Écologie intégrale

Emmanuel LuyirikaLire la suite : "L'Afrique rejette l'euthanasie. L'accent est mis sur les soins palliatifs".

"Tant en Afrique au niveau mondial que dans chaque pays, l'euthanasie a été rejetée de façon catégorique. L'objectif est de rendre les soins palliatifs accessibles à la population, et le principal défi est l'accès aux médicaments essentiels", a déclaré le médecin ougandais Emmanuel B.K. Luyirika, directeur de l'Association africaine de soins palliatifs (APCA), qui a été dans le Fondation Ramón Areces.

Francisco Otamendi-8 août 2022-Temps de lecture : 5 minutes

Photo : Emmanuel Luyirika

Les opioïdes tels que la morphine "ne sont pas suffisamment accessibles", déclare le Dr Emmanuel Luyirika à Omnes. "Même dans les pays qui ont fait le plus de progrès en matière de soins palliatifs. L'accès aux médicaments reste l'un des plus grands défis en Afrique. Nous nous efforçons d'engager les gouvernements sur cette question.

"Nous pensons que si les soins palliatifs sont accessibles et que les besoins du patient sont satisfaits, la question de l'euthanasie ne se posera pas. Il n'y a pas de grand débat social sur cette question [l'euthanasie] en Afrique ; peut-être un petit débat en Afrique du Sud, mais pas au-delà", ajoute-t-il.

Dr. Emmanuel Luyirika a participé à la symposium conférence internationale intitulée "Global Palliative Care : Challenges and Expectations", parrainée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et organisée par la Fondation Ramón Areces et le Centre de recherche sur les soins palliatifs. Observatoire Global Palliative Care Atlantes, de l'Institut de la culture et de la société de l'Université d'Ottawa. Université de Navarre, qui a été désigné comme nouveau centre collaborateur de l'OMS pour l'évaluation du développement mondial des soins palliatifs.

Des intervenants de l'OMS, de l'Association africaine de soins palliatifs et de l'Association internationale de soins palliatifs, ainsi que du M.D. Anderson Cancer Center (États-Unis) et de l'Hospice Buen Samaritano (Argentine) ont participé au symposium. 

La réunion a été présentée par Raimundo Pérez-Hernández y Torra, directeur de la Fondation Ramón Areces ; Marie-Charlotte Bouësseau, chef d'équipe au département des services de santé intégrés du siège de l'Organisation mondiale de la santé (Genève) ; Joaquim Julià Torras, vice-président de la Société espagnole de soins palliatifs (SECPAL) ; et Paloma Grau, vice-recteur à la recherche et au développement durable de l'Université de Navarre.

Un besoin accru de palliatifs

La question préoccupe de plus en plus les spécialistes car, comme l'a souligné le symposium, le nombre de personnes ayant besoin de soins palliatifs est de près de 10 millions. sera doublé en 2060 : de 26 millions à 48 millions dans le monde, comme cela a été le cas dans le passé. reporting Omnes. En raison du type de maladies qui surviennent, jusqu'à la moitié des personnes dans le monde auront besoin d'une aide en matière de soins palliatifs pour des conditions graves et de fin de vie. 

Aujourd'hui, on estime que sur les plus de 50 millions de personnes ayant besoin de soins palliatifs chaque année, 78 % vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, alors que seulement 39 % des pays font état d'une large disponibilité des soins palliatifs.

L'événement a été une nouvelle occasion de promouvoir les soins palliatifs, de discuter des défis auxquels ils sont confrontés dans le monde et de réitérer l'engagement de l'OMS en faveur des soins palliatifs, en profitant de la publication de l'ouvrage intitulé rapport 'Assessing the development of palliative care worldwide : a set of actionable indicators", préparé conjointement avec Atlantes.

Le site Dr. Emmanuel Luyirika réponses Omnes sur les soins palliatifs en Afrique.

Comment les soins palliatifs se développent-ils en Afrique et quels sont les pays qui sont à la pointe de ce développement ?

- Les pays les plus avancés dans le développement des soins palliatifs en Afrique sont pour la plupart situés en Afrique de l'Est et en Afrique australe, notamment en Afrique du Sud, en Ouganda, au Malawi, au Kenya et au Zimbabwe. Les pays à la traîne de cette évolution sont les pays d'Afrique centrale, en particulier les pays francophones. Il faut faire davantage pour les associer au développement des soins palliatifs. Cependant, même dans les pays les plus avancés, beaucoup de travail reste à faire. 

Quels sont les défis pour les pays qui se trouvent à la fin de cette évolution ?

- Le principal défi est l'accès aux médicaments essentiels pour les soins palliatifs. Ce défi est double. D'une part, il existe des réglementations et des restrictions sur l'accès à ces médicaments, et d'autre part, il y a aussi le manque de ressources pour les acheter. L'autre défi majeur est le manque de personnel qualifié pour administrer les soins palliatifs. De même, les outils permettant de recueillir des données sur les patients en soins palliatifs font également défaut. Bien entendu, le manque de financement des soins palliatifs est l'une des principales difficultés, de même que l'absence de directives ou de politiques qui en tiennent compte. 

Dans ces pays, les soins palliatifs sont-ils financés par le gouvernement ou par les individus et les familles ?

- Dans la plupart des pays, il existe une partie financée par le gouvernement. En Ouganda, par exemple, le gouvernement finance toute la morphine dont les patients en soins palliatifs ont besoin, de sorte que les individus n'ont pas à payer de leur poche pour ce médicament. La morphine est accessible gratuitement en cas de besoin, que vous soyez dans un établissement médical public ou privé, mais cela n'est pas possible dans d'autres pays. 

Au Botswana, le gouvernement finance les soins palliatifs dans les établissements publics et privés. Le gouvernement sud-africain fournit des ressources aux organisations caritatives pour la mise en œuvre des soins palliatifs. Ces pays montrent la voie à suivre à cet égard, tout comme le Rwanda, dont la sécurité sanitaire nationale permet l'accès aux soins palliatifs. Il convient également de souligner le travail du Malawi, qui fait de gros efforts et est bien placé dans les derniers classements mondiaux. 

Les opiacés tels que la morphine sont-ils accessibles en Afrique ? 

- Ils ne sont pas suffisamment accessibles. Même dans les pays qui ont fait le plus de progrès en matière de soins palliatifs. L'accès aux médicaments reste l'un des plus grands défis en Afrique. Nous travaillons à engager le gouvernement sur cette question. C'est un problème qui ne relève pas d'un seul facteur. Il existe de nombreux facteurs. Nous devons sensibiliser les politiciens et les personnes qui conçoivent les réglementations, sensibiliser les centres de santé, les patients... mais nous devons aussi obtenir l'argent nécessaire pour créer des systèmes permettant d'administrer ces médicaments. 

Quel type de problèmes présente le patient nécessitant des soins palliatifs en Afrique ?

- Le patient qui a besoin de soins palliatifs en Afrique est un patient atteint d'un cancer, mais il peut aussi s'agir d'un patient atteint du VIH, ou de maladies tropicales... ou d'une insuffisance rénale ou cardiaque due à une infection ou à un autre type de maladie. Il peut également y avoir des patients atteints de maladies génétiques. Le profil est très varié. 

Après Covid-19, comment voyez-vous l'avenir des soins palliatifs en Afrique ??

- L'avenir des soins palliatifs après Covid-19 doit reposer sur la technologie, sur la possibilité d'accéder aux services par le biais de la technologie. Le téléphone portable, largement utilisé en Afrique, est en train de devenir une plateforme permettant aux patients d'entrer en contact avec les professionnels de la santé. Il est également important de former le personnel aux soins palliatifs ; il est également important de former le personnel des unités de soins intensifs afin qu'il sache quand orienter un patient vers les soins palliatifs. L'avenir des soins palliatifs passe également par leur intégration dans le système de santé, plutôt que de les laisser dans des centres isolés. 

Y a-t-il des pays africains qui ont approuvé l'euthanasie ?

- Non, l'euthanasie a été massivement rejetée en Afrique. Tant en Afrique dans son ensemble que dans chaque pays. L'accent est mis sur l'accessibilité des soins palliatifs à la population : nous pensons que si les soins palliatifs sont accessibles et que les besoins du patient sont satisfaits, la question de l'euthanasie ne se posera pas. Il n'y a pas de grand débat social sur cette question en Afrique ; peut-être un petit débat en Afrique du Sud, mais pas au-delà. 

Ceci conclut l'entretien avec le Dr. Luyirika. Un autre intervenant du symposium international, Matías Najún, chef du service de soins complets (palliatifs) de l'hôpital universitaire Austral et cofondateur et actuel président de l'Hospice Buen Samaritano (Argentine), a souligné que "la recherche montre que la pauvreté réduit l'accès aux soins palliatifs, qui sont à leur tour une denrée très rare dans le monde".

Selon lui, "dans nos systèmes de santé, qui sont conçus pour l'aigu ou axés sur les spécialités, les patients palliatifs sont évités, mais s'ils sont aussi pauvres, ils deviennent presque invisibles", a-t-il déploré. Dans ces cas, où "la complexité de la vie est beaucoup plus grande que la maladie", il a appelé à "être créatif pour les rendre visibles, en fournissant des soins accessibles et adaptés à ces patients", car "au-delà de la réalité sociale, lorsque quelqu'un souffre, la grande pauvreté n'est pas seulement une question économique ; le manque de soins qui rendent la vie digne à ce moment-là est également une préoccupation", a-t-il souligné.

L'auteurFrancisco Otamendi

En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.