Église, l'ouverture et l'accueil, la circularité de la solidarité dans la prière et la charité. Des éléments que nous n'avons pas encore réellement intériorisés pour les vivre en plénitude et en profondeur.

En outre, il y a de nombreux prêtres et laïcs fidei donum en mission, non seulement des pays d'Europe, mais de tous les continents ; des diocèses qui organisent des expériences missionnaires à l'étranger pour les jeunes.

Chaque proposition doit contribuer à ouvrir nos cœurs, nos esprits et nos yeux, en nous aidant à sortir de notre enfermement limité. Espérons-le.

Le 22 mai, Pauline Jaricot, fondatrice de l'Œuvre de la Propagation de la Foi, a été béatifiée à Lyon. Laïque fidèle qui a mis toute sa vie au service des missions, quels enseignements la nouvelle bienheureuse transmet-elle aux laïcs d'aujourd'hui ?

- Pauline Jaricot était une femme passionnée par Jésus et les missions, attentive aux besoins des autres, à la réalité sociale du monde qui l'entourait, et disponible à l'Esprit Saint par une prière fidèle et persévérante. Elle vivait les pieds sur terre et le cœur tourné vers Dieu. Beaucoup la décrivent comme une mystique en action. Elle désirait aimer Dieu et le faire aimer de tous les hommes et de toutes les femmes. Elle a nourri sa passion et son engagement missionnaire dans l'Eucharistie et avec des sacrifices.

Sa vie est une invitation à tous les laïcs, hommes et femmes, à cultiver une relation avec le Seigneur afin de servir l'Église et dans l'Église. Sa créativité dans le soutien aux missions nous incite à profiter des outils dont nous disposons, mais aussi à aller plus loin en proposant les hautes valeurs de l'Évangile sans craindre d'être laissés seuls. Pauline est morte pauvre et seule, mais dans son cœur, elle avait la joie que seul Dieu peut donner.

Cette année marque également le 400e anniversaire de la Congrégation De Propaganda Fide, aujourd'hui le Dicastère pour l'évangélisation. Comment rendre la "passion" et l'engagement pour l'évangélisation captivants dans notre monde individualisé et quelque peu "ennuyeux" ?

- Je dirais que la réponse est déjà dans la question : la passion et l'engagement missionnaire aident à sortir de l'individualisme et de l'égoïsme, à découvrir que nous appartenons à un seul monde.

J'invite donc tous les passionnés de mission à réintroduire, avec ferveur, l'animation missionnaire et l'information missionnaire, bien faite et dans le respect de la dignité. La passion est animée par ces deux éléments, soutenus par le témoignage de vie de ceux qui les mettent en œuvre, en utilisant un langage inclusif et accueillant.

C'est à chacun de nous, femmes consacrées, prêtres, laïcs, de sortir, comme le dit le pape François, non pas tant pour nous faire connaître et promouvoir nos initiatives limitées, mais pour annoncer le salut du Christ.

Quels sont les projets auxquels vous participez actuellement en tant que missionnaire de l'enfance ?

- Les projets soutenus par le Fonds de Solidarité Universelle (la grande tirelire alimentée par les enfants et les jeunes missionnaires du monde entier) de l'Œuvre de la Sainte-Enfance sont variés et en faveur d'églises particulières d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et de certaines d'Amérique latine, les fameux "territoires de mission". L'année dernière, plus de 15 millions de dollars de subventions ont été approuvés pour les enfants et les jeunes jusqu'à l'âge de 14 ans, répartis entre les catégories de projets suivantes :

- Pastorale ordinaire, 16%.

- Formation et animation missionnaire, 16%.

- Enseignement scolaire, 45%.

- Protection de la vie, 23%.

Voulez-vous lancer un appel à nos lecteurs ?

-Oui, bien sûr ! Plus qu'un appel, une invitation à visiter le site Internet des Œuvres Pontificales Missionnaires, Secrétariats Internationaux, www.ppoomm.va découvrir et approfondir la réalité de la PMS, que tout chrétien devrait connaître et promouvoir, afin de nourrir sa spiritualité missionnaire.

En outre, pour ceux qui travaillent avec les enfants et les jeunes, partager le charisme de l'Œuvre de la Sainte Enfance et les différentes propositions, au niveau national et international, pour les impliquer dans ce réseau mondial de prière et de charité au service du Pape.

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.