Évangélisation

Expérience dans l'aumônerie de l'université Complutense de Madrid

Des années d'études en période de turbulence à l'aumônier de son ancienne faculté. L'auteur exerce son ministère auprès des jeunes universitaires depuis 2009, et nous raconte son expérience d'aumônier à l'Université Complutense de Madrid.

Hilario Mendo-27 mars 2018-Temps de lecture : 5 minutes

Dans le hall de la faculté, bondé d'étudiants sous une grêle de tracts, deux étudiants universitaires de factions politiques opposées se sont affrontés. En l'espace de quelques instants, celui qui a porté le coup a été rapidement emporté par plusieurs camarades, et une traînée de sang symbolise les divisions amères du moment. C'était dans les années 1960, et c'est l'un de mes souvenirs de ma période étudiante qui, hormis ces épisodes, a été une période aimable.

Les années ont passé. J'ai changé de ville et de métier. Puis est venu l'appel au sacerdoce et j'ai consacré une bonne partie de mon temps à la pastorale universitaire dans les collèges. Malgré cela, j'ai gardé une certaine nostalgie de mes années à Complutense. Le pluralisme intellectuel et social est toujours un appel au dialogue sincère ; et, pour un chrétien, c'est aussi un défi d'offrir pacifiquement et avec bienveillance les richesses de sa foi. C'est pourquoi j'ai été très surpris lorsqu'on m'a proposé de devenir l'aumônier de mon ancienne faculté, et j'ai accepté avec enthousiasme.

Collecteur de e-mails

La faculté dispose d'une grande chapelle, qui facilite le recueillement, bien située à côté de la librairie de la faculté. Il m'a semblé que l'essentiel, à ces débuts, à part prier, était de rencontrer des gens et de me faire connaître. La porte de mon bureau ouverte, j'abordais poliment les personnes qui entraient dans la chapelle, suivant le conseil d'un autre aumônier de l'université : devenir un "collectionneur de". e-mails". En même temps que j'offrais ma carte avec l'horaire de l'aumônerie, je demandais à mes interlocuteurs leur adresse e-mail, et aujourd'hui j'en ai plusieurs centaines. Cela m'a permis de communiquer numériquement les activités à un grand nombre d'enseignants et d'étudiants, de recevoir leurs questions ou leurs mots d'encouragement, ainsi que de distribuer des textes utiles et de rester en contact.

J'ai également pensé à la façon dont je pourrais commenter la Parole de Dieu à qui voudrait m'écouter, et à la façon dont nous pourrions prier ensemble. Une courte homélie quotidienne, tweet-homilyLe premier objectif est partiellement rempli. Pour atteindre le second, j'ai annoncé 15 minutes par jour de méditation sur l'Évangile. Je commençais la prière et les participants occupaient les bancs voisins : c'était ma prière à haute voix, j'essayais de décortiquer le texte sacré et de proposer des applications pratiques qui aideraient à imiter Jésus-Christ dans la vie quotidienne. Peu de personnes y ont assisté, mais c'était une semence de prière qui a porté ses fruits.

Le sujet le plus important

La confession devait être facilitée, alors sur ma carte, j'ai écrit : "Confessions, à tout moment", que j'ai imprimé en gros caractères sur une feuille de papier que j'ai placée à l'entrée de la chapelle.

Cette question m'a apporté beaucoup de joie au fil des ans. Il existe un goutte à goutte Le bruit s'est peut-être répandu qu'en droit il y a un prêtre qui se confesse tous les soirs, "à n'importe quelle heure". Il faut parfois aider les jeunes à comprendre que, outre l'échange d'impressions et de conseils, nous avons surtout besoin de la grâce du sacrement.

Chaque année, au début de l'année scolaire, je place une affiche invitant les gens à recevoir le sacrement de la confirmation. J'offre un cours hebdomadaire d'une heure sur la doctrine chrétienne, en suivant le schéma de l'étude de l'Église catholique. Catéchisme de l'Église catholique. En plus des confirmands, d'autres personnes intéressées y assistent ; je m'entretiens périodiquement avec elles pour m'assurer, dans la mesure du possible, qu'elles assimilent les cours et que la doctrine imprègne leur vie personnelle.

Un sujet qui est toujours présent dans les conversations personnelles est la vie de prière. Pour faciliter cela, nous avons une retraite mensuelle, qui est très courte, car il s'agit de profiter d'une heure au milieu de la journée où il n'y a pas de cours à la faculté. J'expose le Saint Sacrement dans l'ostensoir, et à la fin il y a une bénédiction. Entre les deux, une lecture spirituelle avec un texte choisi ; un temps de prière ; quelques feuilles de papier avec des questions, afin que chaque participant puisse faire son examen personnel. Dans les brefs intervalles, quelqu'un va se confesser, ou nous nous retrouvons pour une conversation tranquille un autre jour.

Le site café théologique et le Youcat

Après avoir lancé les activités de base, je me suis demandé ce que je pouvais faire pour faciliter la formation doctrinale. J'ai commencé à remettre en état la petite bibliothèque de livres doctrinaux et spirituels, située dans l'antéchapelle. Mais il fallait faire quelque chose de plus. J'ai organisé un café théologiqueLe premier du genre, destiné aux enseignants : une réunion régulière sur un sujet pertinent, un invité prestigieux qui s'exprime brièvement, et des tasses de café fumantes. C'était une bonne expérience, qui m'a permis de nouer des relations avec une poignée d'enseignants. Dans le même ordre d'idées, j'ai organisé des entretiens similaires pour les étudiants.

D'autre part, la Providence m'a apporté une expérience efficace. Un couple d'élèves est venu me voir pour m'expliquer qu'ils avaient formé un groupe de YoucatIls avaient un catéchisme de l'Église catholique pour les jeunes, et ils se réunissaient le dimanche après-midi avec d'autres amis, dans la maison de l'un d'eux. Mais il y avait un problème : ils avaient des questions auxquelles aucun d'entre eux ne savait répondre, et ils se disputaient sans rien clarifier. Ils ont donc décidé d'inviter un prêtre, ou quelqu'un de bien préparé, à assister aux réunions et à les confirmer dans la doctrine chrétienne correcte. J'ai été ravi d'accepter cette invitation.

Pendant quelques cours, nous avons eu ces sessions. Je les laissais s'engager dans un dialogue animé, cherchant l'interprétation - ou l'application à la vie quotidienne - de ce qu'ils lisaient : et à la fin de chaque sujet, je clarifiais les doutes, ou confirmais et développais leurs conclusions.

Le bouillonnement chrétien dans le monde universitaire

Les projets ne manquent pas pour la nouvelle année scolaire. Nous proposons maintenant : d'encourager une plus grande adoration de l'Eucharistie, avec une exposition fréquente du Saint-Sacrement ; de commencer un autre travail volontaire, avec les réfugiés ; de promouvoir une neuvaine en préparation de la solennité de l'Immaculée Conception ; d'organiser des visites artistiques et des excursions pour être plus en contact avec la nature ; de faciliter le prêt de livres...

Grâce à Dieu, un grand groupe s'est formé autour de l'aumônerie - ils sont déjà une cinquantaine - de garçons et de filles de différentes facultés, avec un grand désir de prier, de se former de manière chrétienne... et de passer un bon moment. Nous avons une réunion hebdomadaire, à midi, qui comporte trois parties : je leur donne un résumé d'une question doctrinale ou anthropologique d'actualité ; il y a un temps de conversation où ils partagent ou commentent des expériences intéressantes, et des plans sont établis pour la semaine suivante ; enfin, nous passons à la chapelle adjacente, où je dirige un temps de prière à voix haute. Ils coordonnent eux-mêmes un service bénévole hebdomadaire auprès des malades d'un hôpital voisin ; les café philosophique mensuels pour les étudiants universitaires, dans un bar spacieux et autour d'un thème préétabli ; des événements culturels ou sportifs ; la collecte et la distribution de vêtements chauds aux sans-abri, juste avant Noël... Et nous fêtons les anniversaires et les saints.

Amitié

Si nous devions résumer tout cela en un mot, ce serait AMITIÉ : avec Dieu et avec les autres ; et cela implique l'engagement d'offrir à nos amis cet horizon. Nous ne voulons pas être un groupe fermé, mais un levain chrétien au milieu de la masse des étudiants universitaires de Madrid. Nous avons un nom provisoire, quelque peu provocateur : Grupo universitario CO.CA (COmpañeros del CAmpus). Depuis quelque temps déjà, nous sommes présents dans facebook e Instagram et la page whatsapp Le groupe facilite les contacts quotidiens, les demandes de prière pour les maladies ou les examens à venir, etc.

Le week-end dernier, plusieurs membres du groupe nous ont accueillis avec leurs photos de Fatima ; et l'une de nos filles a grimpé jusqu'à l'étage de l'hôtel. whatsapp sa photo paradant dans la récente Semaine de la mode à Madridle plus grand événement de haute couture de la capitale. Nous avons été ravis d'être présents, en même temps, à un sanctuaire marial et à un défilé des vêtements les plus à la mode. cool. Prière intense, avant-garde professionnelle et esthétique : cela me semble un bon symbole du travail d'un aumônier universitaire, ouvert au monde des jeunes, et convaincu de la beauté et de la force de la proposition chrétienne.

L'auteurHilario Mendo

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.