Articles

Les 95 thèses de Wittenberg. Au début de la Réforme luthérienne

En octobre 1517, Martin Luther dépose ses célèbres thèses de Wittenberg et entame sa réforme. Cet article clôt le 500e anniversaire et complète le dossier consacré au sujet dans le numéro d'avril.  

Alfred Sonnenfeld-16 octobre 2017-Temps de lecture : 6 minutes
Place de l'hôtel de ville de Wittenberg.

Il y a 500 ans, le 31 octobre 1517, Luther publiait 95 thèses dans la ville de Wittenberg, qui est aussi appelée aujourd'hui "la ville de Luther" (Lutherstadt). Le jeune professeur d'université voulait ainsi inviter à une discussion scientifique sur les indulgences, comme il était d'usage à son époque, mais aussi opposer des points de la doctrine catholique.

Comment se sauver ?

En entrant dans l'église de Wittenberg, quelques mots nous rappellent le message central de Luther : ".....".Le salut ne se mérite pas, ni par les œuvres, ni par les sacrements, ni par les indulgences. Les croyants ne sont sauvés que par la grâce divine. Personne ne peut servir de médiateur entre Dieu et les hommes, ni le pape ni l'Église.". Comment Luther est-il parvenu à cette déclaration, qui résume sa doctrine ?Nous sommes de la pure matière. C'est Dieu qui est responsable de la forme ; tout en nous est travaillé par Dieu.". Cette affirmation, centrale dans sa théologie, a grandi en lui depuis ses premiers jours en tant que professeur de théologie à l'Université de Wittenberg, nouvellement fondée.

Les conversations de Luther avec son directeur spirituel, John Staupitz, ont eu une grande influence sur sa pensée théologique, bien qu'il se soit séparé de lui par la suite et ait radicalisé sa position. De lui, il a appris à unir l'exégèse à la théologie dogmatique sous l'aspect de ce que les deux signifiaient concrètement, selon lui, "pour nous", pro nobiset pas tellement en soi. 

Des années plus tard, il déclarera : "Je ne me soucie pas de ce que Jésus-Christ est en lui-même, je ne me soucie que de ce qu'il représente pour moi".. Toute sa doctrine sera réduite à la question purement sotériologique ; il ne s'intéresse qu'à pouvoir répondre à cette question : que dois-je faire pour être sauvé ? 

"Seulement"

En 1513, peu après avoir succédé à Staupitz comme professeur de théologie à l'université de Wittenberg, Luther déclara que sa doctrineLes nouvelles approches théologiques avaient commencé grâce aux impulsions reçues de lui (cf. Volker Leppin, Die fremde Reformation. Luthers mystische WurzelnMunich, 2016, p. 46).

À partir de là, il a développé sa théologie, comprenant la justification du pécheur à partir de la fameuse solo/us: Solus Christus, Sola gratia, Sola fide, Sola Scriptura. Cette affirmation radicale du "seul" implique que l'homme ne peut rien apporter de lui-même à son salut. Même une conduite irréprochable, une vie exemplaire, une vie de prière ou une recherche de Dieu ne peuvent changer la volonté divine. Par conséquent, Luther conclut : "si nous n'appartenons pas au groupe des élus, nous glisserons irrévocablement sur le chemin de la damnation éternelle"..

Dans l'une de ses célèbres "conversations d'après-dîner" (Tischreden), Martin Luther réfléchit à voix haute à ce qui a déclenché sa décision d'afficher les 95 thèses sur la porte de l'église du château de Wittenberg le 31 octobre 1517. Le dominicain John Tetzel avait été chargé par l'archevêque de Mayence, Albrecht, de prêcher sur l'importance des indulgences pour le salut. Selon Luther, "Le discours de Tetzel n'était qu'une absurdité : les indulgences nous réconcilieraient avec Dieu et cela même en cas de manque de contrition et même sans avoir fait pénitence... Ces fantasmes m'ont obligé à intervenir".. Selon lui, les prédicateurs d'indulgences le faisaient sans tenir compte de la différence entre la rémission de la culpabilité et la rémission des peines pour les péchés, comme le montre la phrase ironique souvent attribuée à Tetzel : "Au son de la pièce dans le coffre, l'âme s'envole du feu au paradis".. Pour les gens simples, la confusion était générale et la théologie ne permettait pas d'apporter une solution claire. Ces confusions ont conduit le théologien Luther à rendre les choses publiques.

Indulgences

Il est bien connu que Luther, jeune homme, avec sa conscience scrupuleuse, pensait qu'il commettait un péché mortel s'il enfreignait l'une des douces règles et coutumes monastiques ou l'une des rubriques de la liturgie. 

Mais là où sa scrupulosité était la plus manifeste, c'était dans sa conscience agitée et inquiète. Il n'était jamais en paix avec lui-même, et voulait savoir avec certitude s'il était dans la grâce de Dieu ou dans le péché. Eh bien, maintenant, il réagit avec ardeur à la confusion sur le sujet des indulgences, qui lui semble être une escroquerie. Ce sont ses mots : "Ceux qui prêchent aux gens simples l'entrée au paradis par les indulgences les conduisent en réalité en enfer. Le pape lui-même devrait également être protégé pour avoir contribué à ces hérésies".

Le mal produit par l'octroi d'indulgences consistait en ce que le peuple, ignorant et grossier, s'occupait parfois moins du repentir et de la contrition intérieure que de l'œuvre extérieure requise, manifestant même plus de crainte pour la peine que pour la culpabilité. C'est l'un des nombreux dangers de la fausse religiosité contre lesquels Luther a protesté à juste titre, comme d'autres prédicateurs catholiques avant lui : Luther n'a pas été le premier à critiquer le trafic ou la vente d'indulgences.

Pour contrer ce phénomène, il a publié les 95 thèses comme un manuscrit de base pour la discussion savante. Selon l'historien protestant Volker Reinhardt (cf. Luther der Ketzer, Rom und die ReformationMunich, 2016, p. 67), aujourd'hui, certains chercheurs admettent à nouveau que Luther a bien cloué les thèses, comme l'avait affirmé son collègue réformateur Philippe Melanchthon. En même temps, il publie une lettre à l'archevêque Albrecht, qu'il considère comme la cause de tout le problème en raison de la commission donnée à Tetzel de prêcher sur l'efficacité des indulgences. Il l'accuse d'incompétence, notamment pour avoir contribué à la confusion des plus simples. 

En effet, une conséquence dangereuse était le mélange du spirituel et de l'économique, comme cela s'est produit lorsque les autorités ecclésiastiques ont réalisé que l'octroi d'indulgences pouvait devenir une source abondante de revenus pour construire des cathédrales, des hôpitaux ou des ponts. L'aspect spirituel de l'octroi des indulgences est devenu encore plus obscur lorsque de grands banquiers, tels que les Fugger d'Augsbourg, sont intervenus dans l'affaire, avançant des crédits au Saint-Siège en échange de la réception d'un pourcentage significatif des indulgences collectées.

Complexité des problèmes

Si nous portons notre attention sur le contenu des 95 thèses, nous pouvons arriver à une première conclusion : nous pouvons reconnaître avec Luther que le plus important n'est pas de regarder la satisfaction extérieure du chrétien, mais sa contrition intérieure. Mais Luther va encore plus loin en affirmant que, s'il y a contrition, le pénitent n'a plus besoin d'aller voir un confesseur. Les conseils de Jean Staupitz et les lectures du mystique Jean Tauler affirmaient que le pénitent n'avait pas besoin de se confesser immédiatement s'il faisait un acte de contrition sincère et qu'il n'y avait pas de confesseur à ce moment-là ; mais Luther radicalise cette pensée et affirme que le pécheur n'aurait plus besoin de confesser oralement ses péchés mortels. 

Dans la première thèse, nous pouvons lire : Jésus-Christ a dit : "Faites pénitence, car le royaume des cieux est proche".et dans la seconde : "Ces paroles ne doivent pas être interprétées comme se référant au sacrement de pénitence, c'est-à-dire à cette pénitence avec confession orale et satisfaction qui est réalisée grâce au ministère sacerdotal".. Déjà dans ces thèses, Luther élimine d'un seul coup toute médiation sacerdotale entre Dieu et l'homme. La conséquence pratique après avoir lu la deuxième thèse serait claire : "Si la pénitence est comprise dans le sens biblique, c'est seulement le repentir qui est important et non la confession avec la bouche ou la satisfaction avec les actes".Selon la doctrine luthérienne, l'action du prêtre entre Dieu et le pécheur ne serait pas nécessaire.

Un personnage difficile

Martin Luther rejette fermement les abus et les erreurs de la prédication de Tetzel et proteste en toute sincérité. Mais même si la doctrine théologique des indulgences - considérées en théologie comme un ajout au sacrement de pénitence - avait été prêchée avec la plus grande clarté théologique possible, elle ne pouvait entrer dans la tête de Luther, car de 1514 à 1517, les fondements de sa théologie luthérienne avaient été forgés dans son esprit. Luther n'admettait pas le mérite des bonnes œuvres des saints ni la valeur de la satisfaction, et soutenait au contraire que seules la pénitence intérieure et la confiance dans le Christ permettent d'obtenir la rémission complète de la culpabilité et du châtiment. Il avait en horreur la sainteté par les œuvres. Avec ses 95 thèses, il voulait amener les hauts dignitaires de l'Église à une pénitence sincère, mais au moyen d'une discussion polémique et dans le but d'anéantir les indulgences et d'introduire la théologie luthérienne.

Avant de commencer son exposé des 95 thèses, Luther écrit qu'il les a rédigées par amour de la vérité et avec le désir de la clarifier. Dans la cinquième thèse, en revanche, il polémique contre le pape : "Le pape ne veut pas et ne peut pas remettre des sanctions autres que celles qu'il a imposées à sa propre discrétion ou selon les canons".. Dans la thèse 20, il est précisé : "Ce que le pape entend par indulgence plénière n'est pas du tout la remise de toutes les peines, mais seulement de celles qu'il a imposées".. La formulation de certaines de ses thèses, comme la thèse 82, ne manque pas non plus d'ironie : "Pourquoi le pape ne vide-t-il pas le purgatoire, étant donné sa très sainte charité et le grand besoin d'âmes ?

Une lecture attentive des 95 thèses révèle le caractère complexe et tourmenté d'un auteur plein de contradictions, d'un moine pieux qui utilise ses connaissances rhétoriques en forte antithèse avec les connaissances humanistes, et qui en même temps est prompt à utiliser des expressions d'un faible niveau humain. Il se décrit à une occasion comme étant tragique, nostrae vitae tragoedia.

Subjectivisme

En conclusion, rappelons les déclarations de Joseph Lortz, un expert de renommée mondiale sur la vie et les écrits de Luther. 

Lortz soutient que si Luther avait une connaissance approfondie de la Bible, il a été victime de son propre subjectivisme. Dans ses efforts pour comprendre ce que signifie le salut, il a interprété l'Écriture Sainte à sa manière et selon ses propres besoins. Il utilisait les textes bibliques de manière sélective et réduisait souvent le message biblique à des formules simples.

Selon Lortz, Luther se voyait comme un ".prophète dans l'isolement"Il s'est risqué, comme les prophètes, à interpréter les révélations bibliques selon ses propres besoins. De ce fait, il n'a pas toujours réussi à saisir la plénitude des messages bibliques.

Son message n'est donc pas facile, et il conduit par des chemins complexes à la vision protestante de la vie et de la foi.

L'auteurAlfred Sonnenfeld

Université internationale de La Rioja (UNIR)

Lire la suite
En collaboration avec
Voulez-vous des informations indépendantes, véridiques et pertinentes ?

Cher lecteur, Omnes rend compte avec rigueur et profondeur de l'actualité religieuse. Nous faisons un travail d'investigation qui permet au lecteur d'acquérir des critères sur les événements et les histoires qui se produisent dans la sphère catholique et dans l'Église. Nous avons des signatures vedettes et des correspondants à Rome qui nous aident à faire ressortir les informations de fond du bruit médiatique, avec une distance et une indépendance idéologiques.

Pour faire face aux nouveaux défis d'un paysage médiatique en mutation et d'une réalité qui demande réflexion, nous avons besoin de votre soutien.

En collaboration avec
Plus sur Omnes
Bulletin d'information La Brújula Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez chaque semaine les dernières nouvelles traitées d'un point de vue catholique.